The Future – Not So Clear / Un avenir difficile à prédire

The Future – Not So Clear

I have been travelling across the country speaking with members about the challenges that lay ahead for us in the next few months.   We are facing the unknown. We still haven’t heard back from OSFI on the proposed pension changes and as every day goes by, the lack of a decision begins to weigh on collective bargaining. We have already met with our new contract committee team and discussed the problems we face. We also want to be as transparent as possible with the membership on the challenges facing us.

It will be extremely difficult to proceed with collective bargaining if the OSFI decision has not been received. Also, keep in mind that once that decision is issued, if the proposed changes are approved, it will trigger a wage reopener. As has previously been stated, your newly elected contract committee will decide whether any negotiated percentage increase is sufficient for recommendation to the membership. Without all the issues resolved, collective bargaining will be extremely difficult.

Another important decision your CATCA BoD needs to make is the method of dispute resolution we will use for this round of bargaining. At the SGM held in Toronto in 2012, the CATCA BoD was empowered with making that decision for each round of collective bargaining. Whether we go with our normal method of conciliation / strike or whether we seek agreement with NAV Canada to use binding arbitration again is something the BoD needs to tackle. We all know there is a federal election scheduled for the fall and the outcome of that will have a bearing on the decision of what process we choose.

One thing I know without doubt, one of the biggest priorities of our membership in this round of bargaining is to protect our pension plan from any further changes. The best way CATCA can protect the pension plan is to keep it off the table. If we don’t have a decision from OSFI providing the requested solvency deficit relief, keeping the pension plan off the bargaining table could prove difficult.

When we consider these obstacles, we are in a tricky position heading into the next round of bargaining which is scheduled to begin in December. For that reason, it may be in our best interest to seek the company’s agreement to delay bargaining and simply do a contract extension.   That would see a situation where we would agree to extend the terms of the collective agreement for a period of time and attempt to negotiate an acceptable raise for the extension period.

Members should know although we are discussing these issues, no decisions have been made as to what directions we will pursue. Again, transparency is of the utmost importance to me and I will not shy away from putting the issues out there in an attempt to generate discussion.

Your contract committee met in Ottawa May 20 – 22. It was a chance for the team to meet each other and begin building relationships. The first day consisted of the team learning all about the bargaining process with NAV Canada. A great deal of time was spent explaining the process to the committee and letting them know what they can expect to see in the rooms during the bargaining process. The second day of training was provided by mediators from Federal Mediation and Conciliation Services (FMCS). The training from FMCS focused on the timelines, processes and some training on the bargaining process itself. I sought feedback from the members of the contract committee after the two days and the feedback was very positive. I believe we have elected a strong team and I look forward to working with them.

CATCA received word on May 31 that arbitrator Ted Weatherill had reached a decision on the FAM flight grievance that was heard in April. The issue at stake was how the 12 hour minimum for an upgrade to business class is calculated. NAV Canada believes if you change planes on a multiple leg FAM itinerary, the 12 hours to be considered is the total time inside the airplane exclusive of any stop over. CATCA argued the 12 hours should instead be measured “gate to gate” including stop over time. Arbitrator Weatherill ruled in our favour and agreed that the 12 hours does include ground stops and should be measured from the beginning of the journey to the completion. Members are reminded that as of January 1, 2015 we are in a new FAM flight period and all members should consider taking one. I can tell you first hand from visiting various units here in Canada and abroad that the experience can be quite rewarding. The FAM program is a great way to experience ATC in another unit and expand your horizons as a controller.

The classification arbitration being heard in front of arbitrator Picher is scheduled for further dates June 26, 29 and 30. At this time, we expect those dates will be sufficient to complete all the evidence in the case. After those dates, we anticipate a lengthy decision process. To the members who have been following the case, the issues may seem simple but as we began to argue the case, we found it far from simple. The complexities of the arguments have been numerous and the case is taking a lot longer to be heard than originally thought. At issue is the way traffic movements are being counted in Edmonton and Winnipeg ACC’s and CATCA’s belief that both units are due an increase in ATC premium.

In my last blog, I wrote how the NAV Canada BoD wanted to amend the selection criteria to be a member of NAV Canada’s BoD or to be President and CEO of the company. We had learned that the NAV BoD wanted to remove the requirement to be a Canadian citizen from the selection criteria for those positions. I am happy to report that after some discussions, the proposed changes to the citizenship requirement have been removed. CATCA remains adamantly opposed to the proposed change and will voice our concerns in the future should this issue resurface.

My visits to units across the country continue and it has been extremely beneficial to me to meet the membership and have an opportunity to discuss our issues in person. I’ll say it again, please come out and see me when I visit your unit. There is nothing more important to me than being in touch with the membership and I can only do that with your input.

Finally, let me close this blog by saying thank you to a good friend and member of the CATCA team, Prairie RVP James Krause. After much discussion, James has decided he needed a break from the RVP role and has decided not to run for reelection in this term. James has been a great contributor to the CATCA BoD and his participation and insight will be missed. Over the past few years, James also became a very good friend and confidant. You will be missed Mr. Krause. The race is on to replace James and I wish all the candidates good luck. I look forward to welcoming a new member to the team.

In Solidarity;

Peter Duffey
President
p.duffey@catca.ca

Un avenir difficile à prédire

Dans mes déplacements à travers le pays, j’ai parlé avec les membres des défis qui nous attendent dans les prochains mois. Nous sommes face à l’inconnu. Le BSIF ne nous a toujours pas donné la moindre nouvelle à propos des changements proposés au régime de retraite. Avec les jours qui passent, ce silence commence à peser sur la négociation collective. Nous avons déjà eu une rencontre avec notre comité de négociation et nous avons discuté des problèmes auxquels nous sommes confrontés. Nous tenons à être aussi transparents que possible avec les membres sur ces questions.

Tant que nous n’aurons pas reçu la décision du BSIF, ce sera extrêmement difficile de négocier. On sait qu’une fois cette décision reçue, si les changements proposés sont approuvés, il faudra renégocier les salaires. À mon avis, cette revue des salaires devrait être faite avant de commencer à négocier le renouvellement de la convention. Comme je l’ai déjà mentionné, le nouveau comité élu de négociation décidera si un pourcentage d’augmentation négocié suffit pour formuler une recommandation aux membres.

Le conseil de l’ACCTA a aussi une décision importante à prendre concernant le mode de règlement des différends qui servira dans le cadre des négociations. À l’assemblée générale spéciale de Toronto, en 2012, il a été convenu que le conseil prendrait cette décision à chaque ronde de négociations. Le conseil doit choisir entre passer par le processus habituel de conciliation/grève ou convaincre NAV Canada d’opter pour l’arbitrage exécutoire. Nous savons tous que des élections fédérales s’en viennent à l’automne et leur résultat aura une incidence sur le choix que nous ferons.

S’il y a une chose dont je suis persuadé, c’est que l’une des plus grandes priorités de nos membres est d’empêcher que notre régime de retraite subisse des changements additionnels. Le meilleur moyen pour l’ACCTA de protéger le régime de retraite, c’est d’éviter qu’il fasse partie des choses à négocier. En l’absence d’une décision du BSIF pour régler le déficit de solvabilité, tenir le régime de retraite à l’écart de la table de négociation pourrait s’avérer difficile.

Ces obstacles nous mettent dans une position délicate face à cette nouvelle ronde de négociations qui doit débuter en décembre et la meilleure option pour nous pourrait être de convaincre l’employeur de retarder les négociations et de prolonger la convention actuelle. Autrement dit, cela impliquerait d’accepter les modalités de la convention collective actuelle pendant une durée donnée et d’essayer de négocier une hausse acceptable pour cette période.

Les membres doivent savoir qu’en ce qui concerne ces questions, aucune décision n’a encore été prise quant à l’orientation qui sera privilégiée. Je le répète, la transparence est très importante pour moi et je ne m’empêcherai pas de vous faire un état des lieux pour stimuler la discussion.

Le comité de négociation s’est réuni à Ottawa du 20 au 22 mai. Ses membres ont ainsi pu faire connaissance et commencer à tisser des liens. Le premier jour a été consacré à l’apprentissage de ce qu’il faut savoir pour négocier avec NAV Canada. Nous avons longuement expliqué comment fonctionne le processus et à quoi il faut s’attendre dans les salles pendant les négociations. Le deuxième jour a été consacré à une formation donnée par les médiateurs du Service fédéral de médiation et de conciliation (SFMC). La formation du SFMC était axée sur les délais, les procédures et le processus de négociation en tant que tel. Après deux jours, les commentaires des membres du comité de négociation étaient très positifs. Je pense que les gens que nous avons élus constituent une équipe solide et je me réjouis à l’idée de travailler avec eux.

L’ACCTA a appris le 31 mai que l’arbitre Ted Weatherill a rendu sa décision relativement au grief entendu en avril sur les vols de familiarisation. La question à trancher concernait le calcul du minimum de 12 heures pour avoir droit à un surclassement en classe affaires. NAV Canada avait pour position que, lors d’un vol de familiarisation avec escale et changement d’appareil, les 12 heures comprenaient le temps total passé à bord des appareils et excluaient le temps d’escale. L’ACCTA invoquait plutôt que les 12 heures comprenaient toute la durée du déplacement de la porte d’embarquement du départ à celle d’arrivée, y compris le temps d’escale. L’arbitre Weatherill a tranché en notre faveur, convenant que les 12 heures comprennent le temps passé au sol et doivent être calculées du départ jusqu’à l’arrivée à destination. J’en profite pour rappeler que depuis le 1er janvier 2015, nous sommes dans une nouvelle période de référence pour les vols de familiarisation et tous les membres devraient se prévaloir de cet avantage. Je peux vous assurer, pour avoir moi-même visité plusieurs unités au Canada et à l’étranger, que l’expérience peut être très enrichissante. Le programme des vols de familiarisation est un bon moyen de voir comment le contrôle aérien se passe dans les autres unités et, en même temps, d’élargir ses horizons.

D’autres dates ont été ajoutées pour l’arbitrage sur la classification devant l’arbitre Picher, soit les 26, 29 et 30 juin. Nous espérons que ces trois jours suffiront à présenter toute la preuve. Ensuite, nous nous attendons à ce que le processus décisionnel soit long. La problématique peut sembler assez simple pour les membres qui suivent le dossier, mais lorsque nous avons commencé à plaider la cause, nous nous sommes rendu compte que c’était loin d’être simple. Les complexités du dossier sont nombreuses et c’est plus long que l’on croyait au départ de tout décortiquer. L’enjeu de cette cause est la façon de compter les mouvements de trafic aux CCR d’Edmonton et de Winnipeg. L’ACCTA a pour position que les contrôleurs des deux unités sont en droit à une augmentation de leur prime ATC.

Dans mon dernier article, je vous disais que le c.a. de NAV Canada voulait modifier les critères de sélection de ses membres et du président et chef de la direction de la société, notamment en éliminant l’exigence d’être citoyen canadien pour être admissible à ces fonctions. Je suis heureux de d’annoncer qu’après discussions, les changements proposés touchant l’exigence de citoyenneté ont été retirés. L’ACCTA reste fermement opposée à un tel changement et elle le fera savoir de nouveau si cette proposition refait surface.

Ma tournée des unités à travers le pays se poursuit et j’ai beaucoup bénéficié d’avoir rencontré les membres et d’avoir eu la possibilité de discuter avec eux en personne. Au risque de me répéter, n’hésitez pas à venir converser avec moi quand je serai dans votre unité. Il n’y a rien de plus important pour moi que d’être en contact avec les membres, et cela ne peut se faire qu’avec votre participation.

En guise de conclusion, j’en profite pour remercier James Krause, un bon ami et membre de l’ACCTA, qui a décidé, après en avoir longuement discuté avec nous, de prendre une pause de la vice-présidence régionale des Prairies et de ne pas se représenter à cette fonction. James a beaucoup contribué au conseil de l’ACCTA. Sa participation et ses points de vue nous manqueront. Ces dernières années, James est devenu un très bon ami et un confident pour moi. Vous me manquerez, M. Krause. Cela dit, la course est ouverte pour remplacer James et je souhaite bonne chance à toutes les personnes candidates. J’ai bien hâte d’accueillir un nouveau membre au sein de l’équipe.

Solidairement,

Peter Duffey
Président
pduffey@catca.ca