Pension Plan Amendment

“We’re talking to NAV Canada about the pension plan”.

Say those words and watch the level of concern instantly rise amongst our membership. Your Board of Directors is extremely aware of that and we will be doing everything we can to keep members informed about this issue.

In a B&F sent out November 7th, we informed you about amendments to the pension plan currently being discussed with NAV Canada and OSFI. OSFI (The Office of the Superintendent of Financial Institutions) is the overseer of pension plans in Canada. They have the final say on whether or not arbitrator Picher’s orders can be implemented. Basically, when it comes to pensions “what OSFI says, goes”!

These discussions are a direct result of the arbitration award handed down by arbitrator Michel Picher during the last round of negotiations. In his decision, arbitrator Picher stated:

“Accordingly, we direct the Union’s President to attend with management representatives at any future meeting with OSFI or subsequent related processes, and to lend the Union’s approval and support for the changes proposed in a reasonable effort to secure any necessary OSFI approvals.”

The term “changes proposed” in this context refers to the removal of guaranteed annual indexing if the pension plan is terminated. The above statement is a direct and binding order on CATCA to support the removal of indexing in the event of plan termination. Members should remember that as long as the plan is up and running, when members retire, indexation on retirement will continue as it exists today.

I’ve heard people ask “well what if NAV Canada just decides to terminate the plan?”. Answer: They can’t, without CATCA’s signed agreement. Before 2009 – they were free to do so. Since 2009, the collective agreement says they need our OK. And right now, for the first time, NAV Canada has agreed to insert the requirement for CATCA’s agreement right into in the pension plan rules which are being submitted to OSFI.

Let me be the first to say I am not pension expert. I have gotten a thorough education on this process and I feel comfortable that the CATCA BOD is well informed and educated on this and will implement Arbitrator Picher’s order in the best interest of our members. But we aren’t experts. In addition to utilizing Unifor’s pension actuaries and Abe Rosner (former CATCA CAW staff rep) for advice, the NCBAA (the collective term for the 8 unions in NAV Canada) has retained legal counsel to represent our interests as this process unfolds. The members of all 8 unions in NAV Canada will be affected by this change, not just CATCA members. Very early in this process, I approached the NCBAA and asked them to contribute to a fund to hire the best pension expert we could find. I made some inquiries and was directed to Michael Mazzuca. Michael is a pension lawyer with the firm Koskie Minsky in Toronto. Koskie Minsky is one of the most noted labour friendly law firms in Canada. Take a moment and click on the link for Michael and you will see he has extremely impressive credentials.

The NCBAA has appointed me as the spokesperson on this issue with NAV Canada. I am also the liaison and contact point for Michael Mazzuca. As such, I have been in constant contact with Michael as this process unfolds and on a go forward basis, he will be there every step of the way. Michael has attended meetings with me and I can say without hesitation that his fee is money very well spent.

To date, we are still in the process of crafting language that the NCBAA and NAV Canada can agree to. In addition to continuing working on language, on November 28th, I and other representatives from the NCBAA, along with NAV Canada, attended a meeting with representatives from OSFI at their offices in Ottawa. The purpose of the meeting was to present the idea to OSFI as a concept, without specifics, to see if they would have any appetite to approve the amendments. OSFI listened to the presentation NAV Canada made and after asking some questions, they adjourned to consider the amendments being proposed. No indication was given as to whether or not they would approve the amendments. We are currently waiting for OSFI to give an indication if they would have an appetite to look at specific wording that would accomplish what was ordered in arbitration. If OSFI says “no”, then this whole thing dies.

If OSFI indicates these amendments are possible, then we have a lot of communication work to do. We have been talking to branch representatives about this subject at regional training seminars this fall and answering questions as we go, but there is much more communication work to do. Before anything is implemented we will produce a Q&A answering the questions our members are asking. I will also embark on a cross-country tour to hold meetings with members to answer their questions.

Another key piece of information is the effective date of all these changes if they are approved. You may have heard that if you are already retired before the new rules are adopted, these changes will not apply to you. That is correct. We are fully aware that there will be some members who will want to retire. Without getting into the merits of whether that is a wise thing to do or not, you can be assured everyone will have that opportunity. These changes won’t be implemented out of the blue. You will have more than enough notice to retire if you feel that is the best choice for you.

As I write this, I realize this blog may raise more questions than it answers, but that’s ok. I am not going to shy away from communicating with the membership about what is going on, as that is perhaps my greatest responsibility as your President. I know this topic causes worry. I know I will face very tough questions as I travel across the country, but I welcome them.

I know this was a long read, but the information is important and you need to hear it. Thanks for taking the time to visit my blog.

In Solidarity
Peter Duffey
President

Modifications au régime de retraite

“Nous discutons du régime de retraite avec NAV Canada.”

Il suffit de dire cette phrase pour que l’inquiétude des membres se manifeste instantanément. Les membres du Conseil sont très conscients de cela et tout sera fait pour tenir les membres au courant de l’évolution de ce dossier.

Dans une note de service du 7 novembre aux sections et installations, nous avons fait état des modifications au régime de retraite qui font l’objet de nos discussions avec NAV Canada et le Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF). Le BSIF est le gardien des régimes de retraite au Canada. Il a le dernier mot sur la question de savoir si les ordonnances de l’arbitre Picher peuvent être mises en application. Autrement dit, lorsqu’il s’agit d’un régime de retraite, ce que décide le BSIF a force de loi.

Les discussions actuelles sont le résultat direct de la décision arbitrale rendue par l’arbitre Michel Picher aux dernières négociations. L’arbitre a ordonné au président du syndicat de participer, avec la partie patronale, aux éventuelles réunions avec le BSIF ou avec toute autre instance subséquente afin de montrer que le syndicat approuve les changements proposés et d’obtenir l’approbation nécessaire du BSIF.

Dans ce contexte, le terme « changements proposés » fait référence à l’élimination de la clause d’indexation annelle du régime de retraite advenant sa liquidation. L’ordonnance directe et exécutoire que j’ai résumée dans le paragraphe suivant oblige l’ACCTA à appuyer l’élimination de la clause d’indexation advenant la liquidation du régime. Soulignons que, tant que le régime existera, les membres qui partiront à la retraite auront droit à l’indexation de leur pension, comme c’est le cas actuellement.

Certains m’ont demandé ce qui va se passer si NAV Canada décide de liquider le régime de retraite. Voici la réponse : NAV Canada ne pourra pas liquider le régime de retraite sans la signature de l’ACCTA. Avant 2009, ça aurait été possible, mais depuis 2009, la convention collective stipule que notre signature est obligatoire. Et aujourd’hui, pour la première fois, NAV Canada a accepté d’inscrire cette obligation dans le texte du régime de retraite qui a été présenté au BSIF.

Je ne suis pas un expert des régimes de retraite. J’ai reçu un enseignement intensif sur le sujet dernièrement et j’estime que les membres du Conseil de l’ACCTA sont assez bien formés et informés pour faire en sorte que la mise en application de la décision Picher se fasse dans le meilleur intérêt de nos membres. Mais il reste que nous ne sommes pas des experts. En plus de bénéficier des conseils des actuaires d’Unifor et d’Abe Rosner (ancien permanent TCA affecté à l’ACCTA), l’Association des agents négociateurs de NAV Canada (AANNC), qui regroupe les huit syndicats de NAV Canada, a retenu les services d’une firme d’avocats pour nous représenter durant ce processus. Les huit syndicats de NAV Canada seront affectés par ce changement, et pas seulement l’ACCTA. Dès le début du processus, j’ai contacté l’AANNC et j’ai demandé qu’une réserve soit créée pour financer le meilleur expert des pensions qu’on puisse trouver. J’ai pris des renseignements à gauche et à droite et on m’a suggéré Michael Mazzuca, avocat spécialisé en régimes de retraite, de la firme Koskie Minsky de Toronto. La firme Koskie Minsky est l’une des plus pro-syndicales du Canada. Prenez le temps de cliquer sur l’hyperlien et vous verrez que les antécédents de Michael sont assez impressionnants.

L’AANNC m’a nommé porte-parole auprès de NAV Canada dans ce dossier. Je suis aussi l’agent de liaison et la personne-ressource pour Michael Mazzuca. J’ai donc été en contact constant avec lui depuis le début du processus et il en sera ainsi jusqu’à l’aboutissement du dossier. Michael m’a accompagné dans toutes les réunions et je peux affirmer sans hésitation que chaque dollar de ses honoraires est un dollar judicieusement dépensé.

Jusqu’à présent, nous sommes encore à l’étape de la rédaction des dispositions sur lesquelles l’AANNC et NAV Canada devront s’entendre. Par ailleurs, le 28 novembre, j’ai participé à une réunion convoquée par le BSIF à Ottawa en compagnie d’autres représentants de l’AANNC et de NAV Canada. Le but de cette réunion était de présenter le concept au BSIF sans entrer dans les détails, pour sonder le terrain et voir à quel point le BSIF serait ouvert à l’idée d’approuver de telles modifications. Le BSIF a écouté la présentation de NAV Canada et posé quelques questions, à la suite de quoi il a ajourné la réunion pour étudier le dossier. Il ne nous a donné aucune une indication de son intention d’approuver ou pas. Nous attendons de savoir si le BSIF est intéressé à examiner une clause qui pourrait lui convenir et qui produirait le résultat recherché par la décision arbitrale. S’il refuse, tout le processus tombe à l’eau.

Si le BSIF entrevoit une possibilité d’adopter les modifications, nous aurons beaucoup de travail de communication à faire. Nous en avons déjà discuté avec les représentants des sections aux séminaires régionaux de formation de l’automne et nous répondons à toutes les questions possibles, mais le vrai travail de communication à faire sera beaucoup plus considérable. Avant toute chose, nous allons produire une FAQ pour répondre aux questions des membres. Je vais aussi entamer une tournée pancanadienne pour répondre de vive voix aux questions des membres en assemblée.

Un autre aspect important concerne la date d’entrée en vigueur des changements s’ils sont approuvés. Vous avez peut-être déjà entendu dire que les nouvelles règles ne s’appliqueront pas à ceux qui ont pris leur retraite avant cette date d’entrée en vigueur. C’est exact. Nous savons que certains membres ont l’intention de hâter leur départ à la retraite. Sans entrer dans un débat sur la question de savoir si c’est une bonne idée ou pas, je vous assure que vous aurez cette possibilité si c’est ce que vous souhaitez. Les changements ne seront pas mis en œuvre de but en blanc. Le préavis sera suffisant pour permettre un départ à la retraite pour ceux qui estiment que c’est la meilleure solution.

Au moment d’écrire ces lignes, je me rends compte que cet article soulève peut-être plus de questions qu’il n’apporte de réponses, mais ça viendra. Je ne vais pas me soustraire à mon engagement de communiquer avec les membres, car c’est sans doute ma plus grande responsabilité en tant que président. Je sais que la situation vous inquiète. Je sais aussi que j’aurai à répondre à des questions difficiles dans mes déplacements au pays, mais je m’y attends.

Cet article était long, mais l’information qu’il contient est importante et vous devez la connaître. Merci d’avoir pris le temps de me lire.

Solidairement,
Peter Duffey
Président