Post Collective Agreement – There’s A Lot Of Work To Do / Après la convention collective : il reste beaucoup à faire

Summer is in full swing, and I hope everyone is getting the opportunity to enjoy Canada’s all too short summer season. On the CATCA front, we are busily following up from collective bargaining and preparing for the new challenges ahead.

Collective Bargaining

As everyone knows, we have successfully ratified our new collective agreement (CA), and our members now have new pay rates on their pay cheques. I am extremely proud of the work your Contract Committee did this round. It was a great show of solidarity to leave the bargaining room united with their unanimous and full support. To have 20 Air Traffic Controllers elected from across the country and differing disciplines, agree on a new CA tells me we did what was in the best interest of our Union and our membership.

We are currently finalizing the wording of the new clauses, and we hope to have an electronic copy of the new CA available early in the fall. Wordsmithing does take a long time, but it is important we ensure every T is crossed and every I is dotted before we publish the document. We will take the time to get it right.

I have mixed emotions on the length of this agreement. On the positive side, two years will send us back to the table in short order to negotiate more changes to our working conditions that will benefit our membership. On the negative side, collective bargaining is an extreme workload and financial burden on our Association. One year from now seems all too soon for the selection process of your next Contract, and shortly after that, we will once again be sorting through contract proposals for the next round of bargaining.

Even before we consider new bargaining proposals, we have a lot of work to do stemming from agreements reached in this round. Two very key agreed-upon initiatives for discussion are gainsharing and the possibility of new scheduling initiatives.

Gainsharing

We all know NAV Canada is a global success and our revenues are strong. On different occasions the Company has expressed to CATCA that they want to explore a gainsharing strategy. What that looks like and what we might ultimately be able to agree to remains to be seen. CATCA is a trade union, and as such, we have always negotiated our financial gains at the bargaining table. Gainsharing would be a stark departure from what we have traditionally done.

Through our global relationships, we have learned to be wary of such proposals. We constantly talk about the pros and cons of such arrangements with our international colleagues who have some type of gainsharing model. Additionally, we have talked to other unions who partake in gainsharing, and we are acutely aware of both the pitfalls and advantages of entering into such agreements. We will approach any discussions with an open mind and fully explore all avenues that could be beneficial to CATCA.

That said, we have committed that we will not enter into any agreement on gainsharing with NAV Canada unless such an agreement is ratified by our membership. We will most likely strike a committee to explore possible options with the Company. If and when that committee believes they have a gainsharing model that would benefit our members, it will be put it to you for a ratification vote.

Scheduling Trials

During the past round of collective bargaining, NAV Canada wanted commitment from CATCA to enter into new scheduling practices. NAV presented generalities on what they envisioned new bidding based practices would look like, but they were not able to produce concrete examples of how a new system would function.

The basic premise is a system where Controllers can build their own schedules based on preferences. CATCA has agreed to sit down with NAV Canada and discuss this further, and if we can reach an agreement, we will attempt to trial it in select units. No trials will take place unless we see member benefits.

As with gainsharing, this is another area we will approach with extreme caution. We are aware that few things are as important to our members as their schedules, and we will not make any changes that are not beneficial to you. We have heard from members who are extremely apprehensive about such trials, and we understand their concerns. However, we also know one of our membership’s biggest priorities is a work-life balance. If we don’t attempt to explore new possibilities in scheduling areas, making improvements for the membership will be impossible. I remember vividly the concerns expressed when appendix G was introduced in prior rounds of bargaining, and yet that turned out to be an extremely valuable gain to both members and NAV Canada. It is our hope that we can find advantages for CATCA members and the Company through these discussions.

CLC Hours

The Canada Labour Code limits the number of hours an employer can require an employee to work. Our members are familiar with the term “CLC Hours” when it comes to maximum amounts of overtime that can be worked in a 56-day period. Exceeding these hours can only be done in very rare circumstances and must be done through consultation with CATCA on a national level.

At the end of the last 56-day period, CATCA was informed of violations of maximum CLC hours. This was done with no consultation with the Association at the national level. We believe what occurred was in contravention of the CLC and we are filing a complaint with Employment and Social Development Canada (Labour Program) to have these situations investigated and further clarified. Some managers seem to believe that sending someone home early from a shift allowed them to work the same individual somewhere else on overtime – CATCA does not believe this practice is legal.

We understand that our members want to do everything they can to keep this system running. We are extremely proud of those across Canada who have made sacrifices this summer – especially those working overtime hours and in some cases, cancelling vacation leave – to keep passengers and airplanes moving. In the situations that occurred, members believed they were doing the best thing for the system, NAV Canada and most importantly, their fellow controllers. The members were simply following management direction. However, CLC violations are not the solution and they cannot occur. CATCA must ensure these laws are respected, and especially without consultation, we must hold NAV Canada accountable.

If any member is asked to work overtime hours that they believe in any way exceeds CLC maximums for any reason, please inform your RVP immediately. Despite good efforts to maximise training, our staffing problems aren’t going away anytime soon. It is important that on a go forward basis, we keep a very careful eye on what site managers are doing with CLC hours.

Classification

What blog would be complete without talking about the problems that exist within our classification system? By now members know that the committee struck to review classification has completed its work and, beginning this fall, units will be reviewed using new criteria. Members should read the July 19 B&F for full details on the changes to the yearly review process.

In a nut shell, the committee has taken the emphasis off counting airplanes and emphasized what a controller needs to know to do their job. Movements and traffic counts will continue to be recognized in ATCP. In my opinion, the biggest gain in this entire process is that unit reviews will now be done (in part) by an equally represented panel of CATCA members and NAV Canada managers. For the first time, we will have CATCA expertise at the table when factors affecting unit grades are determined – this can only make for a better classification system. All changes being implemented only apply to Towers.

Now that CATCA has a full-time classification representative, Gordon Howe, we will continue to explore various changes to our classification system in an effort to produce a more robust, fair and transparent process. Speaking of transparency, we committed to putting up a list of all units, their grades and their ATCP’s. We are making amendments to our website to show that list, and we will have it up by September.

The Group RSP

Are you aware that NAV Canada has a group retirement savings plan (GSP) open to all CATCA members? The savings plan was established as a way to assist members in Part B of the pension plan with retirement investments and has since been opened to all CATCA members. I sit on the Oversight Committee for the GSP and I believe it’s a good option for members who invest their money in retirement investments.

There are two types of funds in the plan: self-directed funds, and funds that are managed for you. In self-directed funds, members allocate their monies to various funds and can move them as they see fit, thereby managing their retirement investments. The second type is managed target funds where you put the money in, and someone else manages the fund.

If you haven’t already done so, contact a representative from Sun Life and learn more about what these funds can do for you.

Collaboration

It’s obvious that there are a lot of talks ahead for CATCA and NAV Canada. All of which are in addition to the issues we face on a daily basis and the challenges we deal with across the country for individual members. I can tell you that collaboration is a word that is truly working for CATCA and NAV Canada on a national level.

I often joke with people “I wish I could tell you half the things this company does for people.” That’s the truth. Every day I am presented with problems members are facing, and we collaborate to resolve those issues. Stop and think about this for a moment – of all the Branch issues that have occurred since I became President, only one has needed an arbitrated decision. Very few grievances are filed and even those that are get resolved before arbitration.

CATCA’s relationship with NAV Canada on a national level has evolved into one of collaboration where the solutions reached benefit both the employee and the Company. In some cases, the solution only benefits the employee, and that’s because the Company steps up and does “the right thing.” While I can’t give examples of those “right things” because of privacy issues, I can tell you our relationship with senior levels of NAV Canada is productive, cooperative and an example of successful employee/employer relations.

One of the biggest challenges we will have ahead is creating the same level of collaboration at the unit level. Recently, I have seen far too many examples of managers in our operation being confrontational and not working with the local branch executives to find solutions to problems. In some regions collaboration is alive and well, while in others, it needs a lot of work.

Until Next Time

Let me close by saying thank you to our members. We are half through a summer of extreme staffing issues at units across this country and yet you, CATCA members, keep the airplanes moving. I know many of you are working overtime you don’t particularly want to work, but you don’t want your fellow members to be stuck working short. I know of cases where people have cancelled their vacation time to work in order to keep this system running. It’s truly amazing to see the dedication and commitment our membership has shown this summer.

We have a staffing problem that unfortunately can’t be corrected overnight, so we do what we do best under these difficult conditions: we keep the airplanes moving. The professionalism and dedication of the members of this Association are truly amazing. More than anything, it energizes and inspires me to keep up the quest to make gains in our working conditions and ensure we are recognized as the world’s best Air Traffic Controllers running the world’s safest ANSP. To each and every one of you who keys the mic every day or who supports us behind the scenes, thank you. From front line controllers to the DSC’s, TMU, Instructors, S&P, OSR and everyone who makes CATCA what it is, you make it a truly humbling experience every day to represent you and your interests.

In solidarity,

Peter Duffey
President
pduffey@catca.ca

____________________________________________________________________________________________

L’été bat son plein et j’espère que chacun profite pleinement de la belle saison qui est toujours trop courte au Canada. À l’ACCTA, nous assurons un suivi des dossiers de la négociation collective et nous nous préparons pour les nouveaux défis qui nous attendent.

Négociation collective

Comme chacun le sait, nous avons ratifié notre nouvelle convention collective (CC) et de nouveaux taux de salaire sont maintenant indiqués sur les paies de nos membres. Je suis extrêmement fier du travail de notre comité de négociation lors de ce dernier cycle de négociations. Les membres du comité ont démontré leur grande solidarité à la sortie de la salle de négociation en soutenant pleinement et unanimement le projet de règlement. Le fait que 20 contrôleurs de la circulation aérienne, issus de diverses disciplines et élus un peu partout au pays, soient parvenus à s’entendre sur une nouvelle CC m’indique que nous avons véritablement défendu l’intérêt supérieur de notre Association et de nos membres.

Nous libellons actuellement les nouvelles dispositions de la CC et nous espérons avoir une version électronique de celle-ci au début de l’automne. Ce travail de rédaction est très long, mais nous devons procéder minutieusement avant de publier le document. Nous prendrons donc le temps nécessaire pour faire les choses correctement.

J’ai des sentiments partagés quant à la durée de cette convention. Parmi les points positifs, je pense que la période de deux ans nous permettra de retourner rapidement à la table pour négocier de nouvelles modalités qui amélioreront les conditions de travail de nos membres. En revanche, le processus de négociation implique une charge de travail énorme et un important fardeau financier pour notre Association. Dans un an déjà, nous devrons amorcer le processus de sélection pour notre prochain comité de négociation et, peu de temps après, trier les revendications des membres pour le prochain cycle de négociations.

Avant même de penser à ces nouvelles revendications, nous avons beaucoup de choses à régler qui découlent de la convention que nous venons de négocier, notamment deux initiatives importantes dont nous avons convenu de discuter : la participation aux bénéfices et la possibilité de mettre à l’essai de nouvelles façons d’établir les quarts de travail.

Participation aux bénéfices

Nous savons tous que NAV CANADA connaît globalement du succès et que ses revenus sont substantiels. La Société a manifesté à l’ACCTA à diverses occasions son désir d’explorer des stratégies pour la participation aux bénéfices. Il est encore trop tôt pour savoir la forme que cela pourrait prendre et ce à quoi nous pourrions donner notre accord. L’ACCTA étant une organisation syndicale, nous avons toujours négocié nos gains d’ordre pécuniaire à la table de négociation. La participation aux bénéfices romprait de façon importante avec cette tradition.

Par le biais des relations que nous entretenons à l’international, nous avons appris que nous devons nous méfier de ce type de propositions. Nous discutons constamment du pour et du contre de celles-ci avec nos collègues à l’étranger qui bénéficient d’une manière ou d’une autre d’un système de participation aux bénéfices.

Nous avons également parlé à d’autres syndicats qui disposent d’un programme de participation aux bénéfices. Nous sommes donc pleinement conscients des avantages et des désavantages de tels régimes. Nous ferons preuve d’ouverture lors de toute discussion sur le sujet et nous envisagerons toutes les avenues susceptibles d’être avantageuses pour l’ACCTA.

Cela étant dit, nous nous sommes engagés à ne conclure aucune entente avec NAV CANADA sur la participation aux bénéfices qui ne serait pas d’abord ratifiée par nos membres. Nous formerons vraisemblablement un comité pour explorer diverses options avec la Société. Si ce comité était d’avis qu’un mode de participation aux bénéfices en particulier pourrait s’avérer avantageux pour nos membres, il le soumettrait à nos membres pour un vote de ratification.

Mise à l’essai de nouvelles façons d’établir les quarts

Durant le dernier cycle de négociations collectives, NAV CANADA désirait que l’ACCTA s’engage à adopter de nouvelles pratiques pour l’établissement des quarts. La Société a présenté les grandes lignes des nouvelles pratiques de mise au choix des quarts qu’elle envisageait, mais elle a été incapable de fournir des exemples concrets du fonctionnement d’un tel système.

Le principe fondamental d’un tel système permettrait aux contrôleurs d’établir leurs horaires en fonction de leurs préférences. L’ACCTA s’est engagée à rencontrer NAV CANADA pour discuter davantage de la question; si nous parvenions à une entente, nous tenterions de la mettre à l’essai dans certaines unités. Nous ne testerons aucun processus qui ne nous semblerait pas avantageux pour les membres.

Comme pour la participation aux bénéfices, nous aborderons le sujet avec la plus grande prudence. Nous sommes conscients qu’aux yeux des membres, peu de choses sont aussi importantes que leurs horaires. Nous ne souscrirons donc à aucune modification qui ne serait pas avantageuse pour vous. Des membres nous ont fait part de leurs fortes appréhensions concernant de tels essais, et nous les comprenons. Toutefois, nous savons aussi que l’une des plus grandes priorités des membres est la conciliation travail-famille. Nous ne pourrons améliorer cet équilibre si nous refusons d’explorer de nouvelles possibilités en ce qui a trait à l’établissement des quarts. Je me souviens, comme si c’était hier, des inquiétudes qu’a suscitées l’appendice G quand il a été ajouté lors des négociations précédentes; il s’est pourtant avéré très utile pour les membres comme pour NAV CANADA. Nous espérons donc que ces discussions profiteront aussi bien aux membres de l’ACCTA qu’à la Société.

Heures de travail selon le CCT

Le Code canadien du travail (CCT) restreint le nombre d’heures de travail qu’un employeur peut obliger un employé à effectuer. Nos membres connaissent bien l’expression « heures selon le CCT », qui correspond au nombre maximal d’heures supplémentaires qu’ils peuvent travailler au cours d’une période de 56 jours. Le dépassement de cette limite n’est acceptable que dans des circonstances exceptionnelles, avec l’aval de l’ACCTA au niveau national.

À la fin de la dernière période de 56 jours, l’ACCTA a pris connaissance de violations en matière de nombre maximal d’heures selon le CCT. Dans ces cas précis, l’Association n’a pas été consultée au niveau national. D’après nous, il s’agit d’infractions au CCT et nous comptons déposer une plainte auprès d’Emploi et Développement social Canada (Programme du travail) afin de déclencher une enquête sur ces situations qui nécessitent un éclaircissement. Certains gestionnaires semblent croire que s’ils libèrent un employé avant la fin de son quart de travail, ils peuvent affecter cette même personne à faire des heures supplémentaires à un autre moment. Selon l’ACCTA, cette pratique n’est toutefois pas légale.

Nous comprenons que nos membres s’efforcent de maintenir le système. Nous tirons une grande fierté des sacrifices que certains membres ont consentis cet été à l’échelle du pays, notamment en effectuant des heures supplémentaires et, dans certains cas, en annulant des vacances, pour assurer la circulation des passagers et des avions. Dans ces situations, les membres croyaient servir au mieux les intérêts du système, de NAV CANADA et surtout, de leurs collègues. Ils ont tout simplement suivi les consignes de leur direction. Cependant, la solution ne réside pas dans les violations du CCT, qui sont inacceptables. L’ACCTA doit veiller au respect de ces lois et, en particulier dans les cas où nous n’avons pas été consultés, nous devons tenir NAV CANADA pour responsable.

Si l’un de nos membres se trouve dans l’obligation d’effectuer des heures supplémentaires, pour une raison ou une autre, dans des circonstances qui lui semblent dépasser le maximum selon le CCT de quelque façon que ce soit, il doit en informer son VPR sans tarder. Malgré les bons efforts pour maximiser la formation, nos problèmes de dotation ne seront pas résolus bientôt. Il est très important, sur un base continue, que nous surveillions attentivement la façon dont les gestionnaires d’emplacements gèrent les heures du CCT.

Classification

Que serait un billet sur ce blogue sans mention des problèmes liés au système de classification? Les membres savent maintenant que le comité chargé de revoir la classification a terminé ses travaux et que, dès l’automne, la classification de certaines unités sera revue à partir des nouveaux critères. Pour plus d’information à ce sujet, je vous invite à lire le bulletin du 19 juillet qui présente les modifications apportées au processus annuel de révision.

En gros, le comité a décidé de ne plus mettre l’accent sur le compte des aéronefs, mais plutôt sur les connaissances nécessaires pour assurer le contrôle de la circulation aérienne. Le compte des mouvements et l’intensité de la circulation continueront d’être pris en compte pour la prime ATC. Selon moi, le gain le plus important que nous avons réalisé est le suivant : la classification des unités sera désormais effectuée (en partie) par un panel constitué également de membres de l’ACCTA et de gestionnaires de NAV CANADA. Pour la première fois, l’expertise de l’ACCTA sera mise à profit pour l’évaluation de critères susceptibles de modifier la classe d’une unité; cela ne peut qu’améliorer le système de classification. L’ensemble des changements mis en œuvre concerne uniquement les tours.

Maintenant que l’ACCTA dispose d’un représentant à temps plein en matière de classification en la personne de Gordon Howe, nous continuerons d’explorer diverses modifications qui pourraient être apportées au système de classification pour rendre le processus plus fiable, équitable et transparent. Parlant de transparence, nous nous sommes engagés à publier la liste de toutes les unités ainsi que de leurs classes et primes ATC respectives. Nous effectuons actuellement quelques ajustements sur notre site Web pour permettre la publication de cette liste d’ici septembre.

Régime d’épargne-retraite collectif

Saviez-vous que NAV CANADA possède un régime d’épargne-retraite collectif (REC) auquel sont admissibles tous les membres de l’ACCTA? Ce régime a été mis en place pour offrir aux membres assujettis aux dispositions de la partie B du régime de retraite une aide en matière d’investissement pour leur retraite, mais tous les membres de l’ACCTA peuvent maintenant en bénéficier. Je siège au Comité des pensions pour le REC et je crois qu’il constitue une bonne option pour les membres qui désirent placer leur argent en prévision de leur retraite.

Le régime propose deux types de fonds : un fonds autogéré et un fonds à horizon géré pour les membres. Les membres qui optent pour le fonds de placement autogéré investissent eux-mêmes leur argent dans divers fonds et ils peuvent modifier ces placements comme à leur guise; ils gèrent donc eux-mêmes leurs placements. En choisissant le fonds à horizon géré, les membres n’ont qu’à contribuer à celui-ci, car un tiers en assure la gestion.

Si vous ne l’avez pas déjà fait, vous devriez communiquer avec un représentant de la Sun Life pour vous renseigner sur ces fonds et leurs avantages.

Collaboration

De nombreuses discussions se profilent à l’horizon pour l’ACCTA et NAV CANADA. Elles s’ajoutent toutes aux difficultés que nous devons résoudre au quotidien et aux défis particuliers des membres auxquels nous devons nous répondre un peu partout au pays. Au niveau national, je vous assure que la collaboration prend réellement tout son sens dans la relation qu’entretiennent l’ACCTA et NAV CANADA.

Je dis souvent pour rire que j’aimerais vraiment pouvoir vous raconter ne serait-ce que la moitié des choses que la Société fait pour les membres. Mais je le pense réellement. Chaque jour, je dois résoudre des problèmes pour nos membres et je collabore avec la Société pour y parvenir. Je vous invite à réfléchir à ceci : de tous les problèmes soulevés dans les sections depuis que j’ai été nommé président, un seul a dû aller en arbitrage. Très peu de griefs sont déposés et la plupart de ceux-ci se règlent avant l’arbitrage.

Au niveau national, la relation de l’ACCTA avec NAV Canada a évolué et mise sur la collaboration pour parvenir à des solutions avantageuses aussi bien pour l’employé que pour la Société. Dans certains cas, la solution ne profite qu’à l’employé parce que la Société décide d’« agir correctement ». Je ne peux évidemment pas donner d’exemple de cela pour des raisons de confidentialité, mais je vous assure que la relation entre notre Association et la haute direction de NAV CANADA est constructive et étroite, et qu’elle est un bel exemple de relation employé-employeur fructueuse.

Un des plus gros défis que nous aurons est de créer la même collaboration au niveau des unités. Récemment, j’ai vu trop d’exemples de gestionnaires dans nos opérations en confrontion et ne travaillant pas avec les exécutifs locaux pour trouver des solutions aux problèmes. Dans certaines régions, la collaboration existe et va bien tandis que d’autres ont besoin de beaucoup de travail pour y arriver.

En terminant…

Permettez-moi de conclure ce billet en vous remerciant, chers membres. La moitié de la saison estivale est déjà derrière nous et en dépit du manque criant d’effectifs cet été, vous, membres de l’ACCTA, vous continuer d’assurer le mouvement fluide des aéronefs. Je suis conscient que vous être nombreux à faire des heures supplémentaires même si vous n’en avez pas particulièrement envie pour éviter que vos collègues aient à composer avec des ressources insuffisantes. Je connais des cas où des personnes ont annulé leurs vacances pour travailler afin de maintenir ce système en marche. C’est réellement étonnant de voir le dévouement et l’engagement que nos membre ont démontré cet été.

Notre problème d’effectifs ne peut malheureusement pas être corrigé du jour au lendemain. Alors, dans ces conditions difficiles, nous devons faire ce que nous savons faire le mieux : assurer le mouvement des aéronefs. Les membres de notre Association font preuve d’un professionnalisme et d’un dévouement vraiment exceptionnels qui me motivent plus que tout à améliorer nos conditions de travail et à m’assurer que nous soyons reconnus, à l’échelle mondiale, comme les meilleurs contrôleurs aériens du fournisseur de SNA le plus sûr dans le monde.

À chacun d’entre vous qui prenez le micro au quotidien ou qui nous offrez votre soutien dans l’ombre, je dis merci. Aux contrôleurs de première ligne, DSC, TMU, instructeurs, SP, OSR ainsi qu’à tous ceux qui permettent à l’ACCTA d’être l’Association qu’elle est, j’aimerais dire que vous représenter et défendre vos intérêts constitue pour moi une grande leçon d’humilité.

Solidairement,

Peter Duffey
Président
pduffey@catca.ca