Collective Bargaining and other Thoughts / Les négociations collectives et autres pensées

It’s been a long time since I’ve updated my blog, and I apologize for the gap. It seems collective bargaining and its associated research is eating up all my time lately. Finding time to sit down at the computer to write a post is a lot more difficult than it seems.

Collective Bargaining

We are now well into the collective bargaining process, and after five weeks at the table with NAV Canada, we have made a lot of progress. However, a number of key issues remain on the table for discussion. Your bargaining team has been working hard to bring you a collective agreement you will be happy with, and we will continue to do so. The next round of talks with NAV Canada is scheduled for the last week of March, though rest assured the bargaining team will be discussing issues between now and then.

A few members have asked why the long break and why wait until the end of March…

As you know, we started collective bargaining early this round, and it was our intention to be finished by now. Unfortunately, due to some pretty complex issues, we have not yet arrived at a conclusion. Both CATCA and NAV Canada need a bit of a break to take a step back and analyze issues. The last thing we ever want to do is rush this process just for the sake of getting it done on time. Also, assuming (albeit incorrectly) that we would be done early, other commitments were booked for the end of February. March break is also coming up, and many Bargaining Committee members have family time planned – and they need time to live their lives with their families.

During the bargaining break, EVP Doug Best and I will be attending other functions in March. We have some very important international conventions to attend, and while we would cancel these commitments in order to bargain, members’ families come first. Your Contract Committee are volunteers who already sacrifice enough of their personal time to represent the members. Proceeding in bargaining with 25% of the team absent is not something we will entertain.

Add to the above that fact that we still have the day-to-day business of the Union, which means we need time over the next few weeks to catch up. We have bargained two out of the last three weeks, and I can assure everyone that the week in-between was spent deep in analysis and preparatory work on the part of CATCA. We need time to return to Union business for a few weeks.

CATCA will not rush this process. We are not in a race to get a contract; we are carefully and methodically planning our way to the best possible contract for our members.

Classification

The ongoing mess that is classification is finally starting to show light at the end of the tunnel.  As you are hopefully now aware, we have appointed Gordon Howe from Buttonville Tower on a two-year term position to work as a full-time classification person. It has become clear to me over the past years that the amount of work required to get the system running properly is simply too much for any of the CATCA executive. Without having a full-time person dedicated to the task, progress has been painstakingly slow. CATCA has negotiated with NAV Canada to have this position paid for by the Company.

The working group that has been developing an alternative method for counting within classification has completed their task. We will now begin to structure a roll-out process that will see their recommendations adopted into the classification system. Please remember that this group did not change the classification system itself, they simply replaced counting airplanes as a key trigger within unit grading.

Going forward, Gord will be tasked with “fixing” many of the outstanding issues surrounding our classification system. Having one person constantly working on this issue will only benefit us.

Bill C-27

Did you follow the media frenzy surrounding this piece of legislation and the amount of very misleading (in my opinion) information surrounding it? In a nut shell, C-27 was introduced to allow employers the ability to abandon DB pension plans in favour of Targeted benefit plans.  Subsequent media reports caused our members great concern as they felt that once again their pension plan was at risk. That simply isn’t the case. Let’s take a look at the facts surrounding C-27.

Here is a summary article written by the law firm of Koskie Minsky.

If the law firm sounds familiar, it is because Koskie Minsky is the same law firm CATCA uses for our pension advice. Michael Mazzuca, the lawyer who has done all of the work and research on the OSFI issues for us, is a partner at that firm. The important part of the article that should be emphasized is:

Under Bill C-27, a conversion of a member’s or former member’s DB pension requires that members or former members consent to the conversion. A union may consent to such a conversion on behalf of unionized members where the union is authorized to do so. It is not clear from C-27 what type of authority a union requires in order to provide such consent.

There is no reason CATCA would give any consent to change our DB plan. For that reason and that reason alone, our DB plan is safe from this Bill. Of course, because we are a unionized environment, individual members would not be able to leave the DB plan and convert to a TB plan. Even if they could, why would they? There would be no sound reason for doing so.

CATCA strongly opposes Bill C-27 as we feel it is bad legislation that opens doors that need to remain closed. It is a threat to working class Canadians. The labour movement needs to fight the Bill, however, as it is written today, C-27 does not have any effect on our members.

Read the full Bill C-27 here.

Report Card

When I look back at 2016, I look back on a very successful year for CATCA. I take a lot of pride in the work this Union does representing the membership on a daily basis, and the past year was no exception. Your RVPs, your local executives and the membership in general made 2016 a year we can all be proud of.

We hosted a very successful Convention in Halifax. I have been to a lot of conventions over the years, but this one was different. There was something in the air in Halifax! Convention tasked the CATCA Executive Board with several resolutions and we set about getting them accomplished;

  • Partial check-outs are now recognized as full members with full benefits once they partial. It was a convention request, we delivered.
  • The mandate to eliminate the differences between operational and non-operational controllers was given by Convention and we delivered. Quite possibly one of the biggest closed period deals CATCA has ever done.
  • Trainees get paid – one of the biggest beefs from our members for the last few years and we fixed it!
  • The Fort McMurray fundraising was a phenomenal show of unity and strength on the part of our membership.
  • The YWG / YEG counting grievance got settled. Although not the biggest win and disappointing for a lot of members, it was a lot better than we thought we could do if we went the distance. We finally got the members what they deserved after their problem had not been dealt with for far too long.
  • We got NAV to agree to the 9-day rule, and they have agreed to respect the 24-hour clear period when posting schedules.
  • C&N – you can take less than the full nine weeks if it’s your last year of eligibility and you are taking the second summer period.
  • We got an HSA carry-over again as part of the ongoing benefits bargaining process.
  • Globally, we have built our reputation with purpose. CATCA attended and spoke at IFATCA2016 and Communicating for Safety in Las Vegas; the International Transport Federation in London; NZAPLA ATC convention in New Zealand; NATCA’s convention in San Diego; and ATCO UK (the British ATC Convention). We have strengthened our international profile, which is very important to me. Anyone who was at Convention and listened to our international speakers will tell you that having strong international ties with other unions will be vital as we move forward.

CANSO (Civil Air Navigation Service Organization) is an organization of ANSP’s from all around the world working collectively to all “get on the same page”. Does it not only make sense that organised labour does the same? Along those lines, EVP Doug Best and I are attending the World ATM Congress in March where we will be staffing a booth and speaking on a panel to show the world’s ANSP’s that labour is united.

  • Our social media presence has improved, and the feedback from the members has been very positive.

Add to the above the endless list of local issues that we and your local branch executive have resolved, and 2016 truly does rise to the top for CATCA.

Moving Forward

Even with such a solid 2016, I am completely aware that none of it will matter if we do not deliver in 2017. Your leadership recognizes that without a fair collective agreement, ratified by a high percentage of our members, all the work to date will be diminished.

We are at a crossroads in the history of NAV Canada. We have a new CEO who, quite frankly, is a great leader and in my opinion is taking the Company in the right direction. The Company has made significant moves towards being a better employer. In almost all cases they are fair and reasonable on the issues we discuss with them. However, if NAV Canada doesn’t fairly negotiate a collective agreement that makes our members feel they have been recognized for their efforts over the past few years keeping this system running, that would be unfortunate.

We all know how hard CATCA members have been working in the face of staffing problems across this country. We all know how tired people are of working excessive amounts of overtime. We all know there have been almost no delays due to staffing shortages and we all know it’s because we have been keeping the metal moving. It’s time for NAV Canada to recognize those efforts, and we will soon know what that looks like.

Once the collective bargaining process is over, we will, of course, cross the country on a ratification tour. When that process has been completed, pending a successful ratification vote, I hope to get back out on the road visiting as many units as I can this year. There is nothing I like better than getting out and talking to members face-to-face, listening to your concerns and answering your questions. Hopefully, I will see most of you in 2017.

In solidarity,

Peter Duffey
President
pduffey@catca.ca

_________________________________________________________________

Cela fait longtemps que j’ai écrit sur mon blogue et je vous présente mes excuses pour ce long silence. On dirait que les négociations collectives et tout le travail de préparation me prennent tout mon temps récemment. Il est beaucoup plus difficile qu’il n’y paraît de trouver du temps pour s’asseoir devant l’ordinateur et pour écrire un billet.

Les négociations collectives

Le processus de négociation collective est maintenant bien entamé, et nous avons fait beaucoup de progrès après ces cinq semaines à la table avec NAV Canada. Toutefois, il reste un nombre de questions importantes dont nous devons encore discuter. Votre équipe de négociation travaille fort pour parvenir à une convention collective qui vous satisfera et elle continuera de le faire. Le prochain cycle de pourparlers avec NAV Canada est prévu pour la dernière semaine de mars, mais d’ici là, je vous assure que le comité de négociation discutera d’enjeux par téléconférence et par courriel.

Quelques membres nous ont demandé pourquoi nous prendrons une aussi longue pause et pourquoi nous attendrons à la fin de mars pour reprendre les négociations…

Comme vous le savez, nous avons amorcé le processus de négociation collective plus tôt en espérant avoir terminé l’exercice à cette période-ci. Malheureusement, en raison de quelques enjeux passablement complexes, nous ne sommes pas encore parvenus à une entente. Tant l’ACCTA que NAV Canada ont besoin d’une pause pour prendre du recul et analyser certains enjeux. La dernière chose que nous voulons est de précipiter les choses durant le processus simplement pour parvenir à une entente dans le délai prévu initialement. De plus, en supposant (même à tort) que nous ayons terminé plus tôt, nous avions déjà d’autres obligations à la fin de février. La semaine de relâche de mars arrive aussi à grands pas, et de nombreux membres du comité ont prévu des activités familiales — ils ont besoin de passer du temps en famille.

En mars, durant la pause de négociation, le vice-président exécutif Doug Best et moi-même participerons à d’autres activités. Nous devons assister à de très importants congrès internationaux. Nous annulerions volontiers notre participation à ces événements, mais nous sommes d’avis que les familles des membres doivent avoir la priorité. Votre comité de négociation se compose de bénévoles qui sacrifient déjà beaucoup leur vie personnelle pour représenter les membres. Poursuivre les négociations en l’absence de 25 % du comité n’est pas une option envisageable.

Il faut ajouter à cela le fait que nous devons aussi voir aux affaires courantes de l’Association, nous profiterons donc des prochaines semaines pour faire du rattrapage à ce sujet. Deux des trois dernières semaines ont été consacrées aux négociations, et je peux vous assurer que l’ACCTA a passé la semaine qui s’est écoulée entre les deux à analyser de l’information et à se préparer aux négociations. Nous devons nous occuper des affaires de l’Association pendant quelques semaines.

L’ACCTA ne précipitera pas les choses durant le processus de négociation. Il ne s’agit pas d’une course. Nous procédons avec méthode et prudence pour obtenir la meilleure convention collective qui soit pour nos membres.

La classification

Nous commençons à voir la lumière au bout du tunnel dans ce bourbier qu’est le système de classification actuel. Comme vous le savez déjà, du moins je l’espère, nous avons nommé Gordon Howe de la tour Buttonville à un poste à temps plein d’analyste en classification pour une période de deux ans. Il m’est devenu évident ces dernières années que le travail nécessaire pour corriger le système représente une charge tout simplement trop lourde pour l’un ou l’autre des membres de l’exécutif de l’ACCTA. Comme personne ne s’y consacrait à temps plein jusqu’à maintenant, les progrès ont été réalisés extrêmement lentement. L’ACCTA a donc négocié avec NAV Canada pour faire en sorte que ce poste soit rémunéré par la Compagnie.

Le groupe de travail, qui était chargé de mettre au point une autre façon de compter les mouvements d’aéronefs aux fins de classification, a accompli sa tâche. Nous commencerons sous peu à structurer un processus pour mettre en œuvre ses recommandations dans le système de classification. Je vous rappelle que le groupe de travail n’a pas modifié le système de classification en soi : il a simplement remplacé le compte des aéronefs comme principal élément servant à déterminer la classe au sein d’une unité.

À partir de maintenant, Gordon sera chargé de « résoudre » les nombreux problèmes qu’il reste à régler en ce qui a trait à notre système de classification. Nous profiterons tous du fait qu’une personne se consacre à temps plein à cette question.

Le projet de loi C-27

Avez-vous eu connaissance de la frénésie médiatique concernant ce projet de loi et de la quantité d’information passablement trompeuse (à mon avis) qui circule à ce sujet? En gros, le projet de loi C-27 a été présenté pour permettre aux employeurs d’abandonner les régimes de retraite à prestations déterminées (PD) au profit de régimes à prestations cibles (PC). Les reportages diffusés par les médias ont suscité beaucoup d’inquiétude chez nos membres qui ont pensé, une fois de plus, que leur régime de retraite était menacé. Cela n’est tout simplement pas le cas. Examinons les faits concernant le projet de loi C-27.

Voici un résumé de l’article écrit par le cabinet d’avocats Koskie Minsky. (Disponible en anglais seulement.)

Si le nom du cabinet vous dit quelque chose, c’est tout simplement parce que le cabinet Koskie Minsky conseille l’ACCTA au sujet de son régime de retraite. Michael Mazzuca, l’avocat qui a effectué pour nous toute la recherche et tout le travail sur les questions du BSIF, est associé à ce cabinet. Il importe de souligner ce paragraphe important de l’article :

Under Bill C-27, a conversion of a member’s or former member’s DB pension requires that members or former members consent to the conversion. A union may consent to such a conversion on behalf of unionized members where the union is authorized to do so. It is not clear from C-27 what type of authority a union requires in order to provide such consent.

Rien ne justifierait que l’ACCTA consente à modifier son régime de retraite à PD. Cette seule et unique raison explique pourquoi notre régime de retraite à PD est à l’abri du projet de loi C-27. Évidemment, étant donné que nous formons un groupe syndiqué, des membres ne pourraient pas individuellement convertir leur régime de retraite à PD en un régime à PC. Et même s’ils le pouvaient, pourquoi le feraient-ils? Ils n’auraient aucun motif valable de le faire.

L’ACCTA s’oppose fermement au projet de loi C-27 qu’elle considère comme mauvais puisqu’il ouvre une porte qui devrait rester fermée. Il constitue une menace pour les travailleurs canadiens, et le mouvement syndical doit s’opposer au projet de loi. Cela étant dit, l’adoption du projet de loi C-27, tel qu’il est rédigé, n’aurait aucune répercussion sur nos membres.

Je vous invite à lire la version intégrale du projet de loi C-27.

Notre fiche de rendement

Quand je fais le point sur 2016, je pense qu’il s’agit d’une autre excellente année pour l’ACCTA. Je tire une grande fierté du travail de représentation qu’accomplit au quotidien l’Association, et l’année dernière ne fait pas exception sur ce plan. Vos VPR, vos exécutifs locaux et les membres en général ont fait de 2016 une année dont nous pouvons tous être fiers.

Le congrès que nous avons tenu à Halifax a été un franc succès. J’ai participé à de nombreux congrès au fil des ans, mais celui-ci était différent. Il y avait un je-ne-sais-quoi de spécial à Halifax! Lors du congrès, l’assemblée a adopté plusieurs résolutions que le conseil exécutif de l’ACCTA s’est employé à mettre en œuvre :

  • Les membres possédant une qualification partielle sont désormais reconnus comme membres à part entière et bénéficient à ce titre de tous les avantages associés à ce statut dès leur qualification partielle. L’assemblée a formulé cette revendication et nous l’avons fait aboutir.
  • L’assemblée nous a également mandatés d’abolir les distinctions entre les contrôleurs « préposés à l’exploitation » et « non préposés à l’exploitation », et nous l’avons fait. Il s’agit là possiblement de l’une des plus importantes ententes jamais conclues par l’ACCTA en période fermée.
  • Les stagiaires sont maintenant rémunérés — cette question faisait l’objet des plus importantes récriminations des membres ces dernières années, et nous sommes parvenus à la régler!
  • La collecte de fonds pour Fort McMurray a démontré de façon phénoménale la force du lien de solidarité qui unit nos membres.
  • Le grief de YWG/YEG sur l’achalandage a été réglé. Bien qu’il ne s’agisse pas de notre plus grand gain et qu’il ait déçu de nombreux membres, ce règlement nous semble être supérieur à celui que nous aurions pu obtenir si nous étions allés jusqu’au bout. Nous avons réglé le problème qui avait été négligé pendant beaucoup trop longtemps et enfin obtenu ce à quoi les membres avaient droit.
  • Nous avons amené NAV Canada à accepter notre interprétation de la règle des neuf jours et à respecter la période de 24 heures pour le congé lors de l’établissement des horaires de travail.
  • Congé pour les soins et l’éducation : vous pouvez prendre un congé moindre que la durée minimale de neuf semaines s’il s’agit de votre dernière année d’admissibilité et que vous prenez ce congé durant la deuxième partie de l’été.
  • Nous avons obtenu la prolongation de la possibilité de reporter un solde inutilisé du compte Soins de santé pendant que nous poursuivons les négociations.
  • À l’échelle mondiale, nous avons consolidé notre réputation avec détermination. L’ACCTA a participé et pris la parole à divers événements tels que l’IFATCA2016 et le congrès Communicating for Safety tenus à Las Vegas; celui de l’International Transport Federation à Londres; le NZAPLA ATC Convention en Nouvelle-Zélande; le congrès de la NATCA à San Diego et celui de l’ATCO UK (le congrès des ATC britanniques). Nous avons rehaussé notre profil international, ce que je considère comme très important. Quiconque a participé à notre congrès et entendu nos invités internationaux vous dira que, pour aller de l’avant, il sera de plus en plus essentiel de maintenir d’excellentes relations internationales avec les syndicats étrangers.  La

CANSO (Civil Air Navigation Service Organization, couramment appelée Organisation des services de navigation aérienne civile en français) est une organisation formée des fournisseurs de SNA du monde entier qui vise à aider ces fournisseurs à rester « sur la même longueur d’onde ». Ne serait-il pas judicieux que le mouvement syndical en fasse de même? Dans cette optique, le vice-président exécutif Doug Best et moi-même participerons en mars au Congrès mondial de l’ATM, où nous tiendrons un stand et ferons partie d’un panel afin de montrer aux fournisseurs de SNA du monde entier que le mouvement syndical est uni.

  • Nous bénéficions d’une meilleure présence dans les médias sociaux, et les commentaires de nos membres à sujet sont très positifs.

Si nous ajoutons à ce qui précède la longue liste de problèmes d’intérêt local que nous avons résolus de concert avec les exécutifs des sections concernées, nous pouvons affirmer que 2016 figure bien en haut du palmarès des meilleures années de l’ACCTA.

L’avenir

Même si nous avons connu une excellente année 2016, je suis pleinement conscient que rien de tout cela n’importera vraiment si nous ne menons pas à bien en 2017 ce que nous avons entrepris. La direction de votre association reconnaît que la portée du travail accompli à ce jour serait minimisée si la convention collective équitable négociée n’était pas acceptée par un taux élevé de membres.

Nous nous trouvons à un moment crucial de l’histoire de NAV Canada. Bien franchement, le nouveau chef de la direction est un grand leader qui, selon moi, est en train d’orienter la Compagnie dans la bonne direction. La Compagnie a accompli des actions importantes pour devenir un meilleur employeur. La plupart du temps, elle se montre équitable et raisonnable quand nous discutons avec elle. Toutefois, si NAV Canada ne négociait pas de façon équitable une convention collective démontrant à nos membres qu’elle reconnaît l’importance des efforts qu’ils ont déployés ces dernières années pour faire fonctionner le système,  ce serait malheureux.

Nous savons tous que les membres de l’ACCTA travaillent fort en raison des problèmes de dotation en personnel à la grandeur du pays. Nous savons tous que nos membres en ont assez du nombre excessif d’heures supplémentaires. Nous savons tous que pratiquement aucun retard n’est attribuable aux pénuries de personnel et nous savons tous que c’est parce que nous veillons, malgré tout, à assurer le mouvement des aéronefs. L’heure est venue pour NAV Canada de reconnaître ces efforts. Nous saurons bientôt la forme que prendra cette reconnaissance.

Quand le processus de négociation collective sera terminé, nous parcourrons le pays pour faire adopter l’entente conclue. Une fois que cette étape aura été franchie, et sous réserve d’un vote pour sa ratification, j’espère pouvoir reprendre ma tournée des unités pour en visiter le plus grand nombre possible cette année. Il n’y a rien de mieux que d’aller à la rencontre des membres pour discuter en personne avec eux, pour les écouter me parler de leurs préoccupations et pour répondre à leurs questions. Avec un peu de chance, je pourrai rencontrer la plupart d’entre vous en 2017.

Solidairement,

Peter Duffey
Président
pduffey@catca.ca

OSFI – back in the News / BSIF – une nouvelle discussion

OSFI and the Pension Plan Amendment

Just when you thought you’d heard the last of OSFI and the pension plan amendment… on July 7, NAV Canada sent an online bulletin to all employees stating they were filing the pension plan amendment with OSFI. We have already had questions about why this is happening as CATCA had previously informed members that OSFI had said no to the proposed amendment.

After CATCA was ordered to lend its support to the proposed amendment by arbitrator Michel Picher, we very carefully set about ensuring that the wording of the amendment would protect our members and all our interests. After months of discussion and legal advice, we arrived at wording to which both the NCBAA and NAV Canada could agree. A meeting was then held with OSFI, NAV Canada and representatives of all eight of NAV Canada’s bargaining agents. The amendment was discussed in detail, and OSFI was asked to provide a viewpoint on whether or not they would approve the amendment. In October 2015, we received an opinion from OSFI indicating they would not approve the amendment. OSFI stated they felt it was a “work around” to pension funding legislation. For CATCA, that opinion was good enough and we did not need to pursue the matter any further. It is very important to note that the amendment was never officially filed. Basically OSFI was asked, “If we file this, what would you say?”

In the months that followed NAV Canada re-evaluated their options, and they have now decided to officially file the same amendment hoping OSFI will change their mind. This is the same amendment OSFI has previously indicated they would say no to. There have been no further negotiations between CATCA and NAV Canada regarding the pension plan. CATCA has made it very clear to NAV Canada we believe this is a wasted effort and will only cause our members to question NAV Canada’s motives. CATCA, however, cannot prevent NAV Canada from filing the amendment as we are still bound by arbitrator Picher’s order. We are not participating in the process; we will not attend any additional meetings with OSFI, and we are not negotiating any further changes to our pension plan with NAV Canada. In fact, shortly after OSFI rendered its opinion in October, EVP Doug Best and I met with CEO Neil Wilson and EVP Ray Bohn to deliver a simple message; “We are not interested in talking about any further changes to our pension plan.” Our position has not changed.

We do not anticipate OSFI will render a different opinion. CATCA views this as a conclusion to a process that should have ended long ago.

Air Traffic Controllers – Worth Every Penny

Salary-wise Air Traffic Controllers are often compared to pilots, lawyers and doctors. These are careers where skills can be learned with the right drive, desire and dedication. In my opinion, Air Traffic Controllers are a unique group of people. Yes, we have to have that same drive, desire and dedication, but we also have to have the “right stuff.”

What is the “right stuff?” If we knew that, it would be easy to go out, find those people, hire them, and push our qualification rates through the roof! But hiring, training and qualifying new Air Traffic Controllers is an extremely difficult task – I hear that from many other global ATC union leaders.

Why are our success rates so low? Is our training system that broken? Are we that bad at training people? Interestingly though, throughout the history of Air Traffic Control, training success rates have always been about the same. Maybe it’s not because we’re not good at training, but rather because not everyone has the “right stuff” needed to be an Air Traffic Controller.

These statements may sound arrogant to some. It is difficult to appreciate unless you’ve plugged in and “worked a smash.” But to those of you who have keyed the mic during a busy traffic smash or during an emergency, you understand. You know what it takes to do this job and what this job takes out of you. The shift work, the stress, it takes a toll.

There is a reason Air Traffic Controllers are expensive and we are worth every penny.

We Make It Work

All CATCA members live the reality of staffing shortages – a staffing crisis in some units. Despite staffing issues across the country, NAV Canada has maintained a glowing reputation. Why? Because Air Traffic Controllers always show professional pride and make the system work. It’s what we do. If you are a Controller, you understand me and I know I’m preaching to the choir. You work through the staffing problems every day and you’re tired.

NAV Canada has achieved amazing success in the last few years. So much success that airlines are now enjoying lower user fees and a one-time rate reduction. CATCA members play a pivotal role in that success. The time has come for us to reap our reward. Are we expensive? Yes. Are we worth it? Yes. Are we due our reward for the successes of NAV Canada? Yes. We have endured an extremely short staffed system for years now and will for years to come. Yet, every day we make it work. For that, we deserve to be rewarded.

Collective Bargaining

We are about to enter collective bargaining and the bar has been set high. It is time to be recognized by NAV Canada for the contributions we have made to the Company. They are on record as saying Controllers are stakeholders too and that they want to talk to us about “the right reward.” What is the “right reward?” That remains to be seen, but I do know it will mean real gains for us, and it will not include any concessions. With millions of dollars going back to the airlines because of gains achieved through the efforts of our membership, this fall I look forward to leading our bargaining team into contract negotiations that will deliver a collective agreement that recognizes and values those efforts.

I hope all CATCA members are enjoying their summer and finding time for family and friends.  Keep up the good work ladies and gentlemen, every day I find another reason to be proud of you and this amazing Association.

In Solidarity,

Peter Duffey
President
pduffey@catca.ca

 

Le BSIF et la modification du régime de retraite

Alors que nous pensions avoir fini d’entendre parler de la modification du régime de retraite, NAV Canada a transmis, le 7 juillet, un bulletin en ligne à tous les employés pour annoncer que la modification du régime serait présentée au BSIF. On nous a déjà demandé pourquoi c’était le cas puisque l’ACCTA a déjà informé les membres que le BSIF avait refusé la modification proposée.

Après que l’arbitre Michel Picher a obligé l’ACCTA à soutenir la modification proposée, l’Association a veillé attentivement à ce que la formulation de la modification protège ses membres et l’ensemble de ses intérêts. Après des mois à discuter et à obtenir des avis juridiques, nous sommes parvenus à trouver une formulation qui convenait tant à l’AANNC qu’à NAV Canada. Le BSIF, NAV Canada et des représentants des huit agents négociateurs de NAV Canada se sont ensuite réunis. Ils ont discuté en détail de la modification, et on a demandé au BSIF de faire savoir s’il approuverait ou non la modification. En octobre 2015, nous avons reçu la réponse du BSIF : il n’approuverait pas la modification. Le BSIF affirmait qu’il avait l’impression qu’il s’agissait d’une façon de « contourner » la loi sur le financement des régimes de retraite. L’opinion du BSIF était satisfaisante pour l’ACCTA, l’Association n’a pas ressenti le besoin de pousser l’affaire plus loin. Il est important de noter que la modification n’a jamais été officiellement présentée. Autrement dit, on a demandé au BSIF : « Si nous présentions ceci, que diriez-vous? »

Dans les mois qui ont suivi, NAV Canada a réévalué ses options et a maintenant décidé de présenter officiellement la même proposition dans l’espoir que le BSIF change d’avis. Il s’agit de la même modification que le BSIF a dit qu’il refuserait. Aucune autre négociation n’a eu lieu entre l’ACCTA et NAV Canada concernant le régime de retraite. L’ACCTA a clairement indiqué à NAV Canada qu’elle croit que cela est peine perdue et que cela ne fera qu’amener ses membres à s’interroger sur les motifs de NAV Canada. L’ACCTA ne peut toutefois pas empêcher NAV Canada de présenter la proposition de modification puisqu’elle est toujours tenue de respecter la décision de l’arbitre Picher. L’ACCTA ne participe pas au processus; elle n’assistera pas à d’autres réunions avec le BSIF et elle ne négociera pas d’autres modifications au régime de retraite avec NAV Canada. En fait, peu de temps après que le BSIF a fait connaître sa position en octobre, Doug Best, vice-président de l’ACCTA, et moi-même avons rencontré Neil Wilson et Ray Bohn, respectivement président et chef de la direction ainsi que vice-président principal de NAV Canada, pour leur transmettre un message bien simple : « Nous ne sommes pas intéressés à discuter davantage de modifications éventuelles à notre régime de retraite. » Notre position n’a pas changé.

Nous ne nous attendons pas à ce que le BSIF émette un avis différent. L’ACCTA considère tout cela comme la conclusion d’un processus qui aurait dû être terminé depuis longtemps.

Les contrôleurs de la circulation aérienne méritent chaque dollar qu’ils gagnent

Sur le plan des salaires, on compare souvent les contrôleurs de la circulation aérienne aux pilotes, avocats et médecins. Les compétences requises pour ces professions s’acquièrent grâce à la motivation, au désir et au dévouement. À mon avis, les contrôleurs de la circulation aérienne sont des personnes bien particulières. Nous devons certes faire preuve d’une motivation, d’un désir et d’un dévouement similaires, mais nous devons aussi « avoir ce qu’il faut ».

Que faut-il avoir? Si on le savait, ne pensez-vous pas qu’il nous serait facile de repérer et d’embaucher les bonnes personnes et de faire exploser nos taux de qualification? L’embauche, la formation et la qualification de nouveaux contrôleurs sont des tâches très difficiles. Je reçois les mêmes échos de dirigeants de syndicats de contrôleurs de la circulation aérienne à l’étranger.

Pourquoi nos taux de réussite sont-ils si faibles? Notre système de formation est-il déficient? Sommes-nous de si mauvais formateurs? Fait intéressant, tout au long de l’histoire du contrôle de la circulation aérienne, on observe sensiblement des taux de réussite similaires pour la formation. Nous ne sommes donc peut-être pas de si mauvais formateurs; peut-être que ce n’est tout simplement pas tout le monde qui a « ce qu’il faut » pour devenir contrôleur de la circulation aérienne.

Les affirmations de ce type peuvent sembler prétentieuses aux yeux de certains. À moins d’avoir déjà été branché comme contrôleur pendant une période de pointe, c’est difficile de comprendre de quoi il s’agit. Ceux d’entre vous qui ont appuyé sur le bouton d’un microphone dans un flot de circulation intense ou en situation d’urgence savent de quoi il en retourne. Vous savez ce qu’il faut avoir pour faire ce travail et tout ce que ce travail exige du contrôleur. Le travail par quarts, le stress, tout cela pèse lourd sur les épaules des contrôleurs.

Les contrôleurs ne sont pas payés cher pour rien : ils méritent pleinement chaque dollar gagné.

Nous faisons fonctionner le système

Tous les membres de l’ACCTA doivent composer avec la pénurie d’effectifs, qui dans certaines unités prend des allures de crise. En dépit des problèmes de dotation à la grandeur du pays, NAV Canada continue de jouir d’une excellente réputation. Pourquoi? Parce que les contrôleurs de la circulation aérienne sont fiers et font preuve de professionnalisme, ils veillent à ce que le système fonctionne. Les contrôleurs sont comme ça. Si vous êtes un contrôleur, vous savez ce que je veux dire et je sais aussi que je prêche à des convertis. Vous travaillez chaque jour sans relâche en dépit des problèmes d’effectifs, et vous êtes épuisés.

Les affaires de NAV Canada sont très fructueuses depuis quelques années. Tellement que les compagnies aériennes bénéficient maintenant de redevances réduites et d’une réduction tarifaire non récurrente. Les membres de l’ACCTA jouent un rôle crucial dans la réussite de NAV Canada. L’heure est venue pour nous de récolter le fruit de notre labeur.

Nos salaires sont élevés, mais nous les méritons pleinement, tout comme nous méritons maintenant une récompense pour notre contribution à la réussite de NAV Canada. Nous composons avec le système actuel et sa grave pénurie d’effectifs depuis longtemps et nous devrons endurer la situation pendant des années encore. Malgré tout cela, nous faisons en sorte que le système continue de fonctionner. Nous méritons d’être récompensés, ne serait-ce que pour cela.

Négociation collective

Nous sommes sur le point d’amorcer un nouveau cycle de négociation collective, et la barre est haute. Le temps est venu pour NAV Canada de témoigner sa reconnaissance aux contrôleurs de la circulation aérienne pour leur contribution à son succès. NAV Canada a affirmé publiquement que le groupe des contrôleurs figure parmi ses parties prenantes et qu’elle désire discuter avec nous d’une « récompense juste ». Qu’est-ce qu’une « récompense juste »? Cela reste à voir, mais je sais qu’elle se traduira par des gains réels pour nous et qu’aucune concession ne sera exigée de notre part. Comme des millions de dollars sont remis aux transporteurs aériens en raison des gains réalisés grâce aux efforts de nos membres, je suis impatient de diriger notre équipe de négociation cet automne dans le cadre du prochain cycle de négociation pour conclure une convention collective qui reconnaît et valorise ces efforts.

J’espère que tous les membres de l’ACCTA profitent de l’été et qu’ils se réservent du temps pour passer de bons moments en famille et entre amis. Continuez votre excellent travail, mes amis. Il ne se passe pas une seule journée sans que je découvre une autre raison d’être fier de vous et de notre extraordinaire Association.

Solidairement,

Peter Duffey
Président
pduffey@catca.ca

 

Convention, Rate Reductions and Non-Competes /Congrès, les réduit les tarifs et une clause de non-concurrence

Convention, Rate Reductions and Non-Competes

It’s been a while since I’ve written a blog –  there has been so much going on the last few months, it’s been hard to find time to sit down and write.

In this post, I’ll be talking about Convention 2016 which took place in Halifax, NS April 6-8, the “non-compete” By-law that was hotly debated and the much-discussed rate reduction announced by NAV Canada.

Convention

What struck me about this Convention was how many people told me “This is/was the best Convention I’ve been to yet!”. Convention 2016 was different. Solidarity was present in full force as our membership worked together and was the most united and cohesive I have seen on a Convention floor. We left Halifax as a strong, united membership.

For those who weren’t there, below are some of the key resolution highlights. I do encourage all members to speak with their Branch Convention representatives for more details.

By-law resolutions that were passed:

  • Union By-law changes that bring CATCA into conformity with new federal rules in the Not-For-Profit Corporations Act.
  • How members are elected to Executive Board positions within our Union has changed.
    • Nominations will now be open for 7 days, closing 2 weeks prior to Convention with elections then taking place before June 30.
    • With these changes, at Convention everyone will know who is running for Executive Board positions and candidates can campaign and talk with the membership accordingly
  • Non Compete/ Non Disclosure By-law mandates that if you run for any Executive Board position, you must now declare that you will not accept employment with NAV Canada for a minimum of one (1) year after leaving office

This resolution was overwhelmingly supported at Convention. It was put forward by the CATCA Executive Board as it was a common concern at all the units I visited last year.

Here is a copy of my signed agreement, and this is a copy of the Duffey/Best leadership pamphlet Convention participants received. While I have said it numerous times in the past, I will continue to say it – there is no amount of money available that will see me working for NAV Canada. Being a manager just isn’t in my DNA.

With this new By-law, my hope is for the Association to move beyond the past and focus on being a stronger Union.

Policy resolutions that were passed:

  • An appropriate number of Automated External Defibrillators will be available in all units
  • Elimination of the difference between the working conditions of operational and non-operational controllers
  • The Union shall pursue the reimplementation of Part A of the pension plan for all members
  • If seniority is used to establish a selection order for leave picks, only CATCA seniority shall be used (this had been discussed at a number of previous Conventions)
  • Branch rebates to Towers will increase
  • The existing Contract Committee shall remain in place for the next round of collective bargaining
  • Support of progressive qualifications in units where the training teams are in favour of it
    • It was resolved that in these cases, partial qualifications shall receive pay at full unit grade and remain there permanently
    • CATCA has already accomplished this direction from the membership
  • The Union shall pursue making pensionable the bonuses paid to the Executive Board
  • Convention 2019 to be hosted by Calgary Tower, Springbank Tower and Edmonton ACC in Banff, Alberta

Special Guests

Convention 2016 saw a record number of invited guests attend, including leaders from:

  • Unifor Canada
  • IFATCA
  • NATCA
  • Australia’s Civil Air
  • K. Prospect ATCO’s Branch
  • Dominican Republic ATC Association
  • The Air Canada Pilots Association
  • Other NCBAA bargaining units

Guest Presentations

In addition to the regular business on the floor, we had several keynote speakers. These presentations have already been circulated to the membership on April 18 via a B&F.

Josué Pérez of the Dominican Republic gave a somber presentation about the state of affairs in the Dominican Republic. Josué recounted how members of the Dominican ATC Union were fired from their jobs in a deliberate attempt at union-busting following the union’s attempt to raise safety concerns. It was a moving presentation that left an impression on many members.

Our international panel was very popular – we hosted an open discussion with ATC leaders from Australia, Great Britain and the U.S. about working conditions and issues in their respective countries. There were quite a few questions from members at the end of the session. Feedback on the session has been excellent with many asking that this type of panel become a regular aspect at Convention.

Awards Ceremony

Convention ended with a wonderful dinner banquet and awards ceremony. CATCA Volunteer Service Awards were presented to some very deserving people. We also presented the Award of Honour and two Awards of Merit. It was a great evening that recognized some outstanding individuals in our Association.

NAV Canada Lowers Rates

CATCA members are now aware that NAV Canada has announced rate reductions for airlines. The reductions will come in two forms: a temporary reduction, and a permanent reduction. I’m not going to get into the details of how it’s applied and the value of the reductions as NAV Canada has released information on that topic.

I do know that this announcement has upset many of our members. I, on the other hand, see it as good news – the Company has enough revenue that they need to lower rates. This means there’s money for us at the bargaining table too. While I’m not upset at the announcement, I will get upset if they don’t deliver our fair share.

But the question remains – “What are you going to do about it Peter”?

You’ve seen how when the Company talks about rate reductions, they talk about returning money to the stakeholders. NAV Canada has four stakeholders and you are one of them:

  1. The Airlines
  2. General Aviation
  3. The Federal Government
  4. The Bargaining Agents representing you, the employees.

When CATCA asked the question “We are stakeholders, so will we get some of these monies too?” The Company’s answer was, and continues to be, that we are included in the group of stakeholders they wish to recognize for the Company’s success.

What does that recognition look like?  When will it come?  That remains unanswered.  The Company’s new CEO, Neil Wilson, has approached all bargaining agents and asked them to meet with him to discuss what the “right reward” will be for our members.

The “right reward” could take many shapes and forms. We know that our current contract extension takes us up to March 31, 2017. Should we open that contract? Should we start bargaining early on the next contract? Should we look for a different way to attain our share of the pie? The NCBAA is currently negotiating benefits, should we look to put the “right reward” there? It’s too early to answer these questions. I can tell you that we are cautiously optimistic with the Company’s statements and approach to date. The CATCA Executive Board will be meeting in the near future to discuss this in detail and formulate the ideal plan in the best interest of the membership.

So the question “What are you going to do about it Peter?” is answered with “Ensure that CATCA members get their fair share of the Company’s success.”

3 More Years

I’d like to close this blog entry by thanking you, our members, for your support. I feel the support and faith in CATCA building and your Executive Board definitely felt the support at Convention. You’re telling us we are moving in the right direction and we continue to do so.

I am honoured to serve the membership for another 3 years. We have a lot to accomplish together. I look forward to the challenges that lie ahead and, more importantly, I look forward to facing them as a strong and unified Association.

Peter Duffey
President
pduffey@catca.ca

 

Congrès, les réduit les tarifs et une clause de non-concurrence

Ça fait un bon moment que je n’ai pas écrit d’article pour le blogue. Il s’est passé tellement de choses au cours des derniers mois qu’il m’a été difficile de trouver du temps pour m’asseoir et rédiger.

Dans cet article, je vous parlerai du congrès 2016 qui a eu lieu du 6 au 8 avril à Halifax, en Nouvelle-Écosse, de la proposition statutaire concernant la clause de « non-concurrence » qui a fait l’objet de vifs débats ainsi que de la réduction de taux annoncée par NAV Canada et qui est sur toutes les lèvres.

Congrès

Ce qui m’a frappé le plus, c’est le grand nombre de personnes qui m’ont dit qu’il s’agissait du meilleur congrès auquel elles avaient participé. En effet, le congrès 2016 était différent des autres. Tous les membres collaboraient étroitement et faisaient preuve d’unité. Je n’avais jamais perçu une aussi grande solidarité lors d’un congrès. C’est en effet une équipe solide et unie qui a quitté Halifax à la fin de l’événement. . Je remercie Gord Howe qui a présidé l’assemblée lors du congrès. La tâche d’un président d’assemblée représente tout un défi, et Gord l’a relevé avec brio.

Ceux qui n’étaient pas présents au congrès trouveront ci-dessous quelques-uns des principaux points saillants des résolutions. J’encourage toutefois tous les membres à s’adresser aux représentants de leur section qui ont participé au congrès pour obtenir de plus amples renseignements.

Propositions statutaires adoptées :

  • Les changements aux statuts syndicaux, qui permettent à l’ACCTA de se conformer aux nouvelles dispositions de la Loi canadienne sur les organisations à but non lucratif, ont été adoptés.
  • La façon dont les membres sont élus au comité de direction de notre syndicat a changé :
    • La période de mise en candidature durera sept jours et se terminera deux semaines avant le début du congrès, et les scrutins devront se dérouler avant le 30 juin.
  • Grâce à ces changements, tous les participants du congrès connaîtront les noms des candidats aux postes du comité de direction, et les délégués pourront discuter des candidatures.
  • Une clause de non-concurrence et de non-divulgation stipule maintenant que si vous vous portez candidat à un poste du comité de direction, vous devez désormais déclarer que vous n’accepterez aucun emploi à NAV Canada pendant une période d’un (1) an après la fin de votre mandat au sein du comité.

Cette proposition, qui a reçu un vaste appui au congrès, a été présentée par le comité de direction de l’ACCTA parce que c’est une préoccupation qui a été fréquemment soulevée durant les visites des installations que j’ai faites l’an passé.

Vous trouverez ici une copie de l’entente que j’ai signée et ici un exemplaire du tract sur le leadership Duffey-Best que les participants du congrès ont reçu. Même si je l’ai déjà dit souvent, je tiens à le répéter : aucune somme d’argent ne me convaincra de travailler pour NAV Canada — je ne suis tout simplement pas fait pour être un cadre.

Grâce à cette nouvelle disposition, je souhaite que l’Association parvienne à tourner la page sur le passé pour s’orienter vers l’avenir et s’efforcer de devenir un syndicat encore plus fort.

Résolutions adoptées :

  • Un nombre adéquat de défibrillateurs externes automatisés seront disponibles dans toutes les unités.
  • Il a été convenu de ne plus faire de distinction entre les contrôleurs opérationnels et non opérationnels en ce qui a trait aux conditions de travail.
  • Le syndicat s’efforcera d’obtenir le rétablissement de l’option A du régime de pension pour tous les membres.
  • Lorsque le choix des congés se fait sur la base de l’ancienneté, seule l’ancienneté au sein de l’ACCTA sera utilisée (ceci a fait l’objet de discussions au cours de nombreux congrès dans le passé).
  • Les remises de cotisation augmenteront pour les tours.
  • Le comité de négociation actuel restera en place pour la prochaine ronde de négociation collective.
  • L’ACCTA soutient les programmes de formation progressive dans les sections où les équipes de formation y sont favorables.
    • Il a été résolu qu’en pareil cas, les stagiaires reçoivent, dès leur qualification initiale, une rémunération correspondant au grade de l’unité et y restent de façon permanente.
    • L’ACCTA a déjà satisfait à cette demande des membres.
  • Le syndicat soutiendra que la prime payée aux membres du comité de direction fasse partie du revenu ouvrant droit à pension du poste occupé.
  • Les tours de Calgary et de Springbank ainsi que le CCR d’Edmonton seront les hôtes du congrès de 2019 à Banff, en Alberta.

Invités spéciaux

Un nombre record d’invités ont assisté au congrès 2016, notamment les dirigeants des organisations suivantes :

  • Unifor Canada
  • IFATCA
  • NATCA
  • Civil Air Australia
  • K. Prospect ATCO’s Branch
  • Association dominicaine des contrôleurs aériens
  • Association des pilotes d’Air Canada
  • Autres unités de négociation de l’AANNC

Présentations des conférenciers

En plus des activités ordinaires sur le parquet, plusieurs conférenciers ont fait des présentations lors du congrès. Ces dernières ont été distribuées aux membres le 18 avril dernier par l’entremise d’un B&F.

Josué Pérez de l’Association dominicaine des contrôleurs aériens (ADCA) a fait une présentation assez sombre sur l’état des affaires en République dominicaine. Il a notamment raconté la façon dont des membres de l’ADCA ont été licenciés dans une tentative antisyndicale délibérée après que le syndicat a soulevé des préoccupations en matière de sécurité. Cette présentation émouvante a touché de nombreux membres.

Notre panel international a été très populaire. Nous avons tenu une discussion ouverte avec les dirigeants de contrôleurs de l’Australie, de la Grande-Bretagne et des États-Unis sur les conditions de travail et les autres problèmes connexes dans leurs pays respectifs. Les membres ont posé beaucoup de questions à la fin de la séance. Les commentaires ont été excellents et de nombreux participants ont exprimé le souhait que ce type de panel devienne un volet permanent du congrès.

Cérémonie de remise de prix

Le congrès a pris fin avec un merveilleux banquet et une cérémonie de remise de prix. Les Prix du service bénévole de l’ACCTA ont été décernés à des personnes très méritantes. Un Prix d’honneur et deux Prix du mérite ont également été remis. Cette soirée fantastique nous a permis de souligner le travail de personnes exceptionnelles au sein de notre association.

NAV Canada réduit les tarifs

Les membres de l’ACCTA savent maintenant que NAV Canada a annoncé des réductions tarifaires pour les compagnies aériennes. Il y aura deux types de réduction : une réduction temporaire et une réduction permanente. Je n’entrerai cependant pas dans les détails sur la façon dont celles-ci seront appliquées ni sur leur valeur respective puisque NAV Canada a déjà publié des renseignements à ce sujet

Je sais que cette annonce a suscité de vives réactions chez de nombreux membres. Pour ma part, je considère toutefois qu’il s’agit d’une bonne nouvelle. La société a des revenus suffisants et doit abaisser les tarifs. Cela signifie qu’il y aura aussi de l’argent pour nous à la table de négociation. Alors, même si cette annonce ne me choque pas pour l’instant, je vous assure que je m’énerverai si NAV Canada ne nous donne pas notre juste part.

Mais une question demeure : « Que vas-tu faire à ce sujet, Peter? »

Lorsque NAV Canada parle de réduire les tarifs, avez-vous remarqué qu’elle parle aussi de rapporter de l’argent aux parties prenantes? En effet, la société compte quatre types de parties prenantes, et vous en faites partie :

  1. Les compagnies aériennes;
  2. L’aviation générale;
  3. Le gouvernement fédéral;
  4. Les agents de négociation représentant les employés, donc vous.

L’ACCTA a posé la question suivante à la société : « Comme nous sommes partie prenante de la société, recevrons-nous aussi une partie de ces fonds? » La société a répondu, et continue de répondre, que nous sommes une des parties prenantes auxquelles elle souhaite témoigner sa reconnaissance pour leur contribution à son succès.

De quel ordre sera cette reconnaissance? Quand se manifestera-t-elle? Ces questions demeurent sans réponse. Le nouveau président et chef de la direction, Neil Wilson, a approché tous les agents de négociation et leur a demandé de le rencontrer pour discuter de ce qui pourrait constituer une « reconnaissance juste » pour nos membres.

Cette « reconnaissance juste » pourrait prendre de nombreuses formes. Nous savons que la prolongation de notre contrat nous amène au 31 mars 2017. Faudrait-il renégocier ce contrat? Faudrait-il commencer tôt à négocier le prochain contrat? Faudrait-il chercher une autre façon d’obtenir notre part du gâteau? L’AANNC négocie actuellement des avantages; devrions-nous mettre notre « juste reconnaissance » sur la table de cette négociation? Il est encore trop tôt pour répondre à ces questions. Je peux vous dire que nous sommes modérément optimistes en ce qui a trait aux déclarations et à l’approche de la société jusqu’ici. Le comité de direction de l’ACCTA se réunira dans un proche avenir pour discuter de cette question de façon plus approfondie ainsi que pour concevoir un plan idéal dans l’intérieur supérieur des membres.

Donc, à la question « Que vas-tu faire à ce sujet, Peter? », je réponds : « M’assurer que les membres de l’ACCTA obtiennent leur juste part en fonction du succès de la société. »

Trois années supplémentaires

Je tiens à conclure cet article en vous remerciant, chers membres, pour votre soutien continu. Je sens que l’appui et la confiance envers l’ACCTA augmentent, et votre comité de direction l’a vraiment senti aussi lors du congrès. Vous nous avez dit que nous avancions dans la bonne direction et nous continuerons de le faire.

Je suis honoré de pouvoir servir nos membres pendant trois autres années. Nous avons beaucoup à accomplir ensemble. Je me réjouis des défis qui nous attendent et, surtout, je suis impatient de les relever à la tête d’une association forte et unifiée.

Solidairement,

Peter Duffey
Président
pduffey@catca.ca

Another Year Is Winding Down / Une autre année s’achève

Another Year Is Winding Down

And what a busy year it has been! First, let me start by thanking the membership for the strong support you showed the contract committee by supporting the one-year contract extension that was negotiated. The one-year agreement––an extension of our current contract––was a departure from the norm for CATCA and the national leadership is grateful for the support the members have shown towards that decision.

Coast-Coast Visits

I have continued to visit units across the country and as I write this, I have two only units left to visit to complete my commitment of visiting every unit in person this year!

Forty-one Towers, 7 ACC’s, 2 Non-operational units in Ottawa, Goose Bay, and Transport Canada made for a very busy year. Visiting 52 units didn’t sound hard when I made the commitment, but it was a massive undertaking. The feedback from the membership was overwhelmingly positive and reaffirmed my belief that the members do want the opportunity to see and speak with their national leaders in person.

Pension Plan

Our pension plan and OSFI were the predominant topics of discussion as I travelled around the country. Members are now aware that OSFI has said no to the changes NAV Canada was seeking to our pension plan. Since that message was received from OSFI, CATCA has been to one meeting with NAV Canada to ask what they intend to do next.

I want to stress that we are not engaged in any talks with NAV Canada about our pension plan and we are not attempting to negotiate any new solutions. CATCA has met its obligations under the Picher arbitration award and it is time to put this issue to bed.

Classification

The classification committee met again the first week of November and they have informed me they are close to completing their work. The committee was tasked with removing counting from the current classification factors used to determine unit ATC grading in towers. Counting will still be the factor used to determine ATC premium. The current changes being considered by the committee will have no effect on ACCs.

The matrix the committee has developed will take a more objective look at the actual workload a tower controller does instead of directly attaching the workload to traffic movements. One other major change that we anticipate taking place is that any appeals for a classification review will go before a committee of experts that will include CATCA members. Currently, appeals are handled by 1 or 2 people from NAV Canada who base their verdict largely on traffic statistics. As we all know, traffic statistics do not tell the full story. The matrix that has been developed by the committee will now be tested and the group will meet one more time in January, 2016 to review the results and make their final recommendations.

Catca.ca

Hopefully by now you have seen our new website. That project has been underway for a number of months now and with the recent addition of Tania Calverley to our office staff as Director of Communications, it has come to fruition. This is just a great step towards reaching CATCA’s goal of improving communication with the membership.

This blog, social media channels, regional tours and the new website are all part of an effort to keep you better informed and bring more transparency to the union and our day-to-day operation. Step by step, we will continue to build communication channels and increase our presence within the membership.

Convention

Are you coming to Halifax in 2016 for our triennial convention? At the last convention in Saskatoon, CATCA National Office was tasked with hosting and planning Convention. It is a big undertaking, though we are confident we are going have a great Convention for members to enjoy. Of course the main purpose of Convention is to attend to Association business and very early in the New Year we will call for bylaw and policy submissions.

We also have a new Convention Chairman—Gordon Howe from Buttonville Tower volunteered and at the fall BoD meeting, Gord was unanimously approved to the role. Anyone who has been to Convention knows that the Chair is an extremely challenging and demanding position. I look forward to sitting at the head table with Gord as we both experience our first Convention from the front of the room.

Staffing

The New Year is shaping up to be a busy time. In addition to CATCA BoD meetings in January, your BoD will meet with NAV Canada to discuss an extremely important topic—staffing.

It is apparent to us, and to so many of our members, that NAV Canada has a staffing problem. CATCA’s membership has been reduced by approximately 20% in recent years and some of our units are in a critical situation. We have heard our members loud and clear that they are tired of working short and tired of working overtime. Unfortunately, there is no relief in sight. NAV Canada made a conscious decision to reduce staffing levels across the country and we are now paying the price. As we all know, you can’t produce controllers overnight and relief to this situation is going to take time and effort. We will see how this all plays out, but for some units I am very concerned about the future.

International

In February, 2016 I will travel to England to participate in meetings with the International Transport Federation. The focus will be remote tower technology. Remote towers are a concept that is gaining rapid momentum in the international arena, especially Europe. We need to stay aware and well-informed on all technology developments so that when it arrives, it will benefit our members.

I have attended numerous international meetings and our solidarity with our international counterparts is at an all time high. NATCA in the US, Prospect in the UK, Civil Air in Australia and CATCA all talk and meet on a regular basis. The world’s ANSP’s are united together, so it only makes sense that the world’s union leaders should be strongly united as well as we face similar challenges. We also continue to be strongly involved in IFATCA (the International Federation of Air Traffic Controllers) and CATCA representatives will attend the IFATCA meetings in Las Vegas in March, 2016.

2016

I believe the year ahead will be one full of challenges and potential change. We will be in collective bargaining before the end of next year which means we have a lot of work to do. IN January, NAV Canada will be under the new leadership of CEO Neil Wilson. There will also be new people in senior leadership roles and it will no doubt affect change. Whether that change will be good for us remains to be seen, though I will say that I am optimistic.

Allow me to close by wishing all our members a happy and safe holiday season. As most Canadians take a break from work, many of our members will be working and will be away from their families. I thank you for your commitment to our profession and for the sacrifices you make to keep Canada’s skies safe over the holidays.

In Solidarity,

Peter Duffey
President
pduffey@catca.ca

 

Une autre année s’achève

Quelle belle année bien remplie! Tout d’abord, je tiens à remercier tous les membres de l’ACCTA d’avoir appuyé le comité de négociation relativement à la prolongation d’un an qui a été négociée. L’entente d’un an — qui reconduit notre contrat actuel — s’écarte de la norme, et la direction nationale est donc très reconnaissante du soutien des membres à l’égard de cette décision.

Visites d’un océan à l’autre

Conformément à l’engagement que j’ai pris, je continue de visiter personnellement chacune des unités au pays. À ce jour, il ne m’en reste que deux à cocher sur ma liste!

Quarante et une tours, sept ACC, deux unités non opérationnelles à Ottawa, une unité à Goose Bay, les bureaux de Transports Canada… voilà ce que j’appelle une année chargée! Visiter 52 unités ne m’apparaissait pas si difficile lorsque je m’y suis engagé, mais le mandat était, dans les faits, très ambitieux. La rétroaction des membres a été extrêmement positive et m’a permis de confirmer que ces derniers souhaitent avoir l’occasion de voir et de parler avec leurs dirigeants nationaux en personne.

Régime de retraite

Notre régime de retraite et le Bureau du surintendant des institutions financières (BSIF) étaient les deux sujets de discussion prédominants pendant ma tournée à l’échelle du pays. Les membres savent maintenant que le BSIF a refusé les changements proposés par NAV Canada quant à notre régime de retraite. Depuis la réception de ce message du BSIF, l’ACCTA a participé à une réunion avec NAV Canada pour connaître les prochaines étapes.

Je tiens à souligner que nous ne sommes pas engagés dans des discussions avec NAV Canada au sujet de notre régime de retraite et que nous ne tentons pas de proposer de nouvelles solutions. L’ACCTA a respecté ses obligations en vertu de la décision arbitrale rendue par Michel Picher, il est maintenant temps de classer l’affaire.

Classification

Le comité de classification s’est réuni à nouveau au cours de la première semaine de novembre et m’a informé qu’il achèvera bientôt son travail. Le comité a été chargé de supprimer le critère de l’achalandage des facteurs de classification actuellement utilisés pour déterminer la classification des postes des contrôleurs du trafic aérien (ATC) dans les tours. L’achalandage demeurera cependant le facteur utilisé pour déterminer le montant des primes accordées aux ATC (prime ATC). Les changements actuels considérés par le comité n’auront aucun effet sur les ACC.

La matrice mise au point par le comité permettra de poser un regard plus objectif sur la charge de travail réelle d’un contrôleur de tour au lieu de relier directement cette dernière à l’achalandage. Parmi les autres changements majeurs anticipés figurent les demandes de révision de la classification, qui seront présentées à un comité d’experts formé par des membres de l’ACCTA. Actuellement, ces demandes sont traitées par un ou deux membres de NAV Canada, qui rendent leur verdict en grande partie selon les statistiques d’achalandage. Comme nous le savons tous, ces chiffres ne reflètent pas nécessairement la réalité. La matrice sera d’abord testée, puis le comité se réunira à nouveau en janvier 2016 pour examiner les résultats et formuler ses recommandations finales.

Accta.ca

J’espère que vous avez déjà consulté notre nouveau site. Ce projet était en cours depuis un certain nombre de mois, mais l’embauche récente de Tania Calverley au poste de directrice des communications a permis de le mener à terme. Il s’agit d’un grand pas vers l’atteinte de l’objectif que s’est fixé l’ACCTA, soit d’améliorer la communication avec ses membres.

Ce blogue, nos réseaux sociaux, nos tournées régionales et notre nouveau site Web font tous partie des efforts que nous faisons pour mieux vous informer et faire preuve d’une plus grande transparence envers le syndicat et notre personnel. Étape par étape, nous continuerons de bâtir des canaux de communication et d’accroître notre présence auprès des membres.

Congrès

Participerez-vous à notre congrès triennal qui aura lieu à Halifax en 2016? Lors du dernier congrès tenu à Saskatoon, on a demandé au bureau national de l’ACCTA d’agir à titre d’organisateur et d’hôte de cette prochaine édition. C’est là tout un projet, mais nous sommes persuadés que tous les membres apprécieront grandement. Bien sûr, le but principal du congrès est de s’occuper des affaires de l’Association. Au début de la nouvelle année, nous ferons un appel quant à la présentation de règlements et de politiques.

Gordon Howe de la tour de Buttonville s’est porté volontaire pour devenir président du congrès, proposition qui a été unanimement approuvée lors de la réunion automnale du conseil d’administration. Toute personne ayant déjà participé au congrès sait que le poste de président est extrêmement difficile et exigeant. Je suis impatient de m’asseoir à la table d’honneur avec Gordon, car ce sera, pour lui et moi, la première fois que nous participerons à un congrès assis devant l’assemblée.

Effectifs

La nouvelle année promet d’être bien occupée. En plus des réunions que tiendra le conseil d’administration de l’ACCTA en janvier, celui-ci rencontrera NAV Canada pour discuter d’un sujet extrêmement important : la dotation en personnel.

Il nous apparaît évident, ainsi qu’à nombre de nos membres, que NAV Canada a un problème de dotation. Le taux d’adhésion à l’ACCTA a connu une baisse d’environ 20 % au cours des dernières années et certaines de nos unités sont dans une situation critique. Nous avons clairement entendu nos membres qui nous disent en avoir assez de travailler en manque de personnel et de faire des heures supplémentaires. Malheureusement, il n’y a aucune amélioration en vue. NAV Canada a sciemment décidé de réduire les effectifs à l’échelle du pays et nous en payons actuellement le prix. Comme nous le savons tous, il est impossible de former des contrôleurs du jour au lendemain, il faudra donc beaucoup de temps et d’efforts pour régler la situation. Nous verrons comment les choses évolueront, mais je suis très préoccupé par l’avenir de certaines unités.

Échelle internationale

En février 2016, je me rendrai en Angleterre pour participer à des réunions avec la Fédération internationale des transports. L’accent sera mis sur la technologie des tours de contrôle à distance, un concept qui gagne du terrain rapidement sur la scène internationale, notamment en Europe. Nous devons rester à l’affût des progrès relatifs à cette technologie pour que nos membres puissent en profiter dès son lancement.

J’ai assisté à de nombreuses réunions aux quatre coins de la planète et je peux affirmer que notre solidarité envers nos homologues internationaux est à un niveau record. En effet, l’ACCTA, la NATCA (États-Unis), Prospect (Royaume-Uni) et la Civil Air (Australie) discutent ensemble et se réunissent régulièrement. Comme les prestataires de services de navigation aérienne (ANSP) du monde entier se sont unis, il serait logique que les dirigeants syndicaux mondiaux s’allient également puisqu’ils font face à des défis similaires. Nous continuons aussi à jouer un rôle très actif auprès de la Fédération internationale des associations de contrôleurs aériens (IFATCA). Des représentants de l’ACCTA assisteront notamment aux réunions de l’IFATCA à Las Vegas en mars 2016.

2016

Je crois que l’année à venir sera remplie de défis et de possibilités de changement. Le processus de négociation collective débutera avant la fin de l’année prochaine, ce qui signifie que nous avons beaucoup de travail à faire. À compter de janvier, NAV Canada sera dirigée par son nouveau PDG : Neil Wilson. De nouveaux visages apparaîtront aussi au sein de la haute direction, ce qui entraînera certainement des changements. Il est encore trop tôt pour savoir si ce changement de cap nous sera favorable, mais je suis optimiste.

Pour conclure, je souhaite à tous nos membres de passer de joyeuses fêtes en toute sécurité. Tandis que la plupart des Canadiens prennent des vacances pendant cette période, nos membres seront nombreux à travailler et passeront ainsi les fêtes loin de leurs familles. Je vous remercie de votre engagement envers notre profession et des nombreux sacrifices que vous faites pour assurer la sécurité aérienne du Canada pendant les fêtes.

Solidairement,

Peter Duffey
Président
pduffey@catca.ca

The Tentative Agreement Is In Your Hands / Le sort de l’entente de principe est entre vos mains

The Tentative Agreement Is In Your Hands

The ratification tour has ended and the one-year tentative agreement is now in the hands of the membership. Over the past week, EVP Doug Best, Abe Rosner and myself have travelled to all 7 ACCs and to Ottawa to hold information meetings. I’ve also visited Thunder Bay for good measure. We have been explaining to people across the country why your 20 member contract committee unanimously recommends voting in favour of this settlement. The response from our members has been positive.

As everyone is well aware, we have no ruling from OSFI on the pension relief question before them. We will be meeting with OSFI in mid-October on a date still to be determined to hear their reasoning on why they are having difficultly with the issue they have been asked to rule on. I will be attending that meeting as the representative of all 8 unions in NAV Canada and the pension lawyer we have retained, Michael Mazzuca, will be with me.

As we have told members that attended the ratification meetings, we are in a situation that makes collective bargaining next to impossible. The last round of collective bargaining is not completed because of the amount of time OSFI is taking to provide a ruling. If we went to the bargaining today, NAV Canada would not be in a position to make any substantial wage offer and we believe they would be seeking concessions. It is the opinion of your contract committee that we do not want to attempt bargaining with an employer who cannot see their financial future. The one-year extension to this collective agreement and the associated 2.5% increase is a risk NAV Canada is willing to take while we wait for an OSFI decision. Taking a 3 year risk with wage increases when we still do not have this pension issue resolved is not a risk NAV Canada will be willing to take and it will lead to a round of bargaining where we will be unable to secure the best wage increases our members deserve.

I urge you to speak with the people you elected to this contract committee or to your Regional Vice President if you have any questions about why we are recommending you vote yes to this tentative agreement. It is important that every member understand the reasoning behind why we are bringing this agreement to you for ratification. The discussion is a very long one and writing all our reasoning in a blog post is impossible. You elected people to represent you on the contract committee and you have RVPs who are always there to answer questions. Please take the time to get the facts. Is your contract committee happy with this turn of events? No. Do we believe this one-year extension is in the best interest of our membership? Yes. It will, quite simply, put CATCA in the best position possible on a go-forward basis.

A question we have been asked as we travel across the country is “what will happen to the contract committee after ratification?” It is obvious this was not a full round of collective bargaining and the committee’s involvement was very limited in scope. Our bylaws do not address such a situation so the question is valid; “Does the committee need to be reelected or does the current committee stay intact for the next round that would begin in December 2016?” It is the intention of the CATCA BoD to leave that decision to convention in 2016. The contract committee belongs to the membership. As such, we will let the convention delegates decide that question.

As we travelled across the country there was another common point of discussion in the meetings. Members are still loudly voicing their displeasure with the past leadership of CATCA taking management positions within NAV Canada. We hear that displeasure loud and clear. You can expect to see a signed oath from both Doug Best and myself that we will not accept non-unionized employment with NAV Canada. In addition, we are working with Lewis Gottheil whom we recently retained as legal counsel for CATCA. Lewis was the Director of Legal Services for the CAW and the founding member of their legal department. He is respected as one of the most prominent labour lawyers in Canada. We have asked Lewis to find a way to bind the leaders of this association in such a way that if we accept managerial positions with NAV Canada upon vacating our leadership positions, there will be legally enforceable financial penalties assessed. It is our intent to explore this issue thoroughly and present those proposed bylaw changes to convention in 2016. This issue has undermined trust in the leadership of our association and it caused substantial damage. We hear our members and we hope we can fix this issue once and for all.

I will close by asking every member in our association to vote yes to the tentative agreement. A high ratification vote percentage sends a strong message. It tells NAV Canada our members are behind us and they support what CATCA is doing and where we are going. The next round of collective bargaining could be a very difficult one, and even on the best days we always need our members behind us. We are only as strong as you make us. We have heard our members and we know there is a considerable amount of discontent across this country. Empower your union and your contract committee to go and get the best settlements possible by voting yes to this tentative agreement.

Le sort de l’entente de principe est entre vos mains

La tournée des assemblées d’information est terminée et le sort de l’entente de principe repose maintenant entre les mains des membres. Au cours de la semaine écoulée, le VPE Doug Best, Abe Rosner et moi-même nous sommes rendus dans les sept CCR ainsi qu’à Ottawa pour tenir des assemblées d’information et expliquer à tous les membres de l’Association pourquoi les 20 membres de leur comité de négociation sont unanimes et leur recommandent de voter en faveur de cette entente de principe. La réaction des membres a été positive.

Comme tout le monde le sait, nous n’avons pas reçu la décision du BSIF sur la question du régime de retraite qui lui a été soumise. Nous allons rencontrer le BSIF vers le milieu d’octobre à une date non encore déterminée afin d’entendre les raisons de ses difficultés à se prononcer sur la question qui lui a été posée. J’assisterai à cette rencontre en tant que représentant des huit syndicats de NAV Canada, en compagnie de l’avocat dont nous avons retenu les services, Michael Mazzuca.

Comme nous l’avons dit aux membres qui ont participé aux assemblées d’information, nous nous retrouvons dans une situation où il nous est quasiment impossible de procéder à la négociation collective. La ronde de négociations ne peut pas être complétée à cause du temps que prend le BSIF pour rendre sa décision. Si nous allions en négociation aujourd’hui, NAV Canada n’aurait pas la latitude nécessaire pour faire une offre salariale substantielle et nous pensons même que l’employeur chercherait à obtenir des concessions. Votre comité de négociation est d’avis qu’il vaut mieux ne pas tenter de négocier avec un employeur qui a du mal à entrevoir son avenir financier. Aux yeux de NAV Canada, prolonger la convention collective d’un an avec une hausse salariale de 2,5 % pose un risque que l’employeur est prêt à prendre en attendant que le BSIF rende sa décision. Par contre, conclure une convention de trois ans avec les hausses salariales que cela suppose est un risque trop élevé aux yeux de NAV Canada et cela ne peut mener qu’à des négociations où nous n’arriverions pas à obtenir les meilleures hausses salariales que nos membres méritent.

Je vous invite fortement à discuter avec les gens que vous avez élus au comité de négociation ou avec votre vice-président régional si vous avez des questions sur les raisons pour lesquelles nous vous recommandons d’entériner cette entente de principe. Il est important que tous les membres comprennent bien le raisonnement sur lequel nous nous basons. Il y a beaucoup à dire et ce serait impossible de tout écrire dans un article de blogue. Les élus qui vous représentent au comité de négociation et les VRP sont toujours là pour répondre à vos questions. Prenez le temps de vous renseigner pour connaître les faits. Le comité de négociation est-il heureux de ce dénouement? Non. Pensons-nous que cette prolongation d’un an est dans le meilleur intérêt de nos membres? Oui. Pour dire les choses simplement, cette prolongation mettra l’ACCTA dans la meilleure position possible pour l’avenir.

Au cours de nos déplacements à travers le pays, on nous a souvent demandé ce qui arrivera au comité de négociation après la ratification. Il est évident que cet exercice ne constituait pas une ronde de négociation complète et que l’implication des membres du comité a eu une portée très limitée. Nos règlements ne prévoient rien pour ce genre de situation, donc la question se pose : faudra-t-il réélire un comité de négociation pour la ronde de négociations qui débutera l’année prochaine, en décembre 2016, ou maintiendrons-nous le comité actuel? Le Conseil de l’ACCTA a l’intention de soumettre la question au Congrès de 2016. Le comité de négociation appartient aux membres; c’est donc aux délégués au Congrès qu’il revient de trancher cette question.

Au cours de notre tournée, les membres ont continué d’exprimer haut et fort leur mécontentement par rapport au fait que d’anciens dirigeants ont accepté des postes cadres chez NAV Canada. Votre message a été clairement entendu. Vous pouvez vous attendre à recevoir, de ma part et de la part de Doug, une déclaration assermentée à l’effet que nous n’accepterons pas de poste non syndiqué chez NAV Canada. De plus, nous travaillons maintenant avec Lewis Gottheil, dont les services ont été retenus récemment en tant que conseiller juridique de l’ACCTA. Lewis a été directeur et membre fondateur des Services juridiques des TCA. C’est une personne très respectée et l’un des avocats en droit du travail les plus connus au Canada. Nous lui avons demandé de trouver un moyen d’assujettir les dirigeants de l’ACCTA à des sanctions financières juridiquement applicables s’ils acceptent un poste cadre chez NAV Canada au terme de leur mandat pour l’Association. Nous avons l’intention de creuser cette question dans les détails et de présenter au Congrès de 2016 la proposition de changement aux règlements qui en émanera. Cette situation a sapé la confiance des membres envers leurs dirigeants de l’Association en plus de causer des dommages considérables. Cependant, les membres ont été entendus et nous avons bon espoir de pouvoir corriger cette situation une bonne fois pour toutes.

Pour terminer, j’invite tous les membres de l’Association à voter oui afin de ratifier l’entente de principe. Plus le pourcentage de votes sera élevé, plus le message envoyé fera comprendre à NAV Canada que nos membres sont derrière nous et soutiennent les efforts que l’ACCTA et ses dirigeants font en leur nom. La prochaine ronde de négociations pourrait être difficile, mais même quand tout va bien, l’appui des membres demeure essentiel. Notre seul pouvoir, c’est la force du nombre. Les membres ont été entendus et nous avons pris acte de leur mécontentement. Donnez à votre syndicat et à votre comité de négociation le mandat qu’il faut pour obtenir les meilleures ententes possibles à l’avenir en disant oui à l’entente de principe d’aujourd’hui.

The Future – Not So Clear / Un avenir difficile à prédire

The Future – Not So Clear

I have been travelling across the country speaking with members about the challenges that lay ahead for us in the next few months.   We are facing the unknown. We still haven’t heard back from OSFI on the proposed pension changes and as every day goes by, the lack of a decision begins to weigh on collective bargaining. We have already met with our new contract committee team and discussed the problems we face. We also want to be as transparent as possible with the membership on the challenges facing us.

It will be extremely difficult to proceed with collective bargaining if the OSFI decision has not been received. Also, keep in mind that once that decision is issued, if the proposed changes are approved, it will trigger a wage reopener. As has previously been stated, your newly elected contract committee will decide whether any negotiated percentage increase is sufficient for recommendation to the membership. Without all the issues resolved, collective bargaining will be extremely difficult.

Another important decision your CATCA BoD needs to make is the method of dispute resolution we will use for this round of bargaining. At the SGM held in Toronto in 2012, the CATCA BoD was empowered with making that decision for each round of collective bargaining. Whether we go with our normal method of conciliation / strike or whether we seek agreement with NAV Canada to use binding arbitration again is something the BoD needs to tackle. We all know there is a federal election scheduled for the fall and the outcome of that will have a bearing on the decision of what process we choose.

One thing I know without doubt, one of the biggest priorities of our membership in this round of bargaining is to protect our pension plan from any further changes. The best way CATCA can protect the pension plan is to keep it off the table. If we don’t have a decision from OSFI providing the requested solvency deficit relief, keeping the pension plan off the bargaining table could prove difficult.

When we consider these obstacles, we are in a tricky position heading into the next round of bargaining which is scheduled to begin in December. For that reason, it may be in our best interest to seek the company’s agreement to delay bargaining and simply do a contract extension.   That would see a situation where we would agree to extend the terms of the collective agreement for a period of time and attempt to negotiate an acceptable raise for the extension period.

Members should know although we are discussing these issues, no decisions have been made as to what directions we will pursue. Again, transparency is of the utmost importance to me and I will not shy away from putting the issues out there in an attempt to generate discussion.

Your contract committee met in Ottawa May 20 – 22. It was a chance for the team to meet each other and begin building relationships. The first day consisted of the team learning all about the bargaining process with NAV Canada. A great deal of time was spent explaining the process to the committee and letting them know what they can expect to see in the rooms during the bargaining process. The second day of training was provided by mediators from Federal Mediation and Conciliation Services (FMCS). The training from FMCS focused on the timelines, processes and some training on the bargaining process itself. I sought feedback from the members of the contract committee after the two days and the feedback was very positive. I believe we have elected a strong team and I look forward to working with them.

CATCA received word on May 31 that arbitrator Ted Weatherill had reached a decision on the FAM flight grievance that was heard in April. The issue at stake was how the 12 hour minimum for an upgrade to business class is calculated. NAV Canada believes if you change planes on a multiple leg FAM itinerary, the 12 hours to be considered is the total time inside the airplane exclusive of any stop over. CATCA argued the 12 hours should instead be measured “gate to gate” including stop over time. Arbitrator Weatherill ruled in our favour and agreed that the 12 hours does include ground stops and should be measured from the beginning of the journey to the completion. Members are reminded that as of January 1, 2015 we are in a new FAM flight period and all members should consider taking one. I can tell you first hand from visiting various units here in Canada and abroad that the experience can be quite rewarding. The FAM program is a great way to experience ATC in another unit and expand your horizons as a controller.

The classification arbitration being heard in front of arbitrator Picher is scheduled for further dates June 26, 29 and 30. At this time, we expect those dates will be sufficient to complete all the evidence in the case. After those dates, we anticipate a lengthy decision process. To the members who have been following the case, the issues may seem simple but as we began to argue the case, we found it far from simple. The complexities of the arguments have been numerous and the case is taking a lot longer to be heard than originally thought. At issue is the way traffic movements are being counted in Edmonton and Winnipeg ACC’s and CATCA’s belief that both units are due an increase in ATC premium.

In my last blog, I wrote how the NAV Canada BoD wanted to amend the selection criteria to be a member of NAV Canada’s BoD or to be President and CEO of the company. We had learned that the NAV BoD wanted to remove the requirement to be a Canadian citizen from the selection criteria for those positions. I am happy to report that after some discussions, the proposed changes to the citizenship requirement have been removed. CATCA remains adamantly opposed to the proposed change and will voice our concerns in the future should this issue resurface.

My visits to units across the country continue and it has been extremely beneficial to me to meet the membership and have an opportunity to discuss our issues in person. I’ll say it again, please come out and see me when I visit your unit. There is nothing more important to me than being in touch with the membership and I can only do that with your input.

Finally, let me close this blog by saying thank you to a good friend and member of the CATCA team, Prairie RVP James Krause. After much discussion, James has decided he needed a break from the RVP role and has decided not to run for reelection in this term. James has been a great contributor to the CATCA BoD and his participation and insight will be missed. Over the past few years, James also became a very good friend and confidant. You will be missed Mr. Krause. The race is on to replace James and I wish all the candidates good luck. I look forward to welcoming a new member to the team.

In Solidarity;

Peter Duffey
President
p.duffey@catca.ca

Un avenir difficile à prédire

Dans mes déplacements à travers le pays, j’ai parlé avec les membres des défis qui nous attendent dans les prochains mois. Nous sommes face à l’inconnu. Le BSIF ne nous a toujours pas donné la moindre nouvelle à propos des changements proposés au régime de retraite. Avec les jours qui passent, ce silence commence à peser sur la négociation collective. Nous avons déjà eu une rencontre avec notre comité de négociation et nous avons discuté des problèmes auxquels nous sommes confrontés. Nous tenons à être aussi transparents que possible avec les membres sur ces questions.

Tant que nous n’aurons pas reçu la décision du BSIF, ce sera extrêmement difficile de négocier. On sait qu’une fois cette décision reçue, si les changements proposés sont approuvés, il faudra renégocier les salaires. À mon avis, cette revue des salaires devrait être faite avant de commencer à négocier le renouvellement de la convention. Comme je l’ai déjà mentionné, le nouveau comité élu de négociation décidera si un pourcentage d’augmentation négocié suffit pour formuler une recommandation aux membres.

Le conseil de l’ACCTA a aussi une décision importante à prendre concernant le mode de règlement des différends qui servira dans le cadre des négociations. À l’assemblée générale spéciale de Toronto, en 2012, il a été convenu que le conseil prendrait cette décision à chaque ronde de négociations. Le conseil doit choisir entre passer par le processus habituel de conciliation/grève ou convaincre NAV Canada d’opter pour l’arbitrage exécutoire. Nous savons tous que des élections fédérales s’en viennent à l’automne et leur résultat aura une incidence sur le choix que nous ferons.

S’il y a une chose dont je suis persuadé, c’est que l’une des plus grandes priorités de nos membres est d’empêcher que notre régime de retraite subisse des changements additionnels. Le meilleur moyen pour l’ACCTA de protéger le régime de retraite, c’est d’éviter qu’il fasse partie des choses à négocier. En l’absence d’une décision du BSIF pour régler le déficit de solvabilité, tenir le régime de retraite à l’écart de la table de négociation pourrait s’avérer difficile.

Ces obstacles nous mettent dans une position délicate face à cette nouvelle ronde de négociations qui doit débuter en décembre et la meilleure option pour nous pourrait être de convaincre l’employeur de retarder les négociations et de prolonger la convention actuelle. Autrement dit, cela impliquerait d’accepter les modalités de la convention collective actuelle pendant une durée donnée et d’essayer de négocier une hausse acceptable pour cette période.

Les membres doivent savoir qu’en ce qui concerne ces questions, aucune décision n’a encore été prise quant à l’orientation qui sera privilégiée. Je le répète, la transparence est très importante pour moi et je ne m’empêcherai pas de vous faire un état des lieux pour stimuler la discussion.

Le comité de négociation s’est réuni à Ottawa du 20 au 22 mai. Ses membres ont ainsi pu faire connaissance et commencer à tisser des liens. Le premier jour a été consacré à l’apprentissage de ce qu’il faut savoir pour négocier avec NAV Canada. Nous avons longuement expliqué comment fonctionne le processus et à quoi il faut s’attendre dans les salles pendant les négociations. Le deuxième jour a été consacré à une formation donnée par les médiateurs du Service fédéral de médiation et de conciliation (SFMC). La formation du SFMC était axée sur les délais, les procédures et le processus de négociation en tant que tel. Après deux jours, les commentaires des membres du comité de négociation étaient très positifs. Je pense que les gens que nous avons élus constituent une équipe solide et je me réjouis à l’idée de travailler avec eux.

L’ACCTA a appris le 31 mai que l’arbitre Ted Weatherill a rendu sa décision relativement au grief entendu en avril sur les vols de familiarisation. La question à trancher concernait le calcul du minimum de 12 heures pour avoir droit à un surclassement en classe affaires. NAV Canada avait pour position que, lors d’un vol de familiarisation avec escale et changement d’appareil, les 12 heures comprenaient le temps total passé à bord des appareils et excluaient le temps d’escale. L’ACCTA invoquait plutôt que les 12 heures comprenaient toute la durée du déplacement de la porte d’embarquement du départ à celle d’arrivée, y compris le temps d’escale. L’arbitre Weatherill a tranché en notre faveur, convenant que les 12 heures comprennent le temps passé au sol et doivent être calculées du départ jusqu’à l’arrivée à destination. J’en profite pour rappeler que depuis le 1er janvier 2015, nous sommes dans une nouvelle période de référence pour les vols de familiarisation et tous les membres devraient se prévaloir de cet avantage. Je peux vous assurer, pour avoir moi-même visité plusieurs unités au Canada et à l’étranger, que l’expérience peut être très enrichissante. Le programme des vols de familiarisation est un bon moyen de voir comment le contrôle aérien se passe dans les autres unités et, en même temps, d’élargir ses horizons.

D’autres dates ont été ajoutées pour l’arbitrage sur la classification devant l’arbitre Picher, soit les 26, 29 et 30 juin. Nous espérons que ces trois jours suffiront à présenter toute la preuve. Ensuite, nous nous attendons à ce que le processus décisionnel soit long. La problématique peut sembler assez simple pour les membres qui suivent le dossier, mais lorsque nous avons commencé à plaider la cause, nous nous sommes rendu compte que c’était loin d’être simple. Les complexités du dossier sont nombreuses et c’est plus long que l’on croyait au départ de tout décortiquer. L’enjeu de cette cause est la façon de compter les mouvements de trafic aux CCR d’Edmonton et de Winnipeg. L’ACCTA a pour position que les contrôleurs des deux unités sont en droit à une augmentation de leur prime ATC.

Dans mon dernier article, je vous disais que le c.a. de NAV Canada voulait modifier les critères de sélection de ses membres et du président et chef de la direction de la société, notamment en éliminant l’exigence d’être citoyen canadien pour être admissible à ces fonctions. Je suis heureux de d’annoncer qu’après discussions, les changements proposés touchant l’exigence de citoyenneté ont été retirés. L’ACCTA reste fermement opposée à un tel changement et elle le fera savoir de nouveau si cette proposition refait surface.

Ma tournée des unités à travers le pays se poursuit et j’ai beaucoup bénéficié d’avoir rencontré les membres et d’avoir eu la possibilité de discuter avec eux en personne. Au risque de me répéter, n’hésitez pas à venir converser avec moi quand je serai dans votre unité. Il n’y a rien de plus important pour moi que d’être en contact avec les membres, et cela ne peut se faire qu’avec votre participation.

En guise de conclusion, j’en profite pour remercier James Krause, un bon ami et membre de l’ACCTA, qui a décidé, après en avoir longuement discuté avec nous, de prendre une pause de la vice-présidence régionale des Prairies et de ne pas se représenter à cette fonction. James a beaucoup contribué au conseil de l’ACCTA. Sa participation et ses points de vue nous manqueront. Ces dernières années, James est devenu un très bon ami et un confident pour moi. Vous me manquerez, M. Krause. Cela dit, la course est ouverte pour remplacer James et je souhaite bonne chance à toutes les personnes candidates. J’ai bien hâte d’accueillir un nouveau membre au sein de l’équipe.

Solidairement,

Peter Duffey
Président
pduffey@catca.ca

Still Waiting for OSFI / Toujours sans nouvelles du BSIF

Still Waiting for OSFI

As I travel across the country, I continue to update members on the proposed pension plan changes and answer questions along the way. We are still waiting for OSFI to indicate to us whether or not the proposed changes can be approved. No one is more frustrated at the amount of time this is taking, than I am, but as the famous saying goes, “It is what it is”. We are hoping for an answer in the next few months or so, but there are no guarantees that this will happen. We believe this change will take government approval and with an election looming, who knows what will happen?

If the proposed changes are implemented, we all know it will trigger a wage reopener on the last contract. One question I have been asked a lot is “Who will decide what would be a satisfactory percentage to our membership for a wage reopener”? That will be a matter of discussion between NAV Canada and CATCA. Of course, we will either agree or disagree with the company on the value of the wage increase. If we disagree, then we will return to Arbitrator Picher and he will arbitrate a settlement. Because of the amount of time that this has taken, and because we are about to elect another contract committee, it is my intention to have your newly elected contract committee decide if any negotiated percentage increase is sufficient. Who better to decide if the percentage increase on wages is fair than the people you elected to represent you? I believe this is the approach members would want.

We are hearing rumours that some people believed April 1st was the date a wage reopener would be agreed to. That is completely false. I’m not sure how these rumours get started but at no point has anyone from the CATCA BoD stated April 1st was a target date of any kind. Any negotiations surrounding a wage reopener can only occur after OSFI renders its decision. As already mentioned, no one knows when that will happen. Therefore, no one knows when, or if, wage reopener negotiations will take place. There is, nor has there ever been, any targeted date for implementation or agreement.

Speaking of the contract committee, nominations are now closed for the next committee. Wow, 30 nominees! There is nothing better for CATCA than member engagement and 30 nominees is a record. Interest in these positions has grown over the years and in almost all regions, members need to be elected by their peers for these roles. Gone are the days of acclimation. You have to earn your seat at the table now. It’s very encouraging to see members wanting to get involved. We are looking forward to seeing the election results.

On February 20th, CATCA and NAV Canada began an arbitration in front of arbitrator Michel Picher on the issue of ATCP increases for YWG and YEG ACC’s. Opening arguments were presented and no resolution was reached. We will continue the arbitration on May 1, with additional dates currently scheduled for May 4 and 11. Abe Rosner is presenting CATCA’s case. Scott Roger from YWG ACC and Tony Zaychuk from YEG ACC have been, and will continue to be, present for all arbitration dates to provide local expertise.

The classification working group reconvened in Ottawa April 13 through 17. We had hoped that this would be the week we would see the project completed but that was not to be. This group is dealing with extremely complex and complicated problems. After the meetings this week, it is apparent more meetings are needed. CATCA is determined to ensure the results of this project are completely within the best interests of our membership. We will not rush to conclusion on anything that relates to classification and we will ensure this is done correctly. As previously discussed, the changes being contemplated and developed will effect only the towers at this point and will only relate to unit grading, not ATCP.

The details of the group RRSP for plan B members have been finalized. Sunlife has been chosen by the oversight committee as the provider, and the investment portfolios have been selected. Details are being finalized with Sunlife and a communications strategy is being developed for members affected by this program. For now, the ability to invest in this group RRSP is limited to members of the plan B pension plan.

In March, I attended a meeting in Madrid, Spain where I represented Unifor Canada at an International Transport Federation meeting. The meeting was held in conjunction with ATM Global. Attending that trade show was extremely eye opening. To see a massive trade show building filled to capacity with people selling their ATC products and technologies made me realize how much ATC is now a business with fierce global competition.   It used to be that ATC was a government function in most countries and each country went about its business in isolation. A lot of countries around the world have now removed ATC from government control in some form or another. ATC is becoming big business and competition for selling technology is fierce.   Many companies are developing technologies and they are selling them around the world. NAV Canada is at the forefront of that push and the company has its own division, NAVATM, which sells our technologies around the world. Our CATCA members from Operational System Requirements in Ottawa not only help develop those technologies, they also travel the world selling them. I have met our members at various trade shows and I am always proud see CATCA members representing us on the global stage.

Of particular interest to me, SAAB has developed remote tower technology that has been deployed operationally in Sweden. The FAA is testing remote tower technology in Williamsburg, Virginia (over 100,000 movements a year). NAV Canada had their version of remote tower technology on display at ATM Global along with many other systems they are selling around the globe. NAV Canada has very openly stated it has no desire, nor any plans to implement remote tower technology in Canada but it is something we shall watch very closely.   Recently, Searidge (a company NAV Canada holds majority shares in) was awarded a contract to develop this type of technology in Europe. Technology is proceeding at an incredible pace and CATCA must remain vigilant to make sure our member’s interests are protected in the future. NAV Canada is investing heavily in the global market and we must ensure our member’s interests are protected.

Other evidence of a changing global ATC community is in Britain. A foreign Air Navigation Service Provider (ANSP) has just been awarded a contract to run a major tower. London Gatwick tower has been contracted to the ANSP from Germany. They were quite simply the lowest bidder. There are a lot of contract towers in the US and ATC around the globe has become a business with a bottom line. Again, we must remain vigilant and ensure these global changes in attitudes towards ATC do not negatively affect our members.

Last week saw CATCA again doing something we haven’t done a lot of recently, arguing an arbitration case. This week we appeared before arbitrator Ted Weatherill to argue our case on FAM flight upgrades. The issue at stake was how the 12 hour minimum for an upgrade to business class is calculated. NAV Canada believes if you change planes on a multiple leg FAM itinerary, the 12 hours to be considered is the total time inside the airplane exclusive of any stop over. CATCA argued the 12 hours should instead be measured “gate to gate” including stop over time. Stay tuned for a decision.

CATCA has been informed that the NAV Canada BoD has decided to amend the selection requirements for the NAV Canada BoD and the position of President and CEO. We have learned the NAV Canada BoD has recommended the requirement to be a Canadian citizen should be removed from the selection criteria for BoD and CEO. CATCA has, and will continue to voice our strong opposition to this change. CATCA is adamantly opposed to the requirement of Canadian citizenship being removed from the selection criteria for such important positions in NAV Canada.   In it’s rationale, the NAV Canada BoD cites the fact that NAV Canada is becoming a global company and as such, non Canadians should be allowed to sit on our BoD or be our CEO. CATCA strongly condemns this decision and this direction by NAV Canada’s BoD. Canada is a vibrant country full of many qualified people for such positions. NAV Canada by its very name is a Canadian company and as such Canadians should run it. How anyone can possibly think someone from outside our operation could understand our business and steer us at the CEO position is beyond us. CATCA was asked for its opinion on this matter before a decision was taken. CATCA, along with the overwhelming majority of NAV Canada’s other bargaining agents were opposed to this decision. The NAV Canada BoD chose not to listen our views. Personally, I find this decision extremely disappointing and a big step backward in the relationship between labour representatives and the NAV Canada BoD.

The next few months will be extremely challenging. In addition to navigating the pension plan waters, we have a round of collective bargaining to prepare for. Changes to our classification will continue to be developed and I will continue to visit units across the country as my schedule allows. I am still committed to visiting every unit this year and talking to members one on one. EVP Doug Best has joined me on almost every unit visit to date and he will continue to join me as his schedule allows. So far, the reception has been good. That’s not to say there haven’t been challenges along the way. A few “spirited” discussions have taken place but that’s healthy for an association such as ours. Only through dialogue with the members can your BoD truly ensure we are doing the right things for our membership. One thing Doug and I have heard loud and clear so far is people saying “Thanks for coming out to see us, we appreciate that”.

As I’ve said in the past, please come out and see me when I visit your unit. There is nothing more important to me than being in touch with the membership and I can only do that with your input.

Peter Duffey
President
pduffey@catca.ca

Toujours sans nouvelles du BSIF

Quand je me déplace à travers le pays, j’informe les membres de l’avancement du dossier du régime de retraite et je réponds aux questions. Nous attendons toujours que le BSIF nous fasse connaître sa décision sur la question de savoir si les changements proposés pourraient être approuvés. Personne n’est plus frustré que moi que l’attente soit aussi longue, mais comme on dit, on n’y peut rien. Espérons que cette réponse arrivera dans les prochains mois, mais rien ne le garantit. Nous croyons que ce changement exigera l’approbation du gouvernement et avec les élections qui s’en viennent, personne ne sait comment les choses évolueront.

Vous n’êtes pas sans savoir que si les changements proposés sont mis en œuvre, il faudra renégocier les salaires de la dernière convention collective. On me demande souvent qui décidera quel pourcentage de nos membres sera satisfaisant pour renégocier les salaires : cela dépendra des discussions entre NAV Canada et l’ACCTA. Nous allons nous prononcer sur l’offre d’augmentation de l’employeur, bien entendu. Si nous ne sommes pas d’accord avec cette offre, nous reviendrons devant l’arbitre Picher et le règlement final sera arbitré. Vu tout le temps que ce processus a pris, et vu que nous sommes sur le point de négocier notre prochaine convention, j’avais l’intention de laisser le nouveau comité élu de négociation décider si le pourcentage d’augmentation négocié est suffisant. Qui est le mieux placé que le comité que les membres ont élu pour décider si l’augmentation est équitable? Je crois que c’est cette approche que les membres souhaiteraient adopter.

Une rumeur courait à l’effet que le 1er avril était la date de prise de décision pour une renégociation des salaires. Rien de plus faux. J’ignore d’où ça vient, mais c’est clair que personne du Conseil de l’ACCTA n’a avancé la date du 1er avril pour quoi que ce soit. Quoi qu’il en soit, la renégociation des salaires ne pourra pas se faire tant et aussi longtemps que le BSIF n’aura pas fait connaître sa décision et, comme je l’ai déjà souligné, personne ne sait quand ce jour arrivera, ni même s’il arrivera. D’ailleurs, on saura seulement ce jour-là si les salaires devront être renégociés. Il n’y a jamais eu de date cible de négociation ou de mise en œuvre.

Parlant de négociations, la période des mises en candidature au comité de négociation est maintenant terminée. Wow, 30 candidats! L’engagement des membres est ce qui peut arriver de mieux à l’ACCTA et 30 candidats, c’est un record. L’intérêt pour cette fonction a grandi avec les années et, dans presque toutes les régions, les gens qui siègent au comité doivent être élus par leurs pairs. Terminée l’époque où les gens étaient élus par acclamation : désormais, il faut le gagner, ce siège. C’est très encourageant et cela prouve que les membres veulent s’impliquer. Nous avons bien hâte de connaître les résultats des élections.

Le 20 février, l’ACCTA et NAV Canada se sont retrouvés en arbitrage devant l’arbitre Michel Picher sur la question de l’augmentation des primes ATC aux CCR YWG et YEG. Les plaidoiries introductives ont été présentées et aucun accord n’est intervenu. L’arbitrage se poursuivra le 1er mai et deux autres journées sont réservées les 4 et 11 mai. Abe Rosner défend la cause de l’ACCTA. Scott Roger du CCR YWG et Tony Zaychuk du CCR YEG participent à toutes les audiences en tant que témoins experts locaux.

Le groupe de travail sur la classification s’est réuni à Ottawa du 13 au 17 avril. Nous avions espéré que cette rencontre permettrait de terminer le projet, mais il semble que ce ne soit pas encore le cas. Les problèmes à régler sont extrêmement complexes. Au sortir de cette réunion, il est apparu évident que d’autres réunions seraient nécessaires. L’ACCTA est déterminée à faire en sorte que ce projet aboutisse à des résultats qui vont dans le meilleur intérêt des membres. Nous n’allons pas nous hâter de conclure quoi que ce soit qui concerne la classification et nous allons nous assurer que les choses se font correctement. Nous le savons tous, les changements qui découleront de cet exercice affecteront seulement les tours pour le moment et ils concerneront seulement les échelons d’unité et non la prime ATC.

Les détails du REER collectif pour les membres du régime B ont été finalisés. Le comité a choisi la Sunlife comme fournisseur et les portefeuilles de placements ont été sélectionnés. La finalisation des derniers détails avec la Sunlife est en cours et une stratégie est en préparation pour communiquer avec les membres concernés. Pour le moment, l’admissibilité à investir dans ce REER collectif est limitée aux membres du régime B.

En mars, j’ai participé à une réunion de la Fédération internationale des ouvriers du transport à Madrid, en Espagne, où j’ai représenté Unifor Canada. Cette réunion se tenait parallèlement au World ATM Congress. Participer à ce salon professionnel a été très révélateur pour moi. Ce salon énorme et plein à craquer de gens vendant des produits et technologies ATC m’a fait voir à quel point le contrôle aérien est devenu un secteur où la concurrence est aussi mondiale que féroce. Jadis, le contrôle aérien était une fonction gouvernementale et chaque pays menait sa barque en vase clos. Mais désormais, dans bien des pays, le contrôle aérien n’est plus sous contrôle gouvernemental. C’est devenu un créneau commercial important et la concurrence est forte parmi les vendeurs de technologies. La plupart sont des concepteurs qui veulent vendre leurs technologies dans le monde entier. NAV Canada en fait partie, avec sa division NAVATM qui cherche à vendre nos technologies à l’étranger. Ce sont des membres de l’ACCTA affectés aux Exigences des systèmes opérationnels à Ottawa qui développent ces technologies et qui voyagent à travers le monde pour les vendre. J’en ai rencontré à divers salons professionnels et je suis toujours fier de ces gens qui représentent l’ACCTA sur la scène mondiale.

Je me suis particulièrement intéressé au fait que SAAB a développé une technologie pour les tours éloignées qui a été déployée de façon opérationnelle en Suède. La FAA est en train de tester cette technologie à Williamsburg, en Virginie (plus de 100 000 mouvements par année). Au salon professionnel ATM, NAV Canada a proposé sa propre technologie pour les tours éloignées ainsi que pour plusieurs autres systèmes. NAV Canada dit ne pas vouloir implanter cette technologie dans les tours éloignées canadiennes, mais je crois qu’il vaut mieux surveiller la situation de très près. Dernièrement, la société Searidge (dont NAV Canada est actionnaire majoritaire) a décroché un contrat afin de développer ce type de technologie en Europe. Les technologies évoluent vite et NAV Canada investit lourdement sur le marché mondial; l’ACCTA doit donc veiller à ce que les intérêts futurs de ses membres soient bien protégés.

La Grande-Bretagne fournit une autre preuve de l’évolution du contrôle aérien à travers le monde en confiant à un fournisseur étranger de services de navigation aérienne (ANSP) le contrat d’exploitation d’une très importante tour de contrôle, soit la tour Gatwick de Londres. En effet, un ANSP Allemagne a décroché le contrat, tout simplement parce qu’il était le plus bas soumissionnaire. On dénombre plusieurs tours exploitées à contrat aux États-Unis et le contrôle aérien est de plus en plus ramené à une simple question d’argent. Là encore, nous devons rester vigilants et veiller à ce que ce changement mondial d’attitude à l’égard du contrôle aérien n’affecte pas négativement nos membres.

La semaine dernière, pour la première fois depuis un bon moment, l’ACCTA a plaidé en arbitrage. En effet, nous nous sommes présentés devant l’arbitre Ted Weatherill pour plaider la cause des surclassements pour les vols de familiarisation, plus précisément la façon dont le minimum de 12 heures est calculé pour un surclassement en classe affaires. NAV Canada estime que, lorsqu’on doit changer d’avion sur un itinéraire de familiarisation qui comporte plusieurs segments, les 12 heures à prendre en considération sont constituées du temps total passé à l’intérieur de l’appareil et excluent le temps d’escale. L’ACCTA soutient que les 12 heures doivent plutôt comprendre le temps d’escale. Nous vous tiendrons au courant de la décision.

L’ACCTA a appris que le c.a. de NAV Canada a décidé de modifier les critères de sélection de ses membres et de son président et chef de la direction. En effet, le c.a. de NAV Canada a recommandé que la citoyenneté canadienne soit supprimée des critères de sélection. L’ACCTA a toujours été contre un changement de ce genre et continue de l’être. Nous sommes fermement opposés à ce que la citoyenneté canadienne ne soit plus un critère de sélection à des postes aussi importants de NAV Canada. Le c.a. invoque que NAV Canada devient une société mondiale et que des non-Canadiens devraient être autorisés à siéger à son c.a. ou à devenir son président et chef de la direction. Nous condamnons vigoureusement cette décision, tout comme la direction que le c.a. de NAV Canada veut prendre. Le Canada est un pays dynamique et les personnes qualifiées pour occuper ces fonctions y abondent. De par son nom, NAV Canada est une société canadienne et elle devrait être dirigée par des Canadiens. Cela nous dépasse que certains puissent même penser qu’une personne extérieure à l’entreprise puisse la comprendre et en prendre la direction. L’avis de l’ACCTA a été demandé sur cette question avant qu’une décision soit prise. Tout comme la majorité écrasante des agents de négociation de NAV Canada, l’ACCTA s’est prononcée contre. Le c.a. de NAV Canada a préféré ne pas en tenir compte. À mon sens, cette décision est extrêmement décevante et c’est un pas en arrière en ce qui concerne les relations entre les représentants des employés et le c.a. de NAV Canada.

D’imposants défis nous attendent dans les mois à venir. En plus de naviguer dans les eaux du régime de retraite, nous avons une ronde de négociations à préparer. Le travail au niveau des changements à la classification se poursuit et je vais poursuivre ma tournée des unités à travers le pays dans toute la mesure où mon agenda me le permettra. J’ai toujours l’intention de visiter chaque unité et de faire connaissance avec tous les membres. Le VPE Doug Best m’a accompagné presque partout jusqu’à présent et il continuera de le faire si son agenda le lui permet. Jusqu’à présent, la réception des gens est bonne. Ce qui ne veut pas dire que tout est parfait : quelques discussions « animées » ont eu lieu, mais c’est parfaitement sain dans une association comme la nôtre. Seul un vrai dialogue avec les membres permettra au Conseil de faire ce qui est bon pour eux. Ceci dit, les membres nous disent souvent, à Doug et à moi, qu’ils apprécient que nous soyons passés les voir.

Comme je l’ai dit par le passé, je vous invite à venir me voir quand je passerai dans votre unité. À mes yeux, rien n’importe plus que le contact avec les membres, alors n’hésitez pas à venir me parler.

Solidairement,

Peter Duffey
Président
pduffey@catca.ca