End Of Summer Update / COMPTE RENDU DE FIN D’ÉTÉ

Wow, where did the summer go? With Labour Day behind us, to me, that means one thing – collective bargaining. It feels like just yesterday we signed our last contract and now it’s time to start working on bringing our members the best collective agreement.

Bargaining Spools Up

Before we get to the bargaining table, there is a lot of work to do. The call for contract proposals has already been issued, and Branches have until September 21 to submit their proposals. You all know that the bargaining team doesn’t decide the issues – you do. In conjunction with the call for proposals, CATCA is setting out across the country to talk to the membership and hear first-hand what your priorities are. We want to know what you want and almost as importantly, what you don’t want. We will be conducting a series of town hall meetings in the month of September. Make sure you come out and have your voice heard.

Once the town hall meetings have concluded, the CATCA Executive Board will assemble in Ottawa to discuss bargaining strategy and discuss strategy for the upcoming collective agreement. That will be followed by the first full meeting of the bargaining team October 1 – 4 in Ottawa. At that meeting, we will begin the process of sorting through the proposals and assigning them priorities. A second bargaining team meeting takes place October 29 – November 2 to continue the vetting and prioritizing process. The final meeting of the bargaining team for prep work will be in Vancouver from December 10 – 14. During that week, the team will meet with NAV Canada to open bargaining and exchange proposals.

Collective bargaining will begin in earnest the week of January 7 – 11, 2019. From that time forward, we will bargain full time with NAV Canada every second week. We will follow a week on – week off schedule. All bargaining sessions are currently planned to take place in Ottawa. This is the most aggressive bargaining schedule we have set, but we felt it was important to lockup dates well in advance.

As mentioned, the members decide the course of bargaining, but unless I miss my guess, I suspect schedules will be the burning issue. Some units are working 7/7 schedules, 5/5 schedules and 5/4’s.  We have proven that these schedules work and can bring operational efficiencies for NAV while at the same time affording our members more days off.

NAV International

Maybe NAV International should be the new name of our company.

In early April 2018, NAV Canada’s Chair of the Board, Marc Courtois approached me saying that the NAV Canada Board of Directors wanted to remove the requirement of Canadian citizenship from NAV Canada’s by-laws, all NAV Canada Board members, and the CEO. In the past, the NAV Canada Bargaining Agents Association (NCBAA) had expressed opposition to such a move for various reasons. I informed Mr. Courtois that in my role as NCBAA Chairman, I did not believe the others unions had changed their opinion, but I would consult with them. Mr. Courtois told me the Board would probably proceed with initiating the process to make that change. Members should note that I was being consulted in my role as NCBAA Chairman and a member of NAV Canada.

There are five (5) members representing the stakeholders in NAV Canada;

  • The NAV Canada Board Member (Marc Courtois – Chairman of the Board)
  • Government Member (Lawrence Hanson- Assistant Deputy Minister of Transport)
  • Non-Commercial Member (Rudy Toering – President and CEO Canadian Business Aircraft Association)
  • Commercial User member (Massimo Bergamini – President and CEO National Airlines Council of Canada)
  • Labour Member (me, in my capacity as Chair of the NCBAA)

Any changes to the by-laws of NAV Canada would require a two-thirds vote of support from the above members. It should also be noted that the Government Member always holds the power of veto.

I consulted with the members of the NCBAA, and we were unanimously against the change. I relayed that position to Mr. Courtois in mid-April and was told the Board would move forward in sending a resolution to the members asking for their approval on the by-law change.

The next I heard of this issue was from another member of NAV Canada. I was told that reasoning letters and briefing notes had been sent to all NAV Canada members, except for me. It was clear the NAV Board was moving forward with their proposal – causing great concern to the NCBAA.

With the NAV Canada Board moving ahead, I contacted Jerry Dias (UNIFOR National President) and had him arrange for me and UNIFOR Director of Transportation, Joel Fournier to meet with Transport Minister Marc Garneau on May 18, 2018. At that meeting, I expressed to the Minister the NCBAA’s concern about foreign involvement in a uniquely Canadian company. The NCBAA has misgivings about foreign directors on NAV Canada’s Board. I have seen enough ANSPs around the world dealing with this to not want foreign influence on our Board.

I believe the meeting had some effect as shortly after, the NAV Board of Directors changed the proposal to two-thirds of the Board must be Canadian and the CEO must be Canadian. Although this is better than the original proposal, which could have seen our entire Board be non-Canadian, the NCBAA still opposed the by-law change.

On July 20, 2018, I received notice of a members’ meeting to vote on the by-law change. That meeting was held August 7, 2018, in Ottawa, and the by-law change was presented for a vote. As I was the only non-supporting member, the proposed amendment passed. It was apparent to me that the Board had lobbied the other members to their side.

The amendment now goes to the Minister of Transport for final approval. The Minister can still say no; and the NCBAA, together with UNIFOR Canada, are lobbying the government to keep NAV Canada Canadian.

At the time I was notified of the members’ meeting, I was also given the briefing note for the first time. This was the same briefing note circulated to other members in May of this year. Of note in the briefing note reasoning is the following;

“At inception, NAV CANADA was purely a domestic operation. In the ensuing twenty years, the company has become an international leader, selling technology to foreign air navigation service providers in Europe, Australia, South America and Asia. The company, through its investment in Aireon, has also partnered with Iridium, a US-based company, in the launch of low earth orbiting satellites which will allow for global surveillance capabilities. Other partners in this venture include the air navigation service providers for Italy, Ireland, Denmark and the UK service provider, NATS. Customers of this venture are from around the globe. We also partnered in several other areas with NATS. At some point we may want to access some of our partners’ skill and expertise at the Board level. Competition for good Board members is fierce, especially in such a highly specialized area. We feel that good governance should not be restricted by citizenship.”

Hence my tongue-in-cheek comment that we should change our name to NAV International.

Canada is a vibrant country with 37 million people of varying backgrounds. We have a myriad of incredibly competent people who would make excellent directors for our company. Why would our current Board feel the need to look outside our borders? Since the inception of NAV Canada, we’ve had no problem finding competent individuals – why mess with the formula? NAV Canada has gained an international reputation as being one of the best ANSPs (if not the best) in the world. That reputation was earned by being uniquely Canadian in everything we do. Now we want to change the formula that was derived through extensive consultation with all unions and the users. Despite unanimous opposition from all unions at NAV Canada, the Board is continuing the down the road of ‘NAV International.’ It’s disappointing that the NAV Canada Board of Directors does not feel the need, or see the importance of, keeping our company uniquely Canadian, providing the top-notch, lucrative positions of the NAV Canada Board of Directors exclusively to Canadians. What a shame. I cannot begin to tell you how disappointed I am in this utterly unnecessary by-law change.

We will continue to lobby the Government with all the resources we have, but the NAV Canada Board of Directors has shown no interest in listening to the eight unions who represent the employees of this company.

A New Home for CATCA

At Convention 2016 in Halifax and the recent town hall meetings, in his financial briefings, EVP Doug Best spoke to members about the desire for CATCA to purchase its own building. It’s a simple case of “why rent when we can own?” We have the financial resources to replace our current rented accommodation with a building of our own. Even after maintenance, taxes, other costs etc., all our projections show this will be a cost saving measure for our union in the long-run. It just makes perfect sense.

After literally years of searching, we finally found a building that would suit our needs. The purchase was reviewed and approved by CATCA’s Executive Board and the Board of Trustees.

The office building, located in Ottawa, is the perfect size for our needs and we are now in the process of renovating the interior, expecting to move in within the next 12 months.

Building 11Building 2

Pension Errors – Maternity Leave / Parental Leave and Incorrect Non-Operational Time

On May 2, 2017, CATCA released a B&F stating we had obtained NAV Canada’s agreement to correct two types of pension errors, some dating back many years.

  1. Does your pension history show a period of “non-operational” service during the 1990s, for a time when you actually were in training for an operational position (whether ab initio or other)? If so, you are entitled to have that corrected to operational service, for an additional 2% contribution.
  2. Did you take parental leave (or combined maternity/parental) for more than 6 consecutive months any time after December 31, 2000? If so, your operational pension service accrual was probably stopped at the 6-month point. That was an error – you are entitled to operational service for the full period of leave. The same applies to anyone who was off work more than 6 consecutive months because of work-related disability (Injury on Duty Leave, Worker’s Compensation, etc.). There are also a couple of very rare situations including leave related to critical illness of a child.

Just for clarity – the above does NOT apply to any other types of paid or unpaid leave, such as (non-work-related) sick leave, MOS, LTD, care and nurturing, etc.

Please refer to the follow-up B&F distributed August 29, 2018.

Convention 2019 – Banff

CATCA’s next triennial convention will take place in Banff, AB April 29 – May 1, 2019. Have you made your plans join us? The venue is the Rim Rock Resort, and a quick look at the hotel’s website will tell you that the organizing committee has selected a fantastic venue in which to hold our business. Plan to join us and have your voice heard as we shape the direction of CATCA for the next three years.

I will close as I always do by thanking the members of this amazing Association, especially those who put in countless hours of their own time as Branch Executives. We’ve been on the road a lot in the last three years, and we have many more face-to-face meetings coming up this fall. I appreciate the support we get from our members – this is what makes CATCA strong. We’ll need that strength as we head into bargaining this fall to achieve a fair collective agreement that recognizes the immense work our members have provided over the past few years through the most unfavourable staffing conditions.

In solidarity,

Peter Duffey
President
pduffey@catca.ca

____________________________________________________________________________________________

Ouf! Mais où est donc passé l’été? La fête du Travail est déjà derrière nous, et pour moi, cela signifie une chose : la négociation collective. J’ai l’impression que c’est hier que nous avons ratifié notre dernière convention collective, mais il est déjà temps de nous mettre au travail pour offrir à nos membres la meilleure convention collective possible.

Préparation de la négociation

Avant d’arriver à la table de négociation, nous avons beaucoup de travail à abattre. L’appel de revendications a déjà été lancé et les sections ont jusqu’au 21 septembre pour soumettre leurs propositions. Vous savez tous que ce n’est pas l’équipe de négociation qui décide des enjeux, mais vous. Parallèlement à l’appel de revendications, l’ACCTA s’apprête à sillonner le pays pour discuter avec les membres et entendre de vive voix qu’elles sont leurs priorités. Nous voulons savoir ce que vous voulez et ce que vous ne voulez pas — ce qui presque aussi important. Nous tiendrons une série d’assemblées locales en septembre. Assurez-vous de venir y faire entendre votre voix.

Une fois les assemblées locales terminées, le conseil exécutif de l’ACCTA se réunira à Ottawa pour discuter de la stratégie de négociation et de celle pour la prochaine convention collective. Cette réunion sera suivie de la première rencontre de toute l’équipe de négociation, qui se réunira du 1erau 4 octobre à Ottawa. Lors de cette réunion, nous commencerons à trier les propositions et à déterminer leur degré de priorité. L’équipe de négociation se réunira une deuxième fois du 29 octobre au 2 novembre pour poursuivre l’examen des propositions et l’établissement de leur priorité. L’équipe de négociation se réunira une dernière fois à Vancouver du 10 au 14 décembre pour terminer son travail préparatoire. Durant cette semaine, l’équipe rencontrera NAV CANADA pour lancer les négociations et échanger des propositions.

La négociation collective ne débutera véritablement que durant la semaine du 7 au 11 janvier 2019. À partir de ce moment, nous négocierons à temps plein avec NAV CANADA toutes les deux semaines. Chaque semaine de négociation alternera avec une semaine sans négociation. À l’heure actuelle, on prévoit de tenir les séances de négociation à Ottawa. Il s’agit du calendrier de négociation le plus intensif que nous ayons établi, mais il nous a semblé important de déterminer bien à l’avance les dates des travaux.

Comme je l’ai mentionné, ce sont les membres qui décident du cours des négociations, mais à moins que je ne me trompe, j’ai l’impression que les horaires seront un sujet brûlant. Certaines unités ont adopté des cycles de quarts 7/7; d’autres, des cycles 5/5; et d’autres encore, des cycles 5/4. Nous avons démontré que ces horaires fonctionnent bien et qu’ils peuvent générer des gains sur le plan de l’efficacité opérationnelle pour NAV CANADA, tout en permettant à nos membres de bénéficier de plus de jours de congé.

NAV CANADA internationale

Peut-être que notre Société devrait changer de nom pour NAV CANADA internationale.

Au début d’avril 2018, le président du conseil d’administration de NAV CANADA, Marc Courtois, m’a dit que le conseil d’administration de la Société voulait supprimer du règlement de NAV CANADA l’obligation d’avoir la citoyenneté canadienne pour tous les membres du conseil et le chef de la direction de NAV CANADA. Dans le passé, l’Association des agents de négociation de NAV CANADA (AANNC) s’était opposée à une telle proposition pour diverses raisons. J’ai informé M. Courtois qu’en ma qualité de président de l’AANNC, je ne pensais pas que les autres syndicats avaient changé d’avis, mais que je les consulterais. M. Courtois m’a dit que le conseil irait probablement de l’avant en engageant le processus visant à apporter ce changement. Je souligne aux membres qu’on me consultait en ma qualité de président de l’AANNC et de membre de NAV CANADA.

Cinq (5) catégories de membres représentent les principaux intervenants de NAV CANADA :

  • Membre administrateur de NAV CANADA (Marc Courtois, président du conseil)
  • Membre gouvernemental (Lawrence Hanson, sous-ministre adjoint, ministère des Transports)
  • Membre usager non commercial (Rudy Toering, président et chef de la direction de l’Association canadienne de l’aviation d’affaires)
  • Membre usager commercial (Massimo Bergamini, président-directeur général du Conseil national des lignes aériennes du Canada)
  • Membre syndical (moi-même, en ma qualité de président de l’AANNC)

Toute modification au règlement administratif de NAV CANADA doit recueillir l’appui des deux tiers des membres susmentionnés. Il convient également de noter que le membre gouvernemental dispose toujours d’un droit de veto.

J’ai consulté les membres de l’AANNC, et nous étions unanimement contre cette modification. J’ai fait part de cette position à M. Courtois à la mi-avril, et on m’a dit que le conseil d’administration irait de l’avant en envoyant une résolution aux membres pour leur demander d’approuver cette modification du règlement.

J’ai ensuite entendu parler de ce dossier par un autre membre de NAV CANADA. On m’a dit que des lettres argumentaires et des notes d’information avaient été envoyées à tous les membres de NAV CANADA, sauf à moi. Il était clair que le conseil de NAV CANADA allait de l’avant avec sa proposition, ce qui a suscité de vives inquiétudes au sein de l’AANNC.

Comme le conseil d’administration de NAV CANADA allait de l’avant, j’ai communiqué avec Jerry Dias (président national d’Unifor) pour lui demander de prendre des dispositions pour que Joël Fournier, le directeur du secteur du transport à Unifor, et moi puissions rencontrer le ministre des Transports Marc Garneau le 18 mai 2018. Lors de cette rencontre, j’ai fait part au Ministre des préoccupations de l’AANNC au sujet d’une éventuelle participation étrangère dans une entreprise entièrement canadienne. L’AANNC a des appréhensions en ce qui a trait à la présence d’administrateurs étrangers au conseil de NAV CANADA. J’ai vu assez de fournisseurs de services de navigation aérienne (SNA) dans le monde devoir composer avec ce problème pour ne pas désirer d’influence étrangère au sein du conseil de notre Société.

Je crois que la réunion a produit un certain effet puisque, peu de temps après, le conseil d’administration de NAV CANADA a modifié la proposition pour garantir que les deux tiers des membres du conseil et que le chef de la direction soient canadiens. Même si cette proposition est meilleure que l’originale, qui aurait pu faire en sorte qu’aucun membre du conseil d’administration n’ait à détenir la citoyenneté canadienne, l’AANNC s’est quand même opposée au changement de règlement.

Le 20 juillet 2018, j’ai reçu l’avis de convocation à une assemblée des membres pour la tenue d’un vote sur la modification éventuelle du règlement. Cette réunion a eu lieu le 7 août 2018 à Ottawa, et la modification du règlement a été soumise au vote. Comme j’étais le seul membre à ne pas être en faveur de la motion, la modification proposée a été adoptée. Il m’a semblé évident que le conseil était intervenu auprès des autres membres pour qu’ils se rangent de son côté.

La modification va maintenant être soumise à l’approbation finale du ministre des Transports. Le Ministre peut toujours dire non, et l’AANNC, de concert avec Unifor Canada, continue de faire pression sur le gouvernement pour que NAV CANADA demeure une société canadienne.

Quand on m’a informé de l’assemblée des membres, on m’a également remis la note d’information pour la première fois. Cette note est la même que celle qui a été distribuée aux autres membres en mai de cette année. Dans l’argumentaire de la note d’information, il convient de noter ce qui suit :

« At inception, NAV CANADA was purely a domestic operation. In the ensuing twenty years, the company has become an international leader, selling technology to foreign air navigation service providers in Europe, Australia, South America and Asia. The company, through its investment in Aireon, has also partnered with Iridium, a US-based company, in the launch of low earth orbiting satellites which will allow for global surveillance capabilities. Other partners in this venture include the air navigation service providers for Italy, Ireland, Denmark and the UK service provider, NATS. Customers of this venture are from around the globe. We also partnered in several other areas with NATS. At some point we may want to access some of our partners’ skill and expertise at the Board level. Competition for good Board members is fierce, especially in such a highly specialized area. We feel that good governance should not be restricted by citizenship. »

(Remarque : Le document a été fourni en anglais seulement.)

D’où mon commentaire ironique selon lequel nous devrions changer le nom de la Société pour NAV CANADA internationale.

Le Canada est un pays dynamique qui compte 37 millions d’habitants d’origines diverses. On y trouve une myriade de personnes incroyablement compétentes qui feraient d’excellents administrateurs pour la Société. Pourquoi le conseil d’administration actuel ressentirait-il le besoin d’en chercher à l’extérieur de nos frontières? Depuis la création de NAV CANADA, nous n’avons jamais eu de difficulté à trouver des personnes compétentes — pourquoi jouer avec la formule? À l’international, NAV CANADA est réputée être l’un des meilleurs fournisseurs de SNA (sinon le meilleur) au monde. La Société a acquis cette réputation en étant canadienne à tous les égards. On veut maintenant modifier la formule qui a été élaborée à la suite d’une vaste consultation auprès de tous les syndicats et des usagers. Malgré l’opposition unanime de tous les syndicats de NAV CANADA, le conseil continue de s’engager sur la voie de « NAV CANADA internationale ». Il est décevant de constater que le conseil d’administration de NAV CANADA ne ressent pas le besoin ni ne voit l’importance de garder la Société entièrement canadienne et d’offrir les postes de haut niveau lucratifs du conseil d’administration de NAV CANADA exclusivement aux Canadiens. Que c’est dommage! Je ne puis vous dire à quel point je suis déçu par cette modification tout à fait inutile apportée au règlement.

Nous continuerons d’exercer des pressions auprès du gouvernement grâce à toutes les ressources à notre disposition, mais le conseil d’administration de NAV CANADA n’a manifesté aucun désir d’entendre les huit syndicats qui représentent les employés de la Société.

Un nouveau toit pour l’ACCTA

Dans le cadre de ses exposés sur les finances de l’ACCTA lors du congrès tenu en 2016 à Halifax et des récentes assemblées locales, le vice-président exécutif Doug Best a parlé aux membres du désir de l’Association d’acquérir un immeuble pour loger ses bureaux. On peut aisément résumer la situation ainsi : « Pourquoi louer ses locaux quand on peut en être propriétaire? » Nous disposons des ressources financières requises pour remplacer les locaux que nous louons actuellement par un immeuble bien à nous. Même après l’entretien, les taxes, les autres coûts et frais, toutes nos projections démontrent que l’acquisition d’un immeuble sera, à long terme, une mesure d’économie pour l’Association. C’est tout simplement logique.

Après des années de recherche, nous avons finalement trouvé un immeuble capable de répondre à nos besoins. L’achat a été examiné et approuvé par le conseil exécutif et la commission de surveillance de l’ACCTA.

L’immeuble de bureaux, situé à Ottawa, répond parfaitement à nos besoins; nous sommes en train d’en rénover l’intérieur et prévoyons d’y emménager au cours des 12 prochains mois.

Building 11Building 2

Erreurs relatives à la pension — Congé de maternité/congé parental et période de service non opérationnel incorrecte

Le 2 mai 2017, l’ACCTA a publié un B&F indiquant que nous avions obtenu l’accord de NAV CANADA pour corriger deux types d’erreurs relativement à la pension, dont certaines remontent à plusieurs années.

  1. Vos antécédents de retraite indiquent-ils une période de service « non opérationnel » dans les années 1990, à un moment où vous étiez en formation pour un poste d’exploitation (en tant que stagiaire débutant ou autre)? Si c’est le cas, vous pouvez demander une correction pour que votre service durant cette période soit considéré comme « opérationnel », moyennant une contribution additionnelle de 2 %.
  2. Avez-vous pris un congé parental (ou combiné un congé de maternité et un congé parental) pendant plus de six (6) mois consécutifs après le 31 décembre 2000? Si oui, l’accumulation de votre service opérationnel admissible a probablement été stoppée à la fin des six (6) premiers mois. Il s’agit là d’une erreur : vous êtes admissible à l’accumulation de service opérationnel durant toute la période de votre congé. Cela vaut aussi pour quiconque a été en arrêt de travail pendant plus de six (6) mois consécutifs en raison d’une invalidité liée au travail (congé pour accident du travail, indemnité pour accident du travail, etc.). On a également relevé quelques situations très rares, qui impliquent notamment des congés liés à la maladie grave d’un enfant.

Par souci de clarté : ce qui précède NE s’applique PAS aux autres types de congés payés ou non payés, comme les congés de maladie (non liés au travail), les congés avec maintien du traitement, l’invalidité de longue durée, les congés pour les soins et l’éducation d’enfants d’âge préscolaire, etc.

Veuillez vous référer au B&F de relance publié le 29 août 2018.

Congrès de 2019 — Banff

Le prochain congrès triennal de l’ACCTA aura lieu à Banff, en Alberta, du 29 avril au 1er mai 2019. Comptez-vous être des nôtres? Il se déroulera au Rim Rock Resort Hotel, et un rapide coup d’œil sur le site Web de l’hôtel suffira à vous convaincre que le comité organisateur a choisi un lieu fantastique pour la tenue de nos activités. Joignez-vous à nous pour faire entendre votre voix alors que nous déterminerons les orientations de l’ACCTA pour les trois prochaines années.

En terminant, je désire, comme d’habitude, remercier les membres de cette association extraordinaire, en particulier ceux qui consacrent d’innombrables heures de leur temps personnel à la direction de leur section respective. Nous avons beaucoup voyagé ces trois dernières années et nous aurons beaucoup d’autres rencontres en personne cet automne. Je suis reconnaissant aux membres pour le soutien qu’ils nous offrent — c’est ce qui fait la force de l’ACCTA. Nous aurons besoin de cette énergie cet automne, tandis que nous entamerons les négociations afin d’obtenir une convention collective équitable qui reconnaît l’immense travail accompli par nos membres ces dernières années et dans les conditions les plus défavorables qui soient en ce qui a trait à la dotation en personnel.

Solidairement,

Peter Duffey
Président
pduffey@catca.ca