Another Year Is Winding Down / Une autre année s’achève

And what a busy year it has been! First, let me start by thanking you, our members, for all the hard work and the number of shifts you have put in to keep the airplanes moving this year. No one knows better than me the efforts that every member of this Association puts forth every day to make Canadian airspace the safest and most efficient in the world. Despite ongoing staffing problems, we continue to shine where service delivery is concerned.

The new year will be a busy one right from the get-go! We are in collective bargaining, and now that the opening has taken place, we will begin negotiations in the first week of January. From there, we will keep an extremely aggressive bargaining schedule of one week on – one week off until March. As always, our goal is to deliver the next collective agreement on time.

Bargaining Opens In Vancouver

We opened collective bargaining in Vancouver on December 11. The business of serving notice to bargain and exchanging proposals with NAV Canada was carried out. All proposals have been published on the CATCA website for members to read.

If you would like to read the opening remarks I made to NAV Canada on day one of bargaining, you can read them here. You will need to log into the member’s only side of the website to read them, as I don’t want the remarks to be fully public, which this blog is.

A bargaining schedule was set for upcoming months, and a rough outline of a timetable to deal with issues was developed. No actual bargaining of proposals took place in Vancouver.

Cannabis

Members have no doubt seen the information from NAV Canada surrounding the legalization of cannabis, and what NAV believes it means to Air Traffic Controllers. Articles have run in newspapers surrounding NAV Canada’s policy on cannabis use by Air Traffic Controllers and other employees in safety-sensitive positions. The headlines have misleading statements like “Air Traffic Controllers OK to Use Cannabis While Off Duty” – only true if you don’t plan on reporting for duty for a very long time.

NAV Canada has stopped short of saying they have a zero-tolerance policy about the use of cannabis. Instead, NAV’s policy is that controllers must report fit for work. NAV Canada is saying that “fit for duty” means you can have zero trace of cannabis in your body when you report for duty if you are in a safety-sensitive position.

Although NAV Canada is saying they are not enforcing a zero-tolerance policy surrounding the use of cannabis, and that they will not outright ban cannabis use during off-duty time, what they are saying is that all traces of cannabis must have cleared your body before you can report for duty in a safety-sensitive position. Trace amounts of cannabis stay in your system for a long time, so knowing exactly when your body has completely eliminated any trace of cannabis from your body is difficult to determine. Every person metabolizes it differently based on a number of parameters (an individual’s weight, THC levels in the cannabis, etc.)

NAV Canada states their zero tolerance in the body for safety-sensitive positions policy mirrors that of Transport Canada and CARs. However, CATCA believes CARs say something different.

CARs 801.01 states:

No person shall act as an air traffic controller or a flight service specialist:

  1. Within eight hours after consuming an alcoholic beverage;
  2. While under the influence of alcohol; or
  3. While using any drug that impairs the person’s faculties to the extent that aviation safety is affected.

Based on this, CATCA does not agree with NAV Canada’s position. CATCA agrees that members must always report to work fit for duty. However, we believe “fit” under CARs means you are not impaired in any way by the effects of any substance, including cannabis. Having a trace amount in your system does not constitute impairment, and therefore we do not agree with the zero-tolerance policy for presence.

What is impaired in relation to cannabis? Good question. There really isn’t a clear answer. Because cannabis has always been illegal, there has never been thorough testing on exactly what would cause impairment. If I smoked cannabis ten minutes before duty, am I impaired? I think we all know the answer to that question. But if I smoked cannabis a month ago, am I impaired? I think we all know the answer to that too. But what about the in-between? There are no agreed levels as to what constitutes impairment and what would support discipline if a positive test occurred. This is all uncharted territory, and every case will be different. Quite simply, it’s a bit of a minefield with no clear path.

If Transport Canada confirms that any presence renders your LVC invalid, that is a different situation… Would Transport temporarily suspend your license until you test clear? Would you be able to get it back at a later date? Would they revoke your license permanently? Still more questions to which we have no answers.

As it stands today, members will not be tested for any substance unless there is evidence of impairment at work. That has always been NAV Canada’s policy, which is supported under Canadian law. If you are under the influence of any substance and you report for work impaired, it goes without saying that you will be disciplined up to and including termination.

Wouldn’t it have been nice if the government and the regulator had said: “Here are the cut-off levels that are acceptable.”? But they have not. I have talked with other union leaders outside NAV Canada who are having their own difficulties surrounding the ability of employees in safety-sensitive positions to use cannabis.

  • Air Canada has instituted a zero-tolerance policy.
  • The military has instituted a complex policy with set time limits, i.e. you can’t use cannabis for X amount of time before doing specified duties.
  • Police forces have set policies with time limits.

Everywhere you turn there are different policies for safety-sensitive positions, and as time progresses, they will no doubt be challenged. The unions at Air Canada have told me they are already challenging Air Canada’s zero tolerance policy. What will the eventual decision be? Your guess is as good as mine.

All this to say that I can’t yet answer the question “what will happen if I’m found to have a trace amount of cannabis in my body?” We hope that as cases are tried and tested, we will have answers. Information will be passed on to members as we get it from the regulator, our legal counsel and the Company.

Convention

Are you coming to Banff in 2019 for our triennial convention? The Organizing Committee from Calgary Tower, Edmonton ACC and Springbank Tower have been hard at work getting ready to welcome everyone to Banff. The Convention websiteis live, and more details will be added as they become available. Of course, the primary purpose of Convention is to attend to Association business, so early in the New Year, we will call for By-law and policy submissions.

Gordon Howe, CATCA’s Classification Analyst, has been appointed by CATCA’s Executive Board to act as Convention Chair. Anyone who has been to Convention knows that this is an extremely challenging and demanding position. Those in Halifax saw Gord perform his role as Convention Chair and know he performed that duty with great eloquence and diligence.

I look forward to sitting with Gord for our second Convention together at the front of the room.

2019 Executive Board Elections

All Executive Board positions are up for election in 2019. The five Regional Vice President positions, the Executive Vice President position, and the President position will be open. Nominations will close prior to Convention as our By-laws outline, and elections will take place after Convention.

As I embarked on my role as President, it was always my intention to retire at the end of this term in June 2019. I have stated on many occasions that I had no interest in running for another term, though as the date approaches, I find I have changed my mind.

This is an extremely exciting time for CATCA. We are in negotiations, National Office will move into a new building next year, and we are getting business done. Quite simply, I’m not ready to leave. I feel there is more I can do.

I’ve spoken at length with my wife Patty, whose support for me continues to be unwavering, and even though she is now retired, she supports my wish to continue in my role as President. I will be putting my name forward in 2019 as a candidate for President of this great Association. Of course, as all EB members do, I serve at the will of the membership. I can only hope the work we have done over the last few years will garner me the support I require to be successful in that bid.

Allow me to close by wishing all our members a safe and happy holiday season. As most Canadians take a break from work, many of our members will be working and will be away from their families. I thank you for your commitment to our profession and for the sacrifices you make to keep Canada’s skies safe over the holidays.

In solidarity,

Peter Duffey
President
pduffey@catca.ca

____________________________________________________________________________________________

Et quelle année bien remplie! Tout d’abord, je tiens à vous remercier, vous, nos membres, pour tout le travail acharné et tous les quarts de travail que vous avez effectués pour assurer le mouvement des avions cette année. Je connais mieux que quiconque les efforts que chaque membre de l’Association déploie chaque jour pour faire de l’espace aérien canadien le plus sûr et le plus efficace au monde. Malgré les problèmes d’effectifs qui persistent, nous continuons de briller au chapitre de la prestation des services.

La nouvelle année sera très chargée dès le début! Nous sommes en période de négociation collective, et maintenant qu’elle a été officiellement ouverte, nous entamerons les négociations au cours de la première semaine de janvier. Dès lors, nous suivrons un calendrier de négociation extrêmement ambitieux : une semaine de négociation et une semaine de pause alterneront jusqu’en mars. Comme toujours, notre objectif est de conclure la nouvelle convention collective à temps.

Ouverture des négociations à Vancouver

Nous avons ouvert la négociation collective à Vancouver le 11 décembre dernier. L’avis de négociation collective a été signifié et l’échange des propositions avec NAV CANADA a lieu. L’ensemble des propositions a été publié sur le site Web de l’ACCTA pour que les membres puissent en prendre connaissance.

Vous pouvez lire les observations préliminaires que j’ai faites à NAV CANADA lors de la première journée de négociation ici. Afin de lire ces observations, vous devrez ouvrir une séance pour accéder à la section du site Web réservée aux membres, car je préfère qu’elles ne soient pas entièrement publiques, contrairement à ce blogue.

Nous avons établi un calendrier de négociation pour les mois à venir, et nous avons élaboré les grandes lignes d’un échéancier pour aborder les divers sujets. Les propositions n’ont pas fait l’objet de négociations à Vancouver.

Cannabis

Les membres ont sans aucun doute vu l’information diffusée par NAV CANADA concernant la légalisation du cannabis et ses implications, selon NAV CANADA, pour les contrôleurs de la circulation aérienne. Les journaux ont publié des articles sur la politique de NAV CANADA concernant la consommation de cannabis par les contrôleurs de la circulation aérienne et d’autres employés occupant des postes liés à la sécurité. Les manchettes véhiculent des déclarations trompeuses comme « Les contrôleurs de la circulation aérienne peuvent consommer du cannabis quand ils ne sont pas en service » — ce qui n’est vrai que si on ne prévoit pas de se présenter au travail avant très longtemps.

NAV CANADA s’est abstenue de dire qu’elle a une politique de tolérance zéro à l’égard de la consommation de cannabis. En fait, selon la politique de la NAV CANADA, les contrôleurs doivent être aptes à travailler. NAV CANADA soutient que « apte à travailler » signifie qu’il ne doit rester aucune trace de cannabis dans l’organisme d’un employé qui se présente au travail, s’il occupe un poste lié à la sécurité.

Bien que NAV CANADA déclare ne pas appliquer une politique de tolérance zéro à l’égard de la consommation de cannabis et ne pas interdire carrément sa consommation pendant les congés, elle précise que l’organisme d’un employé qui occupe un poste lié à la sécurité doit avoir éliminé toute trace de cannabis avant que cet employé puisse se présenter au travail. Comme des quantités infimes de cannabis restent longtemps dans l’organisme, il est difficile de déterminer précisément à quel moment l’organisme a complètement éliminé toute trace de cannabis. La métabolisation du cannabis varie d’une personne à l’autre en fonction d’un certain nombre de paramètres (poids de la personne, taux de THC dans le cannabis, etc.).

NAV CANADA affirme que sa tolérance zéro pour la présence de traces dans l’organisme de personnes affectées à des postes liés à la sécurité politique fait écho à celle de Transports Canada et du Règlement de l’aviation canadien(RAC). Toutefois, l’ACCTA estime que le RAC dit autre chose.

En vertu de l’article 801.01 du RAC :

Il est interdit à toute personne d’agir en qualité de contrôleur de la circulation aérienne ou de spécialiste de l’information de vol dans les circonstances suivantes :

  1. dans les huit heures qui suivent l’ingestion d’alcool;
  2. lorsqu’elle est sous l’effet de l’alcool;
  3. lorsqu’elle est sous l’effet d’une drogue ou de toute autre substance qui affaiblit ses facultés au point où la sécurité aérienne est compromise.

Par conséquent, l’ACCTA ne partage pas la position de NAV CANADA. L’ACCTA convient que les membres doivent toujours être aptes à travailler lorsqu’ils se présentent au travail. Cependant, elle est d’avis qu’au sens du RAC, « être apte à travailler » signifie ne pas avoir les facultés affaiblies par les effets de quelque substance que ce soit, notamment du cannabis. La présence d’une quantité infime de cannabis dans l’organisme n’est pas synonyme de facultés affaiblies; par conséquent, nous ne sommes pas d’accord avec la politique de tolérance zéro à l’égard de la présence de traces de cannabis dans l’organisme.

Que faut-il entendre par « facultés affaiblies » en ce qui concerne le cannabis? Bonne question. En fait, il n’y a pas de réponse claire. Comme le cannabis a toujours été illégal, on n’a jamais effectué de tests approfondis pour déterminer exactement ce qui pourrait provoquer l’affaiblissement des facultés. Si j’ai fumé du cannabis dix minutes avant de commencer à travailler, mes facultés sont-elles affaiblies? Je crois que nous connaissons tous la réponse à cette question. Mais si j’ai fumé du cannabis il y a un mois, mes facultés sont-elles affaiblies? Je pense que nous connaissons tous la réponse à cela aussi. Mais dans l’intervalle? On n’a pas convenu de seuils pour déterminer ce qui constitue des facultés affaiblies et ce qui justifierait l’application de mesures disciplinaires en cas de résultat positif à un test. Il s’agit là d’un domaine encore inexploré, et chaque cas sera unique. Bref, c’est une sorte de terrain miné sans chemin balisé.

Si Transports Canada confirme que la présence de quelque trace de cannabis dans l’organisme invalide le certificat de validation de licence, c’est autre chose… Le ministère des Transports suspendrait-il temporairement votre licence jusqu’à ce que les analyses ne révèlent plus aucune trace de cannabis? Pourriez-vous la récupérer ultérieurement? Pourrait-on révoquer votre licence de façon permanente? Autant de questions auxquelles nous n’avons pas de réponses.

Pour le moment, les membres ne seront soumis à un test de dépistage que s’ils présentent des signes de facultés affaiblies au travail. Cela a toujours été la politique de NAV CANADA et elle est conforme à la loi canadienne. Si vous vous présentez au travail avec des facultés affaiblies par quelque substance que ce soit, il va sans dire que vous ferez l’objet de mesures disciplinaires, lesquelles pourraient aller jusqu’au congédiement.

Cela aurait été merveilleux si le gouvernement et l’organisme de réglementation avaient dit : « Voici les seuils acceptables. » Mais ils ne l’ont pas fait. J’ai discuté avec d’autres dirigeants syndicaux qui ne travaillent pas pour NAV CANADA et qui ont aussi des préoccupations relativement à la possibilité pour leurs employés de consommer du cannabis s’ils occupent des postes liés à la sécurité.

  • Air Canada a instauré une politique de tolérance zéro.
  • L’armée a mis en place une politique complexe qui stipule des périodes d’interdiction; par exemple, on ne doit pas consommer de cannabis dans les X jours précédant l’exécution de certaines tâches.
  • Les services de police ont adopté des politiques assorties de délais.

Peu importe l’organisation consultée, on trouve une politique pour les postes liés à la sécurité, et elles seront sans doute contestées au fil du temps. Les syndicats d’Air Canada m’ont dit qu’ils contestent déjà la politique de tolérance zéro d’Air Canada. Quelle sera la décision? Je ne le sais pas plus que vous.

Tout cela pour dire que je suis encore incapable de répondre à la question : « Que se passera-t-il si on détecte des traces de cannabis dans mon organisme? » Nous espérons obtenir des réponses au fur et à mesure que les cas ayant fait l’objet de contrôles positifs seront jugés. Nous transmettrons aux membres l’information à mesure qu’elle nous sera communiquée par l’organisme de réglementation, notre conseiller juridique et la Société.

Congrès

Participez-vous à notre congrès triennal qui aura lieu à Banff en 2019? Le comité organisateur, formé de membres des tours de Calgary et de Springbank ainsi que du CCR d’Edmonton, travaille assidûment pour se préparer à accueillir tout le monde à Banff. Le site Web du congrèsest en ligne, et on y ajoute de nouveaux renseignements dès que l’information est confirmée. Le but premier du congrès étant de voir aux affaires de l’Association, nous lancerons au début de la nouvelle année un appel de propositions concernant le règlement et les politiques de l’Association.

Gordon Howe, analyste, Classification de l’ACCTA, a été désigné par le conseil exécutif de l’ACCTA pour présider le congrès. Quiconque a assisté à un congrès sait qu’il s’agit d’un rôle extrêmement difficile et exigeant. Les participants qui ont vu Gord remplir les fonctions de président du congrès à Halifax savent qu’il s’est acquitté de cette tâche de façon très éloquente et rigoureuse.

J’ai hâte de m’asseoir avec Gord à l’avant de la salle pour notre deuxième congrès.

Élections pour le conseil exécutif en 2019

Tous les postes du conseil exécutif doivent être pourvus en 2019. Des élections seront organisées pour les cinq postes de vice-président régional ainsi que ceux de vice-président exécutif et de président. La période de mise en candidature se terminera avant le congrès, conformément au règlement administratif, et les élections auront lieu après le congrès.

Quand je suis entré en fonction à titre de président, j’avais l’intention de prendre ma retraite en juin 2019, soit à la fin de mon mandat actuel. J’ai déclaré à maintes reprises que je n’avais aucune envie de me représenter pour un autre mandat, mais plus la date approche, plus je sens que j’ai changé d’avis.

L’ACCTA traverse une période très intéressante. Nous avons commencé un nouveau cycle de négociations, le bureau national doit emménager dans un nouvel immeuble l’an prochain et nous faisons avancer les choses. Je ne me sens tout simplement pas prêt à partir. J’ai l’impression que je peux en faire plus.

J’en ai discuté longuement avec ma femme Patty, auprès de laquelle je bénéficie d’un appui inébranlable, et même si elle est maintenant à la retraite, elle me soutient de nouveau dans ma volonté de continuer à assumer mon rôle de président. En 2019, je me porterai donc candidat à la présidence de notre grande association. Bien sûr, comme pour tous les membres du conseil exécutif, c’est aux membres de décider s’ils souhaitent me confier ce mandat. Je ne peux qu’espérer que le travail que nous avons accompli au cours des dernières années me permettra d’obtenir l’appui nécessaire pour remporter cette élection.

Permettez-moi de conclure en souhaitant à tous les membres de passer un joyeux temps des fêtes en toute sécurité. Tandis que la plupart des Canadiens prennent congé durant cette période de l’année, bon nombre de nos membres travailleront et seront loin de leur famille. Je vous remercie de votre dévouement professionnel et des sacrifices que vous faites pour assurer la sécurité du ciel canadien pendant les fêtes.

Solidairement,

Peter Duffey
Président
pduffey@catca.ca