OSFI – back in the News / BSIF – une nouvelle discussion

OSFI and the Pension Plan Amendment

Just when you thought you’d heard the last of OSFI and the pension plan amendment… on July 7, NAV Canada sent an online bulletin to all employees stating they were filing the pension plan amendment with OSFI. We have already had questions about why this is happening as CATCA had previously informed members that OSFI had said no to the proposed amendment.

After CATCA was ordered to lend its support to the proposed amendment by arbitrator Michel Picher, we very carefully set about ensuring that the wording of the amendment would protect our members and all our interests. After months of discussion and legal advice, we arrived at wording to which both the NCBAA and NAV Canada could agree. A meeting was then held with OSFI, NAV Canada and representatives of all eight of NAV Canada’s bargaining agents. The amendment was discussed in detail, and OSFI was asked to provide a viewpoint on whether or not they would approve the amendment. In October 2015, we received an opinion from OSFI indicating they would not approve the amendment. OSFI stated they felt it was a “work around” to pension funding legislation. For CATCA, that opinion was good enough and we did not need to pursue the matter any further. It is very important to note that the amendment was never officially filed. Basically OSFI was asked, “If we file this, what would you say?”

In the months that followed NAV Canada re-evaluated their options, and they have now decided to officially file the same amendment hoping OSFI will change their mind. This is the same amendment OSFI has previously indicated they would say no to. There have been no further negotiations between CATCA and NAV Canada regarding the pension plan. CATCA has made it very clear to NAV Canada we believe this is a wasted effort and will only cause our members to question NAV Canada’s motives. CATCA, however, cannot prevent NAV Canada from filing the amendment as we are still bound by arbitrator Picher’s order. We are not participating in the process; we will not attend any additional meetings with OSFI, and we are not negotiating any further changes to our pension plan with NAV Canada. In fact, shortly after OSFI rendered its opinion in October, EVP Doug Best and I met with CEO Neil Wilson and EVP Ray Bohn to deliver a simple message; “We are not interested in talking about any further changes to our pension plan.” Our position has not changed.

We do not anticipate OSFI will render a different opinion. CATCA views this as a conclusion to a process that should have ended long ago.

Air Traffic Controllers – Worth Every Penny

Salary-wise Air Traffic Controllers are often compared to pilots, lawyers and doctors. These are careers where skills can be learned with the right drive, desire and dedication. In my opinion, Air Traffic Controllers are a unique group of people. Yes, we have to have that same drive, desire and dedication, but we also have to have the “right stuff.”

What is the “right stuff?” If we knew that, it would be easy to go out, find those people, hire them, and push our qualification rates through the roof! But hiring, training and qualifying new Air Traffic Controllers is an extremely difficult task – I hear that from many other global ATC union leaders.

Why are our success rates so low? Is our training system that broken? Are we that bad at training people? Interestingly though, throughout the history of Air Traffic Control, training success rates have always been about the same. Maybe it’s not because we’re not good at training, but rather because not everyone has the “right stuff” needed to be an Air Traffic Controller.

These statements may sound arrogant to some. It is difficult to appreciate unless you’ve plugged in and “worked a smash.” But to those of you who have keyed the mic during a busy traffic smash or during an emergency, you understand. You know what it takes to do this job and what this job takes out of you. The shift work, the stress, it takes a toll.

There is a reason Air Traffic Controllers are expensive and we are worth every penny.

We Make It Work

All CATCA members live the reality of staffing shortages – a staffing crisis in some units. Despite staffing issues across the country, NAV Canada has maintained a glowing reputation. Why? Because Air Traffic Controllers always show professional pride and make the system work. It’s what we do. If you are a Controller, you understand me and I know I’m preaching to the choir. You work through the staffing problems every day and you’re tired.

NAV Canada has achieved amazing success in the last few years. So much success that airlines are now enjoying lower user fees and a one-time rate reduction. CATCA members play a pivotal role in that success. The time has come for us to reap our reward. Are we expensive? Yes. Are we worth it? Yes. Are we due our reward for the successes of NAV Canada? Yes. We have endured an extremely short staffed system for years now and will for years to come. Yet, every day we make it work. For that, we deserve to be rewarded.

Collective Bargaining

We are about to enter collective bargaining and the bar has been set high. It is time to be recognized by NAV Canada for the contributions we have made to the Company. They are on record as saying Controllers are stakeholders too and that they want to talk to us about “the right reward.” What is the “right reward?” That remains to be seen, but I do know it will mean real gains for us, and it will not include any concessions. With millions of dollars going back to the airlines because of gains achieved through the efforts of our membership, this fall I look forward to leading our bargaining team into contract negotiations that will deliver a collective agreement that recognizes and values those efforts.

I hope all CATCA members are enjoying their summer and finding time for family and friends.  Keep up the good work ladies and gentlemen, every day I find another reason to be proud of you and this amazing Association.

In Solidarity,

Peter Duffey
President
pduffey@catca.ca

 

Le BSIF et la modification du régime de retraite

Alors que nous pensions avoir fini d’entendre parler de la modification du régime de retraite, NAV Canada a transmis, le 7 juillet, un bulletin en ligne à tous les employés pour annoncer que la modification du régime serait présentée au BSIF. On nous a déjà demandé pourquoi c’était le cas puisque l’ACCTA a déjà informé les membres que le BSIF avait refusé la modification proposée.

Après que l’arbitre Michel Picher a obligé l’ACCTA à soutenir la modification proposée, l’Association a veillé attentivement à ce que la formulation de la modification protège ses membres et l’ensemble de ses intérêts. Après des mois à discuter et à obtenir des avis juridiques, nous sommes parvenus à trouver une formulation qui convenait tant à l’AANNC qu’à NAV Canada. Le BSIF, NAV Canada et des représentants des huit agents négociateurs de NAV Canada se sont ensuite réunis. Ils ont discuté en détail de la modification, et on a demandé au BSIF de faire savoir s’il approuverait ou non la modification. En octobre 2015, nous avons reçu la réponse du BSIF : il n’approuverait pas la modification. Le BSIF affirmait qu’il avait l’impression qu’il s’agissait d’une façon de « contourner » la loi sur le financement des régimes de retraite. L’opinion du BSIF était satisfaisante pour l’ACCTA, l’Association n’a pas ressenti le besoin de pousser l’affaire plus loin. Il est important de noter que la modification n’a jamais été officiellement présentée. Autrement dit, on a demandé au BSIF : « Si nous présentions ceci, que diriez-vous? »

Dans les mois qui ont suivi, NAV Canada a réévalué ses options et a maintenant décidé de présenter officiellement la même proposition dans l’espoir que le BSIF change d’avis. Il s’agit de la même modification que le BSIF a dit qu’il refuserait. Aucune autre négociation n’a eu lieu entre l’ACCTA et NAV Canada concernant le régime de retraite. L’ACCTA a clairement indiqué à NAV Canada qu’elle croit que cela est peine perdue et que cela ne fera qu’amener ses membres à s’interroger sur les motifs de NAV Canada. L’ACCTA ne peut toutefois pas empêcher NAV Canada de présenter la proposition de modification puisqu’elle est toujours tenue de respecter la décision de l’arbitre Picher. L’ACCTA ne participe pas au processus; elle n’assistera pas à d’autres réunions avec le BSIF et elle ne négociera pas d’autres modifications au régime de retraite avec NAV Canada. En fait, peu de temps après que le BSIF a fait connaître sa position en octobre, Doug Best, vice-président de l’ACCTA, et moi-même avons rencontré Neil Wilson et Ray Bohn, respectivement président et chef de la direction ainsi que vice-président principal de NAV Canada, pour leur transmettre un message bien simple : « Nous ne sommes pas intéressés à discuter davantage de modifications éventuelles à notre régime de retraite. » Notre position n’a pas changé.

Nous ne nous attendons pas à ce que le BSIF émette un avis différent. L’ACCTA considère tout cela comme la conclusion d’un processus qui aurait dû être terminé depuis longtemps.

Les contrôleurs de la circulation aérienne méritent chaque dollar qu’ils gagnent

Sur le plan des salaires, on compare souvent les contrôleurs de la circulation aérienne aux pilotes, avocats et médecins. Les compétences requises pour ces professions s’acquièrent grâce à la motivation, au désir et au dévouement. À mon avis, les contrôleurs de la circulation aérienne sont des personnes bien particulières. Nous devons certes faire preuve d’une motivation, d’un désir et d’un dévouement similaires, mais nous devons aussi « avoir ce qu’il faut ».

Que faut-il avoir? Si on le savait, ne pensez-vous pas qu’il nous serait facile de repérer et d’embaucher les bonnes personnes et de faire exploser nos taux de qualification? L’embauche, la formation et la qualification de nouveaux contrôleurs sont des tâches très difficiles. Je reçois les mêmes échos de dirigeants de syndicats de contrôleurs de la circulation aérienne à l’étranger.

Pourquoi nos taux de réussite sont-ils si faibles? Notre système de formation est-il déficient? Sommes-nous de si mauvais formateurs? Fait intéressant, tout au long de l’histoire du contrôle de la circulation aérienne, on observe sensiblement des taux de réussite similaires pour la formation. Nous ne sommes donc peut-être pas de si mauvais formateurs; peut-être que ce n’est tout simplement pas tout le monde qui a « ce qu’il faut » pour devenir contrôleur de la circulation aérienne.

Les affirmations de ce type peuvent sembler prétentieuses aux yeux de certains. À moins d’avoir déjà été branché comme contrôleur pendant une période de pointe, c’est difficile de comprendre de quoi il s’agit. Ceux d’entre vous qui ont appuyé sur le bouton d’un microphone dans un flot de circulation intense ou en situation d’urgence savent de quoi il en retourne. Vous savez ce qu’il faut avoir pour faire ce travail et tout ce que ce travail exige du contrôleur. Le travail par quarts, le stress, tout cela pèse lourd sur les épaules des contrôleurs.

Les contrôleurs ne sont pas payés cher pour rien : ils méritent pleinement chaque dollar gagné.

Nous faisons fonctionner le système

Tous les membres de l’ACCTA doivent composer avec la pénurie d’effectifs, qui dans certaines unités prend des allures de crise. En dépit des problèmes de dotation à la grandeur du pays, NAV Canada continue de jouir d’une excellente réputation. Pourquoi? Parce que les contrôleurs de la circulation aérienne sont fiers et font preuve de professionnalisme, ils veillent à ce que le système fonctionne. Les contrôleurs sont comme ça. Si vous êtes un contrôleur, vous savez ce que je veux dire et je sais aussi que je prêche à des convertis. Vous travaillez chaque jour sans relâche en dépit des problèmes d’effectifs, et vous êtes épuisés.

Les affaires de NAV Canada sont très fructueuses depuis quelques années. Tellement que les compagnies aériennes bénéficient maintenant de redevances réduites et d’une réduction tarifaire non récurrente. Les membres de l’ACCTA jouent un rôle crucial dans la réussite de NAV Canada. L’heure est venue pour nous de récolter le fruit de notre labeur.

Nos salaires sont élevés, mais nous les méritons pleinement, tout comme nous méritons maintenant une récompense pour notre contribution à la réussite de NAV Canada. Nous composons avec le système actuel et sa grave pénurie d’effectifs depuis longtemps et nous devrons endurer la situation pendant des années encore. Malgré tout cela, nous faisons en sorte que le système continue de fonctionner. Nous méritons d’être récompensés, ne serait-ce que pour cela.

Négociation collective

Nous sommes sur le point d’amorcer un nouveau cycle de négociation collective, et la barre est haute. Le temps est venu pour NAV Canada de témoigner sa reconnaissance aux contrôleurs de la circulation aérienne pour leur contribution à son succès. NAV Canada a affirmé publiquement que le groupe des contrôleurs figure parmi ses parties prenantes et qu’elle désire discuter avec nous d’une « récompense juste ». Qu’est-ce qu’une « récompense juste »? Cela reste à voir, mais je sais qu’elle se traduira par des gains réels pour nous et qu’aucune concession ne sera exigée de notre part. Comme des millions de dollars sont remis aux transporteurs aériens en raison des gains réalisés grâce aux efforts de nos membres, je suis impatient de diriger notre équipe de négociation cet automne dans le cadre du prochain cycle de négociation pour conclure une convention collective qui reconnaît et valorise ces efforts.

J’espère que tous les membres de l’ACCTA profitent de l’été et qu’ils se réservent du temps pour passer de bons moments en famille et entre amis. Continuez votre excellent travail, mes amis. Il ne se passe pas une seule journée sans que je découvre une autre raison d’être fier de vous et de notre extraordinaire Association.

Solidairement,

Peter Duffey
Président
pduffey@catca.ca