Still Waiting for OSFI / Toujours sans nouvelles du BSIF

Still Waiting for OSFI

As I travel across the country, I continue to update members on the proposed pension plan changes and answer questions along the way. We are still waiting for OSFI to indicate to us whether or not the proposed changes can be approved. No one is more frustrated at the amount of time this is taking, than I am, but as the famous saying goes, “It is what it is”. We are hoping for an answer in the next few months or so, but there are no guarantees that this will happen. We believe this change will take government approval and with an election looming, who knows what will happen?

If the proposed changes are implemented, we all know it will trigger a wage reopener on the last contract. One question I have been asked a lot is “Who will decide what would be a satisfactory percentage to our membership for a wage reopener”? That will be a matter of discussion between NAV Canada and CATCA. Of course, we will either agree or disagree with the company on the value of the wage increase. If we disagree, then we will return to Arbitrator Picher and he will arbitrate a settlement. Because of the amount of time that this has taken, and because we are about to elect another contract committee, it is my intention to have your newly elected contract committee decide if any negotiated percentage increase is sufficient. Who better to decide if the percentage increase on wages is fair than the people you elected to represent you? I believe this is the approach members would want.

We are hearing rumours that some people believed April 1st was the date a wage reopener would be agreed to. That is completely false. I’m not sure how these rumours get started but at no point has anyone from the CATCA BoD stated April 1st was a target date of any kind. Any negotiations surrounding a wage reopener can only occur after OSFI renders its decision. As already mentioned, no one knows when that will happen. Therefore, no one knows when, or if, wage reopener negotiations will take place. There is, nor has there ever been, any targeted date for implementation or agreement.

Speaking of the contract committee, nominations are now closed for the next committee. Wow, 30 nominees! There is nothing better for CATCA than member engagement and 30 nominees is a record. Interest in these positions has grown over the years and in almost all regions, members need to be elected by their peers for these roles. Gone are the days of acclimation. You have to earn your seat at the table now. It’s very encouraging to see members wanting to get involved. We are looking forward to seeing the election results.

On February 20th, CATCA and NAV Canada began an arbitration in front of arbitrator Michel Picher on the issue of ATCP increases for YWG and YEG ACC’s. Opening arguments were presented and no resolution was reached. We will continue the arbitration on May 1, with additional dates currently scheduled for May 4 and 11. Abe Rosner is presenting CATCA’s case. Scott Roger from YWG ACC and Tony Zaychuk from YEG ACC have been, and will continue to be, present for all arbitration dates to provide local expertise.

The classification working group reconvened in Ottawa April 13 through 17. We had hoped that this would be the week we would see the project completed but that was not to be. This group is dealing with extremely complex and complicated problems. After the meetings this week, it is apparent more meetings are needed. CATCA is determined to ensure the results of this project are completely within the best interests of our membership. We will not rush to conclusion on anything that relates to classification and we will ensure this is done correctly. As previously discussed, the changes being contemplated and developed will effect only the towers at this point and will only relate to unit grading, not ATCP.

The details of the group RRSP for plan B members have been finalized. Sunlife has been chosen by the oversight committee as the provider, and the investment portfolios have been selected. Details are being finalized with Sunlife and a communications strategy is being developed for members affected by this program. For now, the ability to invest in this group RRSP is limited to members of the plan B pension plan.

In March, I attended a meeting in Madrid, Spain where I represented Unifor Canada at an International Transport Federation meeting. The meeting was held in conjunction with ATM Global. Attending that trade show was extremely eye opening. To see a massive trade show building filled to capacity with people selling their ATC products and technologies made me realize how much ATC is now a business with fierce global competition.   It used to be that ATC was a government function in most countries and each country went about its business in isolation. A lot of countries around the world have now removed ATC from government control in some form or another. ATC is becoming big business and competition for selling technology is fierce.   Many companies are developing technologies and they are selling them around the world. NAV Canada is at the forefront of that push and the company has its own division, NAVATM, which sells our technologies around the world. Our CATCA members from Operational System Requirements in Ottawa not only help develop those technologies, they also travel the world selling them. I have met our members at various trade shows and I am always proud see CATCA members representing us on the global stage.

Of particular interest to me, SAAB has developed remote tower technology that has been deployed operationally in Sweden. The FAA is testing remote tower technology in Williamsburg, Virginia (over 100,000 movements a year). NAV Canada had their version of remote tower technology on display at ATM Global along with many other systems they are selling around the globe. NAV Canada has very openly stated it has no desire, nor any plans to implement remote tower technology in Canada but it is something we shall watch very closely.   Recently, Searidge (a company NAV Canada holds majority shares in) was awarded a contract to develop this type of technology in Europe. Technology is proceeding at an incredible pace and CATCA must remain vigilant to make sure our member’s interests are protected in the future. NAV Canada is investing heavily in the global market and we must ensure our member’s interests are protected.

Other evidence of a changing global ATC community is in Britain. A foreign Air Navigation Service Provider (ANSP) has just been awarded a contract to run a major tower. London Gatwick tower has been contracted to the ANSP from Germany. They were quite simply the lowest bidder. There are a lot of contract towers in the US and ATC around the globe has become a business with a bottom line. Again, we must remain vigilant and ensure these global changes in attitudes towards ATC do not negatively affect our members.

Last week saw CATCA again doing something we haven’t done a lot of recently, arguing an arbitration case. This week we appeared before arbitrator Ted Weatherill to argue our case on FAM flight upgrades. The issue at stake was how the 12 hour minimum for an upgrade to business class is calculated. NAV Canada believes if you change planes on a multiple leg FAM itinerary, the 12 hours to be considered is the total time inside the airplane exclusive of any stop over. CATCA argued the 12 hours should instead be measured “gate to gate” including stop over time. Stay tuned for a decision.

CATCA has been informed that the NAV Canada BoD has decided to amend the selection requirements for the NAV Canada BoD and the position of President and CEO. We have learned the NAV Canada BoD has recommended the requirement to be a Canadian citizen should be removed from the selection criteria for BoD and CEO. CATCA has, and will continue to voice our strong opposition to this change. CATCA is adamantly opposed to the requirement of Canadian citizenship being removed from the selection criteria for such important positions in NAV Canada.   In it’s rationale, the NAV Canada BoD cites the fact that NAV Canada is becoming a global company and as such, non Canadians should be allowed to sit on our BoD or be our CEO. CATCA strongly condemns this decision and this direction by NAV Canada’s BoD. Canada is a vibrant country full of many qualified people for such positions. NAV Canada by its very name is a Canadian company and as such Canadians should run it. How anyone can possibly think someone from outside our operation could understand our business and steer us at the CEO position is beyond us. CATCA was asked for its opinion on this matter before a decision was taken. CATCA, along with the overwhelming majority of NAV Canada’s other bargaining agents were opposed to this decision. The NAV Canada BoD chose not to listen our views. Personally, I find this decision extremely disappointing and a big step backward in the relationship between labour representatives and the NAV Canada BoD.

The next few months will be extremely challenging. In addition to navigating the pension plan waters, we have a round of collective bargaining to prepare for. Changes to our classification will continue to be developed and I will continue to visit units across the country as my schedule allows. I am still committed to visiting every unit this year and talking to members one on one. EVP Doug Best has joined me on almost every unit visit to date and he will continue to join me as his schedule allows. So far, the reception has been good. That’s not to say there haven’t been challenges along the way. A few “spirited” discussions have taken place but that’s healthy for an association such as ours. Only through dialogue with the members can your BoD truly ensure we are doing the right things for our membership. One thing Doug and I have heard loud and clear so far is people saying “Thanks for coming out to see us, we appreciate that”.

As I’ve said in the past, please come out and see me when I visit your unit. There is nothing more important to me than being in touch with the membership and I can only do that with your input.

Peter Duffey
President
pduffey@catca.ca

Toujours sans nouvelles du BSIF

Quand je me déplace à travers le pays, j’informe les membres de l’avancement du dossier du régime de retraite et je réponds aux questions. Nous attendons toujours que le BSIF nous fasse connaître sa décision sur la question de savoir si les changements proposés pourraient être approuvés. Personne n’est plus frustré que moi que l’attente soit aussi longue, mais comme on dit, on n’y peut rien. Espérons que cette réponse arrivera dans les prochains mois, mais rien ne le garantit. Nous croyons que ce changement exigera l’approbation du gouvernement et avec les élections qui s’en viennent, personne ne sait comment les choses évolueront.

Vous n’êtes pas sans savoir que si les changements proposés sont mis en œuvre, il faudra renégocier les salaires de la dernière convention collective. On me demande souvent qui décidera quel pourcentage de nos membres sera satisfaisant pour renégocier les salaires : cela dépendra des discussions entre NAV Canada et l’ACCTA. Nous allons nous prononcer sur l’offre d’augmentation de l’employeur, bien entendu. Si nous ne sommes pas d’accord avec cette offre, nous reviendrons devant l’arbitre Picher et le règlement final sera arbitré. Vu tout le temps que ce processus a pris, et vu que nous sommes sur le point de négocier notre prochaine convention, j’avais l’intention de laisser le nouveau comité élu de négociation décider si le pourcentage d’augmentation négocié est suffisant. Qui est le mieux placé que le comité que les membres ont élu pour décider si l’augmentation est équitable? Je crois que c’est cette approche que les membres souhaiteraient adopter.

Une rumeur courait à l’effet que le 1er avril était la date de prise de décision pour une renégociation des salaires. Rien de plus faux. J’ignore d’où ça vient, mais c’est clair que personne du Conseil de l’ACCTA n’a avancé la date du 1er avril pour quoi que ce soit. Quoi qu’il en soit, la renégociation des salaires ne pourra pas se faire tant et aussi longtemps que le BSIF n’aura pas fait connaître sa décision et, comme je l’ai déjà souligné, personne ne sait quand ce jour arrivera, ni même s’il arrivera. D’ailleurs, on saura seulement ce jour-là si les salaires devront être renégociés. Il n’y a jamais eu de date cible de négociation ou de mise en œuvre.

Parlant de négociations, la période des mises en candidature au comité de négociation est maintenant terminée. Wow, 30 candidats! L’engagement des membres est ce qui peut arriver de mieux à l’ACCTA et 30 candidats, c’est un record. L’intérêt pour cette fonction a grandi avec les années et, dans presque toutes les régions, les gens qui siègent au comité doivent être élus par leurs pairs. Terminée l’époque où les gens étaient élus par acclamation : désormais, il faut le gagner, ce siège. C’est très encourageant et cela prouve que les membres veulent s’impliquer. Nous avons bien hâte de connaître les résultats des élections.

Le 20 février, l’ACCTA et NAV Canada se sont retrouvés en arbitrage devant l’arbitre Michel Picher sur la question de l’augmentation des primes ATC aux CCR YWG et YEG. Les plaidoiries introductives ont été présentées et aucun accord n’est intervenu. L’arbitrage se poursuivra le 1er mai et deux autres journées sont réservées les 4 et 11 mai. Abe Rosner défend la cause de l’ACCTA. Scott Roger du CCR YWG et Tony Zaychuk du CCR YEG participent à toutes les audiences en tant que témoins experts locaux.

Le groupe de travail sur la classification s’est réuni à Ottawa du 13 au 17 avril. Nous avions espéré que cette rencontre permettrait de terminer le projet, mais il semble que ce ne soit pas encore le cas. Les problèmes à régler sont extrêmement complexes. Au sortir de cette réunion, il est apparu évident que d’autres réunions seraient nécessaires. L’ACCTA est déterminée à faire en sorte que ce projet aboutisse à des résultats qui vont dans le meilleur intérêt des membres. Nous n’allons pas nous hâter de conclure quoi que ce soit qui concerne la classification et nous allons nous assurer que les choses se font correctement. Nous le savons tous, les changements qui découleront de cet exercice affecteront seulement les tours pour le moment et ils concerneront seulement les échelons d’unité et non la prime ATC.

Les détails du REER collectif pour les membres du régime B ont été finalisés. Le comité a choisi la Sunlife comme fournisseur et les portefeuilles de placements ont été sélectionnés. La finalisation des derniers détails avec la Sunlife est en cours et une stratégie est en préparation pour communiquer avec les membres concernés. Pour le moment, l’admissibilité à investir dans ce REER collectif est limitée aux membres du régime B.

En mars, j’ai participé à une réunion de la Fédération internationale des ouvriers du transport à Madrid, en Espagne, où j’ai représenté Unifor Canada. Cette réunion se tenait parallèlement au World ATM Congress. Participer à ce salon professionnel a été très révélateur pour moi. Ce salon énorme et plein à craquer de gens vendant des produits et technologies ATC m’a fait voir à quel point le contrôle aérien est devenu un secteur où la concurrence est aussi mondiale que féroce. Jadis, le contrôle aérien était une fonction gouvernementale et chaque pays menait sa barque en vase clos. Mais désormais, dans bien des pays, le contrôle aérien n’est plus sous contrôle gouvernemental. C’est devenu un créneau commercial important et la concurrence est forte parmi les vendeurs de technologies. La plupart sont des concepteurs qui veulent vendre leurs technologies dans le monde entier. NAV Canada en fait partie, avec sa division NAVATM qui cherche à vendre nos technologies à l’étranger. Ce sont des membres de l’ACCTA affectés aux Exigences des systèmes opérationnels à Ottawa qui développent ces technologies et qui voyagent à travers le monde pour les vendre. J’en ai rencontré à divers salons professionnels et je suis toujours fier de ces gens qui représentent l’ACCTA sur la scène mondiale.

Je me suis particulièrement intéressé au fait que SAAB a développé une technologie pour les tours éloignées qui a été déployée de façon opérationnelle en Suède. La FAA est en train de tester cette technologie à Williamsburg, en Virginie (plus de 100 000 mouvements par année). Au salon professionnel ATM, NAV Canada a proposé sa propre technologie pour les tours éloignées ainsi que pour plusieurs autres systèmes. NAV Canada dit ne pas vouloir implanter cette technologie dans les tours éloignées canadiennes, mais je crois qu’il vaut mieux surveiller la situation de très près. Dernièrement, la société Searidge (dont NAV Canada est actionnaire majoritaire) a décroché un contrat afin de développer ce type de technologie en Europe. Les technologies évoluent vite et NAV Canada investit lourdement sur le marché mondial; l’ACCTA doit donc veiller à ce que les intérêts futurs de ses membres soient bien protégés.

La Grande-Bretagne fournit une autre preuve de l’évolution du contrôle aérien à travers le monde en confiant à un fournisseur étranger de services de navigation aérienne (ANSP) le contrat d’exploitation d’une très importante tour de contrôle, soit la tour Gatwick de Londres. En effet, un ANSP Allemagne a décroché le contrat, tout simplement parce qu’il était le plus bas soumissionnaire. On dénombre plusieurs tours exploitées à contrat aux États-Unis et le contrôle aérien est de plus en plus ramené à une simple question d’argent. Là encore, nous devons rester vigilants et veiller à ce que ce changement mondial d’attitude à l’égard du contrôle aérien n’affecte pas négativement nos membres.

La semaine dernière, pour la première fois depuis un bon moment, l’ACCTA a plaidé en arbitrage. En effet, nous nous sommes présentés devant l’arbitre Ted Weatherill pour plaider la cause des surclassements pour les vols de familiarisation, plus précisément la façon dont le minimum de 12 heures est calculé pour un surclassement en classe affaires. NAV Canada estime que, lorsqu’on doit changer d’avion sur un itinéraire de familiarisation qui comporte plusieurs segments, les 12 heures à prendre en considération sont constituées du temps total passé à l’intérieur de l’appareil et excluent le temps d’escale. L’ACCTA soutient que les 12 heures doivent plutôt comprendre le temps d’escale. Nous vous tiendrons au courant de la décision.

L’ACCTA a appris que le c.a. de NAV Canada a décidé de modifier les critères de sélection de ses membres et de son président et chef de la direction. En effet, le c.a. de NAV Canada a recommandé que la citoyenneté canadienne soit supprimée des critères de sélection. L’ACCTA a toujours été contre un changement de ce genre et continue de l’être. Nous sommes fermement opposés à ce que la citoyenneté canadienne ne soit plus un critère de sélection à des postes aussi importants de NAV Canada. Le c.a. invoque que NAV Canada devient une société mondiale et que des non-Canadiens devraient être autorisés à siéger à son c.a. ou à devenir son président et chef de la direction. Nous condamnons vigoureusement cette décision, tout comme la direction que le c.a. de NAV Canada veut prendre. Le Canada est un pays dynamique et les personnes qualifiées pour occuper ces fonctions y abondent. De par son nom, NAV Canada est une société canadienne et elle devrait être dirigée par des Canadiens. Cela nous dépasse que certains puissent même penser qu’une personne extérieure à l’entreprise puisse la comprendre et en prendre la direction. L’avis de l’ACCTA a été demandé sur cette question avant qu’une décision soit prise. Tout comme la majorité écrasante des agents de négociation de NAV Canada, l’ACCTA s’est prononcée contre. Le c.a. de NAV Canada a préféré ne pas en tenir compte. À mon sens, cette décision est extrêmement décevante et c’est un pas en arrière en ce qui concerne les relations entre les représentants des employés et le c.a. de NAV Canada.

D’imposants défis nous attendent dans les mois à venir. En plus de naviguer dans les eaux du régime de retraite, nous avons une ronde de négociations à préparer. Le travail au niveau des changements à la classification se poursuit et je vais poursuivre ma tournée des unités à travers le pays dans toute la mesure où mon agenda me le permettra. J’ai toujours l’intention de visiter chaque unité et de faire connaissance avec tous les membres. Le VPE Doug Best m’a accompagné presque partout jusqu’à présent et il continuera de le faire si son agenda le lui permet. Jusqu’à présent, la réception des gens est bonne. Ce qui ne veut pas dire que tout est parfait : quelques discussions « animées » ont eu lieu, mais c’est parfaitement sain dans une association comme la nôtre. Seul un vrai dialogue avec les membres permettra au Conseil de faire ce qui est bon pour eux. Ceci dit, les membres nous disent souvent, à Doug et à moi, qu’ils apprécient que nous soyons passés les voir.

Comme je l’ai dit par le passé, je vous invite à venir me voir quand je passerai dans votre unité. À mes yeux, rien n’importe plus que le contact avec les membres, alors n’hésitez pas à venir me parler.

Solidairement,

Peter Duffey
Président
pduffey@catca.ca